Ptites news 33

21 juillet 2014

Voilà une mini Ptites News d’été !
Un grand merci à ceux qui m’ont transmis des info. sans eux la page serait blanche ou presque.

A – Voile

Trifoiler
Roulements de tambour SVP, François Lys qui volait déjà depuis plusieurs années en Tornado à foils puis en Mystère est l’heureux propriétaire d’un Trifoiler venu tout droit des states. Voici des images de Maurice Gahagnon, excusez du peu !

 

F2 = 1/2ρ x V² SC2
Il y a déjà plusieurs semaines que nous échangeons avec Philippe et que j’ai la chance de découvrir les photos de son hydrofoil. Cela fait plaisir de voir que certains, comme Gurval ou Armand…., se lance encore dans la réalisation d’un engin volant. J’ai rencontré Philippe il y a quelques jours, de nouveaux essais sont prévus dans une zone de «sécurité» (et vaseuse !) avant des essais en mer…

F2 = 1/2ρ x V² SC2  de Phil  De Braeckelaer - photo PDB 01-06-14

F2 = 1/2ρ x V² SC2 de Phil De Braeckelaer – photo PDB 01-06-14

TFV
J’aurai voulu y être comme sûrement d’autres lecteurs, la Foiling Week s’est déroulée du 08 au 10 juillet sur le Lac de Garde. D’intéressantes vidéos sur le site. Et aussi de belles images ici.

Première sortie du Fodiator
Armand est dans l’ensemble satisfait du bateau. Le montage est rapide, la mise à l’eau facile… le reste sur son site : moi j’aime (la rotation du banc par exemple) !

Sailrocket
Merci GG, pendant que je fais autre chose que fouiner foil, GG fait l’intérim et me signal du lourd. Un certain Paul Larsen prépare un nouveau SAILROCKET III !

Raphael Censier
On parle de Raphael Censier même en Russie !

Flying Phantom
Info qui sent un peu la moisissure (vu la date de parution), Philippe Presti, entraineur d’Oracle, veut utiliser le Flying Phantom pour préparer la Cup

Semaine de vitesse de Brest nouvelle version !
J’évoquais cette info. dans la dernière Ptites News, voici la suite.

Ouest France 17-06-14

Ouest France 17-06-14

Stéphane Rousson
Pour ceux qui ne connaitraient pas le projet de Stéphane, une visite sur son site s’impose. En « 2 mots » : ballon + chien de mer…

RC
Je ne me lasse pas de ces images de modèles réduits à foils

Croisière rapide
Sur l’excellent blog Proafile, des dessins d’un projet de cata de croisière à foils signé Paul Bieker.

Kite
Tout est dans le titre (de la vidéo pas dans la chanson), I believe I can fly The best of Kitefoil ! Le top du kite à foil…

Forum
Ca cause foils sur Les foilz . com, quoi de plus normal

B – Moteur

Solar1 Monte-Carlo Cup
Mi juillet à eu lieu à Monaco la Solar1 Monte-Carlo Cup, la première course de bateaux propulsés uniquement à l’énergie solaire. 25 équipages avaient fait le déplacement, la plupart depuis des universités du nord de l’Europe et des Etats-Unis. En Open Class, la plus innovante avec une seule restriction, la longueur limitée à 8 mètres : doublé hollandais. Les Russes du Team Beluga Powered by Synergy remportent l’épreuve en V20, bateaux à foils. Pour en savoir plus, Yachting Magazine

BD Solar1 2014 @Franck Terlin.jpg

BD Solar1 2014 @Franck Terlin.jpg

A palpeur
Un bateau à moteur assez original avec un mono palpeur trainé à l’avant et semble t’il un monofoil assez reculé. Le site officiel. D’autres images ici

Intrados
Je reprends une nouvelle fois une info de GG laissée sur Portance 1/3 : « Quand on vous dit que l’intrados n’a qu’une importance limitée dans le phénomène de portance … Voyez ce que DASSAULT fait de ses intrados de Rafale :-)

C – Sans foil

Dingue !
Merci Daniel pour ce lien, des images de vol de Pélican comme si vous étiez assis au bout de son bec !

Surf en Skimboard
De belles images de Fred Compagnon qui surfe de belles vagues en skimboard avec départ depuis un SUP !

Eric Barone
OK cela n’a rien à voir avec l’eau, quoiqu’à cette vitesse la glace doit fondre. Un vidéo pour le plaisir et pour l’auteur du film qui se reconnaitra et pour son compère le grand marcheur… Surtout pour le plaisir de voir les exploits de EB.

Bonnes grillades !


Ptites news 32

20 mars 2014

Et oui, revoilà la « Ptites news » de Foilers ! Un peu de tout sur les foils. Si vous avez des informations, sites… à proposer, la partie commentaire elle là pour ça…

A voile

Bases de vitesse

A – Weymouth

La semaine de Weymouth aura lieu du 12 mai au 16, à suivre… Voici justement des images de cette base dans les années 80 !

B – Brest

Voici un article trouvé dernièrement dans le Télégramme, le renouveau de la base de Brest …. ?

Le Télégramme 04-03-14

Le Télégramme 04-03-14

Kotuku

Jolie petite bête à foils made in NZ. Même si ce n’est pas le même type de foils, j’ai l’impression de voir bnaviguer mon canot (PK).

Efficacité

Echo 36 Histoire sous le vent - photo P Pigrée 2014

Echo 36 Histoire sous le vent – photo P Pigrée 2014

Philippe Pigrée, propriétaire d’un Echo 36, avec qui j’ai eu l’occasion d’échanger lors de la mise en place de foils sur son bateau, m’a envoyé un lien vers une vidéo très intéressante. Pendant une virée entre la Guyane et la Martinique, le foil tribord de « Histoire sous le vent » s’est retrouvé coincé par un morceau de filet. Lors des virements de bord Philippe a pu constater une nette dégradation du comportement du flotteur dépourvu de foil

Bassin

Emmanuel Roche, membre de l’AYRS m’a fait suivre un lien qu’il a reçu via John Perry de l’AYRS. Cette video fait suite à une visite du “ Marine Building at University of Plymouth”. Impressionnant matériel qui fait rêver…

Design

Pour la « beauté » du trait plus que pour la faisabilité ! Les foils inspirent les designers : Miroslav Dorotcin.

Trifoiler

Je ne me lasse pas d’admirer le vol d’un Trifoiler et maintenant que je sais qu’il y en a un qui va bientôt arriver pas très loin de chez moi… C’est un peu long car le début de la vidéo montre la fin du montage de l’engin.

Rich Miller

Voici une vidéo d’un essai de la planche à foils de Rich Miller.  Sans oublier celle-ci.

F16 Australien à foils

F16 à foils, un seul foil centrale et deux foil arrière (sauf erreur) ! Quid de la régulation ???

Hobie Tiger à foil

Très belles images de ce Super Foiling Tiger.

F20 à foils

En vol par 4 nœuds de vent ! Bateau déjà présenté dans la Ptites news 30, voici sa page Facebook.

Saildrone LLC

Voici une très intéressante vidéo proposée par Nicolas Felix sur son Blog Scoop It. La « balade » d’un drone à voile.

A moteur

Le Kometa breton

Suite au précédent article « De Stettin à St Nazaire à bord d’un Kolkhida », André (Margodenn) m’a fait suivre cette belle photo d’un Meteor ou Kometa (modèles proches). Ce bateau faisait la liaison Brest /Ouessant dans les années 70. Llongtemps stocké dans le cimetière à bateau de Landévennec au fond de la rade de Brest, il a depuis été démoli (ici d’autres photos)…

Kometa "breton" - photo Margodenn

Kometa « breton » – photo Margodenn

Wood

Ce n’est pas du high tech, voici des vidéos de la fabrication de foils en bois réalisés pour équiper une prame à moteur puis la navigation de l’engin sur un canal.

Wet & wild

Jet ski quadrifoil à moteur électrique dont le bord d’attaque des foils comporte des « tubercules » comme celles présentes sur les nageoires des baleines (forme aussi testée sur des éoliennes).

Torqeedo cruise

Un jet ski à foils et électrique !

Water bike

A voir pour le départ de ce vélo à foils sans flotteur.

Bras d’Or R-103

De très belles images de ce projet d’engin à foils Canadien du milieu des années 50.

Autre chose

Makani power

La  société Makani power développée entre autre par Don Montague vient d’être achetée par Google. Elle a développé un concept très novateur d’éolienne volantes et déplaçables. A voir !

Hangar rat

Rien à voir avec les foils quoi que, il y a bien des ailes, voici un lien vers un site (en anglais) sur un Hangar rat, avion ultraléger à faire voler sous abri !

Konstruktor DIY Kit

Ou comment construire soit même son reflex argentique !

Modèle réduit

Ok, c’est un mono mais les images de cette réduction de Volvo Ocean 65 dans les vagues sont impressionnantes…


Tripode à foils radiocommandé par Julien Butheel

16 février 2013

Il y a bien des années, alors que « Foilers ! » n’existait pas, j’ai fait la connaissance par l’intermédiaire de mon site (aujourd’hui fermé), de Julien Butheel. Il développait un modèle réduit de tripode à foils proche du projet Minifoiler 3X. Nous nous sommes perdu de vue pendant de nombreuses années avant que j’arrive à lui « remettre la main dessus ». A ma demande, Julien à bien voulu faire une présentation de son travail et de sa superbe maquette à foils radiocommandée.

Mais surtout, le bateau que vous allez découvrir ou redécouvrir est à vendre ! Julien a besoin de place et se sépare, à regret, de son bel engin. Il souhaite que son nouveau propriétaire soit un passionné, qui respectera son travail. Rendez-vous en fin d’article…

Fred Monsonnec

 

Naissance d’un projet

Tout commence en 1998, lorsque je découvre l’hydroptère, un trimaran révolutionnaire sorti tout droit de l’association d’Alain Thébault et d’Eric Tabarly.

Etant modéliste depuis quelques années déjà (voiliers, planeurs principalement), je suis alors instantanément conquis par l’hybride. Quant à ma profession de mouleur en matériaux composites, la question des matériaux que j’ai l’intention d’utiliser est une évidence.

L’idée était là, bien présente, mais quelques petites années sont passées avant que je me sente prêt à me lancer dans la folle aventure, c’était en 2000. Je conçois alors un premier prototype, fruit de mes premières déductions en la matière. Le résultat n’est alors pas des plus concluants mais permet tout de même de valider des idées …

Puis vient le second prototype. Celui-ci est déjà bien plus réussi. Après m’avoir prouvé une vitesse impressionnante, le foil sous le vent casse puis recasse à la sortie suivante avant que le bateau ne décolle enfin. C’est à ce moment là une récompense sans commune mesure. Pourtant, celui-ci présente tout de même quelques problèmes tels qu’une mauvaise fiabilité, une souplesse et un poids excessifs.

Mon expérience se finalise avec le troisième prototype… Le cahier des charges est alors bien plus précis…

L’animal en vol – photo Julien Bultheel

L’animal en vol – photo Julien Bultheel

Le bateau

La taille du bateau est un argument décisif. J’ai choisi des caractéristiques satisfaisants la jauge 2M pour plusieurs raisons :

  • la hauteur de vol,  elle doit être supérieure à celle du clapot, et cette hauteur est fonction de la taille.
  • le rendement et le respect du profil des foils principalement augmentent aussi avec la taille, ceci est aussi valable pour les voiles.
  • le poids est bien entendu une donnée importante car il augmente de manière disproportionnée car par exemple un modèle 2 fois plus petit doit être 8 fois plus léger…
  • même démonté, le bateau doit rentrer dans une voiture, c’est plus pratique !

Mes objectifs étaient de faire plus fiable, rigide, simple, insubmersible, visible de loin et rapide à monter mais là nous arrivons à la conception.

Mise à l’eau – photo J Bultheel

Mise à l’eau – photo J Bultheel

La rencontre de deux mondes – photo Julien Bultheel

La rencontre de deux mondes – photo Julien Bultheel

Conception

A mi-chemin entre le bateau et le planeur, ce croisement m’amène à réaliser un produit à l’esthétique bien typée. Tout d’abord, ce planeur particulier est conçu pour atteindre des vitesses bien supérieures aux voiliers traditionnels. En effet, c’est bien la vitesse et elle seule qui soulève l’intégralité de l’engin par l’intermédiaire de ses trois foils, les deux avant reprenant l’essentiel du poids, celui de derrière, à l’extrémité inférieure du safran jouant principalement le rôle de stabilisateur comme chez nos amis du vol à voile. Point des plus importants, la diminution maximale du poids, en effet, plus le bateau est léger, meilleurs est son rendement.

Comme un grand - Julien Bultheel 06 2004

Comme un grand – Julien Bultheel 06 2004

Gréements

Les mats et balestrons sont de simples cannes à pêche. Les mats sont enfilés chacun dans deux roulements à billes eux-mêmes insérés dans le bras de liaison principal. Leurs extrémités supérieures sont pourvues de flotteur en cas d’enfournement.

Les  flotteurs bien visibles – photo Julien Bultheel

Les flotteurs anti-retournement bien visibles – photo Julien Bultheel

Essai de gréement rigide – photo Julien Bultheel

Essai de gréement rigide – photo Julien Bultheel

Les voiles

La puissance est un argument de taille car ce sont les voiles qui canaliseront l’air pour permettre le déplacement. Leur disposition est particulière car, pour des raisons de stabilité, le centre de poussée des voiles doit être bas. En effet, sa position est une des composantes du couple de renversement à la gîte et en tangage. La solution est alors d’utiliser deux jeux de voiles.

Les coques

Dans le cas d’une jauge 2M, il est impératif d’espacer les flotteurs de telle manière à se rapprocher au maximum de la taille de 2 mètres par 2 mètres. Leur rôle est bien sur d’assurer la flottabilité mais aussi la stabilité et la vitesse minimum de décollage. Leur taille sera minimale pour deux raisons, le poids et pour conserver de bons moments de stabilité. Ils doivent tout de même être bien effilés pour avoir une bonne pénétration sur l’eau. J’ai souhaité une construction simple, peu onéreuse, sans moule, rapide et insubmersible. Les flotteurs sont donc en styrofoam, stratifié de résine époxy et rowing.

Le charme des plans d’eau intérieur – photo Julien Bultheel

Il est bien radiocommandé ! – photo Julien Bultheel

Les bras de liaison

Etant donné que les efforts appliqués sur ces éléments sont très importants, ils sont de sections conséquentes, simplement moulés sur un tube de PVC modifié.

Les foils avants

Situés à chaque extrémité du bras de liaison principal, ce sont les pièces maîtresses du bateau car ils soulèvent le voilier et reprennent les efforts de dérive. Dans certains cas, la quasi-totalité du poids du bateau repose sur le foil sous le vent. Ces pièces éprouvent donc des efforts considérables. Ils sont trapézoïdaux, c’est facile à réaliser et cela permet d’obtenir un maximum de surface avant le décollage puis un minimum après.

En polystyrène découpés au fil chaud à l’aide de gabarits, ils sont ensuite stratifiés à l’époxy puis pressés sous vide. Une grande clé les traverse pour permettre d’un côté leur fixation et de l’autre le collage de la petite surface antidérive, les winglets.

Le charme des plans d’eau intérieur – photo Julien Bultheel

Le charme des plans d’eau intérieur – photo Julien Bultheel

Le foil arrière

Rien de particulier pour lui, si ce n’est qu’il opte pour une forme en T inversée, c’est un empennage. Il est réalisé en balsa, poncé à la forme et stratifié.

Le meilleur pour la fin la bête en vidéo

Et aussi :

Et après ?

Après le développement de ce bateau, je me suis attelé à la conception d’une sorte d’« Ekranoplan » et d’un Moth à foils (!) mais je ne suis pas allez au bout de ce dernier projet et j’ai préféré retourner vers les aéroplanes !

 

Entre le bateau et l’avion – photo Julien Bultheel

Entre le bateau et l’avion – photo Julien Bultheel

C’est engin vous plait ? Julien vend son voilier complet avec la batterie de réception, le servo de direction et le treuil (mais sans radio). Vous souhaitez contacter Julien, en parler avec lui et faire une offre ? Laissez un message, Foilers transmettra…


On a marché sur la mer, bis

14 mars 2012

Il y a un peu moins d’un an, je vous parlais d’un article paru dans Voiles et voiliers (N° 484 juin 2011) sur les pionniers des hydrofoils à Voiles : « On a marché sur la mer ». Article écrit par Christian Février et un certain FM. J’ai dernièrement eu l’occasion d’échangé avec Thomas Lesage, de l’équipe de l’Hydroptère, qui m’a demandé s’il était possible de mettre cet article en lien sur leur site pour compléter la partie historique. J’ai fait les démarches nécessaires auprès des auteurs et de Voiles et voiliers et cet article est maintenant disponible sur le site de l’Hydroptère. Peut être que certains d’entre vous n’on pas lu cet article, le voici disponible aussi sur « Foilers !» (en cliquant sur l’image ci-dessous).

 

Pour rester dans la catégorie  » articles déjà parus »

Philippe Guglielmetti, créateur de « Foilers ! » et auteur sur d’autres blogs tout aussi intéressants, a formidablement bien résumé la série d’articles sur la Portance parus sur Foilers. Alors que sur Foilers ce sujet avait été traité en 3 pavés, que dis-je, 3 blocs bien compacts et lourds, Philippe à su en tirer la quintessence. A ceux qui ont abandonnés la lecture de Portance 1, 2 et 3, je leur conseil la lecture de l’article de Philippe : Portance, pourquoi ça vol ?


Ptites News 22

15 novembre 2011

Quelques informations méritaient d’être annoncées pour ceux qui pensent que ce blog est une bonne source d’info. (les pauvres !) et qui ne font pas tourner toutes la journées les moteurs de recherche avec « foil », « hydrofoil »…

I – Foils

Défi Guyader

Ce type de grand prix, que j’ai déjà eu l’occasion de vous présenter (Grand Prix Guyader Défi Nautic) et où se côtoient de nombreux types d’engins pour le plus grand plaisir des spectateurs, s’organise bien en avance. Si en plus de venir traîner sur « Foilers » vous disposez d’un engin à foils, sachez que vous serez le bienvenu au Défi Guyader 2012. Pour le moment, il est prévu que cet évènement se déroule les 05 et 06 mai. Si vous êtes intéressés, « Foilers » transmettra. Sachez que les accro. des Moth à foils seront sûrement de la partie…

Le petit hydroptère d’ET

J’ai déjà eu l’occasion de vous parler de cet engin réalisé, entre autres, par Jean Garnault en 1976 et testé par Eric tabarly (Ici, et encore  !). Bateau qui a fait croire à certains qu’Eric Tabarly avait inventé l’hydrofoil à voile… Ce bateau, que j’ai eu plaisir à remonter avec Mariannick Buffard au sein de l’Association Eric Tabarly, sera exposé au Nautic 2011 du 03 ou 11 décembre. Vous pourrez aussi voir la maquette au 1/20 qui a servi à réaliser des essais tracté et définir les dimensions de ce prototype…

Proto hydrofoil pour E Tabarly - photo B deguy 1976

Sailrocket, la bête !

Vous avez sûrement suivi les progrès de Sailrocket puis son accident. Sinon, une visite s’impose sur le blog de Paul.

L’Hydroptère

Nouveau projet de record, Los Angeles-Honolulu, vers le printemps 2012. Le temps de référence est celui de Geronimo en 2005. Record pour lequel Jean Le Cam aurait rejoint le team…

L’Hybrid !

C’est du lourd, le team L’Hydroptère semble en passe de réussir à mettre à l’eau en 2013, « l’Hydroptère maxi », qui devrait d’ailleurs s’appeler « l’Hybrid » (Article dans la tribune de Genève). Un des objectifs de l’engin, qui devrait mesurer 30 m par 30 m et serait surmonté d’une aile rigide : l’atlantique en 3 jours. La recherche du budget semble bien avancer et DCNS serait de la partie et abandonnerait le 60 pieds…

Hydroptère Ch

La bête a dépassé 30 nœuds sur le lac de Genève, le fondateur de « Foilers », notre bon Dr Goulu,  m’a fait suivre le communiqué de presse ainsi que quelques liens ici et sur ce nouveau record Franco-Suisse.

L’Hydroptere.ch - Copyright Loris Von Siebenthal

PiR²

Je vous ai présenté ce bel engin dans l’article « PiR², foiler à foils en Y ». Ma vidéo avait été prise par petit temps. Voila que des chanceux ont pu naviguer à donf (jusqu’à 29.8 noeuds) !!

Mono à foils

Après les multi, les mono. se mettent aux foils. J’avais déjà présenté ce beau projet Speeddream dans la Ptites News 16, voici son nouveau site avec une très belle infographie. Il est aussi possible de trouver une belle vidéo sur ce bateau. Pour ceux qui ont des cheveux blancs, un des leaders de ce projet, le Russe Vlad Murnikov était à l’origine du projet Fazisi dans la course autour du monde 1989/1990 ! A noté qu’il y a aussi un intéressant article sur un proto équipé du système DSS dans le Voiles mag. d’octobre.

Ah, et puis aussi, comment ne pas penser à l’article « Etrange maquette » qui précède ce Ptites News ?  L’idée de cette maquette n’était elle pas déjà de réguler la gîte par des patins/foils immergés ?

Mono à foils suite

En réaction à l’article « Etrange maquette », André a laissé un message que je trouve très intéressant et qui reprend une interview de Michel Desjoyaux. Je ne souhaitais pas qu’il soit perdu parmi les réactions à cet article, je me permets donc de le coller ci-dessous.

De André, 08 nov 2011
« Un exemple d’évolution de la dernière génération ?
Extrait d’un Interview de Michel Desjoyaux sur site du Vendée Globe :
MD : « L’inclinaison de l’axe de rotation de la quille. On lève l’avant de cet axe, ce qui donne de l’incidence à la quille qui fait alors foil, ce qui revient à cabrer le bateau. Sur les plans Farr cette inclinaison était de 2 degrés, de 5 sur Safran et maintenant on est à 7,5. »

C’est vrai qu’un profil symétrique est moins performant qu’un profil asymétrique, mais la surface est importante et l’angle aussi. J’ai fait un rapide calcul avec les données suivantes : voile de quille 3.6 m x 0.5 m angle 7.5°. Vitesse 10 nœuds : 1.6 t ; 15 nœuds : 3.5 t ; 20 nœuds : 6.3 t. J’ai utilisé un vieux calcul qui m’a servi à concevoir mon canot en 1992, canot qui vole (et puis qui casse !). La quille étant placée en avant le centre de carène, en effet, cela doit faire cabrer le bateau. Par contre, une résultante de 2 à 6 tonnes (voir +), placée au vent à 2 m de l’axe de la quille, donc du bateau, cela ne va pas dans le sens de la contre gîte. Mais tout est affaire de compromis et ce n’est peut être rien par rapport au poids de la quille et aux gains…

Model

Oh le joli petit hydrofoil radiocommandé !

Electrique

Dommage que je ne maîtrise pas la langue de Goethe, par contre les photos sont intéressantes. Bel engin volant électrique à découvrir (voir les liens sous « Bilder »).

« Les annonces »

Vous le savez, on trouve de tout sur « E bay » ou « Le bon coin », du tri démontable de 7.60 m dessiné par Veyron à son grand frère de 9.14 m du même architecte (et presque au même prix).

Il y a aussi un tri à foil, je pense, réalisé à partir d’un Windrider et par l’équipe d’Atlantique Records ou Némo (voir Ptites News 18)…

C’est beau, mais est ce que cela vol ?

Très belle planche en bois équipée d’un foil en bois lui aussi !!

II – Pas de foil mais…

Multicoques

Cela n’a aucun rapport avec les foils, mais si comme moi vous êtes intéressés par les multicoques et leurs origines…

A voir !

Pas de foil mais amusant, lien envoyé par Claude Tisserand, attention aux morsures…

Ouaaah ! Pfffff !

Si comme moi vous aimez ce qui touche à la technique, la créativité, alors vous aimerez peut être ce projet ! Je vous recommande les vidéos celle qui explique le projet et le concept, et celles qui expliques …D’abord le site de Protéi, et puis une vidéo parmi les nombreuses disponibles.


Ptites News 21

1 septembre 2011

Encore un « Ptites News » sur Foilers ! Et oui ! C’est l’été (même si le temps n’est pas formidable), j’ai quelques articles sous le coude mais certains ont besoin d’un complément d’informations et comme vous peut être, mes « sources » sont en vacances. En attendant ces articles, qui je l’espère vous plairont, voici un nouveau « Ptites News ».

Moth à foils

Anthony Rezzoug, qui anime la classe des Moth à foils en France, vend son bateau. C’est assurément une monture idéale pour commencer sur ce type de support. Voici une annonce où vous trouverez toutes les informations complémentaires. Bons vols…

Annonce vente Moth A Rezzoug 08-2011

Le Moth de A rezzoug est à vendre...

Même les catamarans de croisière optent pour le « foil »

Question de mode, réel avantage en plus de celui de déporter le puis de dérive/foil sur le côté (donc pas en plein milieu de la coque)…. ? Le dernier Catana est équipé de dérives courbes…

Catana 59 via site Catana

Dérive courbe Catana 59 via site Catana

Très joli projet de foil pour Kite

Alpine Foil…

Cayak à moteur et foils

Un kayak, 2 flotteurs, un moteur et inévitablement beaucoup de travail sur les foils et les commandes. Une stabilité « incertaine », mais beau projet ! Cet hydroptère a été créé par Serge Pennec sur la base d’un vieux kayak. Il est propulsé par un petit moteur thermique. Les commandes sont celles d’un avion : direction aux pieds, profondeur et roulis au manche (à droite), gaz à la main gauche. Dès que l’appareil accélère, les plans porteurs immergés entrent en action et la coque sort complètement de l’eau. Serge Pennec avait remisé cet appareil dans son atelier depuis plusieurs années. Il l’a prêté à l’association Air De Glisse afin qu’elle le remette en état et le fasse fonctionner. L’association est spécialisée dans les aéroglisseurs et le site mérite une visite. Cet essai a eu lieu à Malling, près de Metz, le 15 juillet 2011. Certains pourront se demander si la mise en place d’une régulation de la hauteur de vol par palpeur ne serait pas judicieuse… Oui, c’est possible. Sauf si l’idée est aussi d’apprendre à maîtriser la bête, véritable cheval sauvages (un gros hyppocampe quoi !).

Trifoiler

Incroyable casse d’un Trifoiler lancé « pleine balle » !

MOD 70

La monotypie ne me passionne pas ! Mais en passant près du MOD 70 Race for water, je me suis rendu compte que ses foils avaient des extrémités elliptiques alors que jusqu’à présent, les derniers trimarans MVP – VLP avaient des terminaisons de foils avec Winglet. J’avais ma petite idée sur le pourquoi de cette forme, mais j’ai préféré vérifier en demandant à l’équipe technique pourquoi les foils de MOD 70 n’ont pas de Winglet.

Les bateaux étant tous les mêmes, ils n’ont pas besoin d’être au maximum de ce qu’il est possible de faire. Comme la réalisation de winglets coûte plus cher et que les winglets imposent une mise en place des foils par le dessous (dans l’eau si on ne peut ou ne veut pas sortir le bateau), cette solution n’a pas été retenue. De même, certaines pièces en titane sur les 60 pieds sont en inox sur les MOD 70 ! Ouf, le winglet à toujours son utilité/supériorité !

Extrémité elliptique foil MOD 70 – photo F Monsonnec 08-2011

 

Winglet foil Banque Populaire V – photo F Monsonnec 08-2011

Des photos de l’Hydroptère, en veux tu, en voila !

L’Hydrotère CH bas ses premiers records

L’Hydroptère.ch (cata de 35 pieds) vien d’établir deux premiers records sur le lac Léman :  record du kilomètre à 29,18 nœuds (vitesse max 34,84 nœuds) et celui de l’heure à 21,32 nœuds…

Les hydrofoils Suisse en vidéo sur le site V & V

Une vidéo qui fait suite au beau N° du mois de juin qui présentait plusieurs engins Suisse ainsi qu’un historique des voiliers à hydrofoils.

P28 Gonet, des images !

La page Facebook de ce projet comporte maintenant de belles images du bateau en cours de réalisation. C’est amusant de voir revenir les foils en échelles, je ne sais pas si cette configuration version années 2000 sera performante, cela me rappel des discussions avec mon ami GG à propos de possibles évolutions du Foilboard

Pas de décollage, mais des ailes

Et de la propulsion musculaire…


Greg Ketterman – La saga du concept Trifoiler 2/2

20 avril 2011

Partie 2, de TFP à TF22 et « les produits dérivés »

Seconde partie de cet article consacré aux engins à foils développés par Greg Ketterman. Cette seconde partie ne peut être lue sans avoir auparavant découvert (ou redécouvert) la première partie : « Partie 1, du modèle à Longshot ».

J – TFP, l’après Yamaha

1992 – loisirs

Lorsque Yamaha cesse son engagement avec Greg Ketterman, Greg et Dan décident de réaliser un nouveau prototype. C’est en concevant ce prototype, qu’ils mettent au point tout le système de montage du Trifoiler (fixation des palpeurs, rétraction des foils, mise en place et rotation des mâts…) et sa faculté à être remorqué. Tout l’outillage de production, ainsi que le bateau, a depuis été vendu en Allemagne…

TFP – photo via G Ketterman

K – Trifoiler TF22, la commercialisation

1992 – loisirs

Après les études et essais réalisés sur TFP, et avant de conclure un contrat avec KL Nautic pour l’Europe et avec Hobie Cat aux USA, Greg et Dan se lance dans la production de leur bébé. Le Trifoiler TF 22 est une version assagie de Longshot. Mais il reste tout de même le bateau de série le plus rapide sur l’eau. Il dispose d’une construction moins légère et d’une surface de voilure diminuée. La remorque spécialement mise au point par Dan et son frère, permet facilité le montage, dont la durée théorique est de 35 mn.

Première brochure Trifoiler Ketterman, recto & verso

Trifoiler au beurre

L’histoire de ce Trifoiler made in Brittany débute en 1992 lorsque Didier Corre, alors co-propriétaire du chantier KL Nautic (production de cata de loisirs à Auray), découvre Longshot à la semaine de vitesse de Brest. Il est, comme beaucoup, impressionné par les performances de l’engin. Didier Corre peut facilement en juger puisqu’il participe à cette semaine de vitesse à la barre d’un cata produit par son chantier. Intéressé par cet étrange engin qui vient la veille de battre le record du monde de vitesse au Sainte Marie de la mer, Didier Corre prend contact avec Russel long. Ce dernier lui apprend qu’une version loisirs existe et est produite par les frères Ketterman aux Etats Unis. Désireux de se lancer dans l’aventure, le chantier KL récupère TF3 qui se trouve alors en Europe. En janvier 1992, Didier Corre se rend à Long Beach pour rencontrer Greg Ketterman. Greg Ketterman embarque Didier Corre comme équipier pour une navigation dont il se souvient encore et qui lui a donné parmi les plus belles sensations de sa carrière de marin. L’engin reste à plat et fonce à plus de 30 nœuds. Lors de cet essai Greg Ketterman « fonce » droit sur une digue (en tout cas c’est ce qu’il semble faire) et empanne à 10 m du béton ; un vrai char à voile sur l’eau. Après discussion avec Greg Ketterman, Didier Corre obtient la licence pour produire le Trifoiler pour le marché européen.

Brochure Trifoiler KL

KL réalise les moules des flotteurs et des palpeurs, les moules de foils sont fourni par Greg Ketterman comme les pièces d’assemblage (moufle de safran, fixation des foils…). Les autres pièces en aluminium, comme les mats et les bras, sont made in France. D’après Didier Corre, Le Trifoiler était tout de même un bateau fragile. Les baguettes de palpeurs, par exemple, ont demandé de nombreux essais avant de réussir à obtenir la bonne composition. L’engin est vendu avec sa remorque routière pour 110 000 F (17 000 €). Ce Trifoiler Breton (au beurre salé) est même exposé à l’entrée du salon nautique de 1993.

Trifoiler KL devant le salon nautique 1993 - Voiles & Voiliers janvier 1994

Le marché n’est malheureusement pas prêt, ou n’est pas assez important, pour la commercialisation d’un engin de ce type. Cette collaboration s’arrête après quelques années. KL Nautic poursuit la production de catamarans de loisirs puis est vendue en 1995. Les moules du Trifoiler restent à l’abandon de nombreux mois avant d’être rachetés. Ils sont aujourd’hui de nouveau à vendre.

Moules safran Trifoiler breton – photo Malric Leborgne 2009

Foil de Trifoiler breton – photo F. Monsonnec 2005

Foil de Trifoiler breton – photo F. Monsonnec 2005

Trifoiler Hobie

La production démarre aux états unis, chez Hobie cat, en 1995. Elle s’arrête malheureusement en 1999. Malgré un produit performant, esthétique, innovant, le concept est sûrement réservé à un public fortuné et très pointu, donc restreint. Il semble qu’entre la version KL Nautic et celle de Hobie, des ajustements ont été réalisés, puisque les dimensions annoncées ne sont pas les mêmes !

Brochure Trifoiler Hobie

Trifoiler Hobie TF 22 en chiffres

  • Longueur hors-tout : 6.70 m
  • Long coque 4.90 m
  • Largeur : 5.78 m
  • Tirant d’eau : 0.71 m
  • Surface de voile 19.93 m² (2 voiles arisables)
  • Hauteur de mat 5.5 m
  • Poids : 145 kg
  • Matériau : polyester fibre de verre, renforts carbone

Dessin TF22 – F Monsonnec 2010

Combien de Trifoiler produits ?

Il semble qu’environ 220 bateaux aient été construits. Les 40 premiers par Dan et Greg (Ketterman TriFoiler) puis ~170 par Hobie Cat. D’après Didier Corre, 12 bateaux made in Brittany ont été produits en France.

Pilotage et performances

La direction se fait, au pied, grâce à un palonnier, le réglage des voiles par une seule écoute qui rentre dans la coque et qui est relié au tube disposé entre les deux wishbone. Le pilote dispose, sur le piano disposé devant lui, de 5 bouts. De bâbord à tribord : mise en place du foil bâbord, rétraction du palpeur bâbord, écoute, rétraction palpeur tribord et enfin mise en place foil tribord. Les sensors doivent être bridés pour le décollage, puis choqués une fois le bateau décollé. Le décollage se fait à partir de 12 nœuds de vent et la vitesse maxi atteinte semble être d’au moins 35 nœuds. Cette vitesse est atteinte pour une navigation à 110° du vent et par mer plate. Ce bateau étant plus dédié à des navigations dans les ports ou sur les lacs. Sa limite semble être des vagues de 90 cm. Par contre par vent faible, l’animal n’est pas transcendant. A deux, la vitesse est évidement plus faible et le poids maxi « accepté » est de 182 kg. Lors des empannages, le pilote peut subir une accélération de 2G ! Même si les vitesses atteintes peuvent faire peur à certains, personne n’a encore réussi à retourner un Trifoiler ! Enfin, à la question : « qui du Trfoiler ou du Windrider rave est le plus rapide ? », les images sont plus efficaces que les mots, voici une vidéo très parlante… !

Cockpit TF22 - photo Yachting World mai 2002

L – Les « produits dérivés »

Avec autant de prototypes et la production d’engins commerciaux aux performances exceptionnelles, il est bien évident que le travail de Greg Ketterman a fait des émules. Gurval Lego (auteur d’un très bel article sur Foiler) a même, avant d’arriver à la structure actuelle du projet Dared, imaginé utiliser une base de Trifoiler. Même si auparavant Force 8 ou Philfly avaient déjà prouvé l’intérêt de la régulation des foils sur un voilier (sans oublier Monitor, même si l’approche était totalement différente), le travail des frères Ketterman a changé l’approche de nombreux chercheurs et fait naître des vocations. Même si Maurice Gahagnon volait déjà sur l’eau avant que Longshot fasse parler la poudre aux quatre coins du globe, il a je pense, été inspiré par l’efficacité du DLA. Comme il visite souvent les pages de Foilers, il pourra si besoin rectifier ! Je ne vais pas faire la liste des engins à palpeurs qui ont suivi l’arrivée du système « Trifoiler », mais plutôt essayer de retrouver les engins utilisant une structure réalisée par Greg Ketterman.

Speednauts

En 2005 le syndicat Danois Speednauts, récupère TF3 dans l’optique de l’améliorer : en augmentant la puissance et en rédusant la traînée. Le bateau est stocké au Risø National Laboratory et navigue dans le Fjord Roskilde. Le syndicat démarre des tests de traînée du gréement et prévoit de développer un VPP… Des navigations sont réalisées au court de l’été 2005, l’équipe rencontre des soucis avec la poutre, mais réalise les réparations nécessaires. Beaucoup de données sont collectées et l’équipe commence à avoir beaucoup d’idées de modifications qui leur font penser être capable d’améliorer suffisamment le bateau pour pouvoir dépasser les 50 nœuds ! Leur record personnel, réalisé par Christian Jensen, est alors de 34 nœuds. Malheureusement le projet tourne cours, peut être par manque de financement ? Après l’été 2005 plus aucune information n’est disponible sur le site Speednauts…

Photo TF3-Speednauts – photo team Speednauts

Kiteboatspeed

Ce projet développé par Christophe Martin (Skipper Aile et R&D), Christophe Ballois (Skipper Bateau et R&D) et Stéphane Ballois (Logistique et Communication) a marqué les esprits par sa prestation à Douarnenez en juillet 2007 ou il a reçu le prix de l’innovation (belle vidéo du bateau à Douarn). Le pilote, situé à l’avant, contrôle l’aile et celui placé à l’arrière, la direction. Ce bateau part d’une base de Trifoiler mais la coque n’est pas la coque d’origine et d’autres éléments ont aussi été modifiés. Particularité de ce team, Christophe Martin est paraplégique et fait parti de l’association Vagdespoir qui œuvre au développement du Handikite pour les personnes à mobilité réduite (j’ai déjà eu l’occasion de parler de son projet sur Foilers). Le team est actuellement en phase de recherche de sponsors pour un autre bateau beaucoup plus performant… A suivre !

Kiteboatspeed - photo droits réservés

Don Montague

Don a été designer chez Gaastra et responsable R & D chez Naish. Il a aussi écumé les spots de la planète en temps que professionnel de windsurf et de kite. Don Montague travail sur le projet Kiteboat project depuis 1997. Après avoir réalisé de nombreux essais sur d’autres supports (petits catamarans, canoës de mer…), Don a modifié et testé la propulsion par kite sur la base d’un Trifoiler mais aussi sur un Quadfoiler (c’est ainsi que l’équipe nomme un cata à 4 foils, dont deux pilotés par palpeur). C’est au sein de la compagnie Makani Power, qu’il a créé avec Corwin Hardham, qu’il teste ce type de plateforme de 2006 et 2008. Don a participé avec son Trifoiler modifié, à la course « Ronstan Bridge to Bridge » (parcours de 7.5 milles dans la baie de San Francisco entre le Golden Gate et le Bay Bridge). Il a fait sensation en partant comme un missile poussé par un vent de 25 nœuds. Mais il ne s’est classé que 26ème, handicapé sur la fin de parcours par la chute du vent. Il travail dorénavant avec un important team sur un trimaran à foil en V, avec un safran déporté sur l’arrière, spécialement dessiné pour être propulsé par des kites. Le but de cette équipe (10 personnes) est de développer des systèmes de lancement et de récupération des ailes, des kites de grande taille et des foils adaptés à ce type d’engins.

Kiteboat Project Don Montague – photo Erik Simonson

Copie Brésilienne

David Bevilacqua est Urugayen mais vit au Brésil. C’est après avoir vu des images d’un Trifoiler de Hobie cat sur un écran de TV en 1990 (dans un aéroport), qu’il décide de fabriquer son propre Trifoiler ! Il se base alors, sur des d’informations découvertes sur Internet.

Dessin Trifoiler Brasil – via David Bevilacqua

David dispose de 2 ailes Delta dont il récupère les tubes pour la structure et le tissu pour les voiles ! Aidé par divers amis, et disposant d’un local prêté par un Yacht club, les travaux commencent. David achète un kayak pour réaliser la coque centrale, de la mousse, de la résine… Les foils et le safran sont réalisés en fibre de verre renforcée de Kevlar, les flotteurs sont en mousse shapée et stratifiée. Les premiers essais ont montrés que des ajustements devaient être réalisés sur les foils et sur certaines pièces qui n’étaient pas suffisamment solides, comme par exemple le haubanage. Le site réalisé par David montre des essais en mer qui n’ont pas l’air spécialement positifs.

Trifoiler Brasil – photo via David Bevilacqua

David réalise en ce moment un « Vélomobile » après en avoir vu un en Europe et utilise les éléments de son Trifoiler pour réaliser deux nouveaux engins, un propulsé par une voile « classique » et muni de foils en L avec palpeurs et un second avec foils en V et tracté par un kite…

David Bevilacqua a devant son Vélomobile - photo via David Bevilacqua

« One Oar in the Water »  (extrait de l’article V-39 Albatross, nouveau projet mi avion, mi voilier)

Ce bateau dessiné par Greg Ketterman a été réalisé par Dave Culp en 1993 (D. Culp : président de la société Kite Ship, cet ingénieur est un des pionniers dans l’utilisation des Kites). Le flotteur de ce prao était situé à 7.3 m de la coque qui mesurait 6.7 m. La longueur totale était de 9.14 m (2.4 pour le palpeur). La voilure souple mesurait 15.8 m² et le safran aérien avait une surface de 3 m². Les ailes à effet de sol (sur le bras et le canard à l’avant de la coque centrale), mesuraient au totale 11.9 m² et avaient un profil symétrique. L’aile située sur le bras de liaison pivotait librement autour du bras et était piloté en incidence par le palpeur fixé en avant du flotteur. Bateau arrêté, son incidence était positive et pouvait passer en négative en cas de décollage trop important du flotteur. L’intérêt de ces ailes était de participer au décollage du bateau, mais aussi de libérer le pilote de la gestion de l’équilibre latérale. Le foil en L était disposé juste derrière le centre de gravité de la coque principale, mais au niveau du centre gravité du bateau complet lorsque le flotteur était décollé. A grande vitesse, le foil devait « porter » 98 à 100% du poids du bateau. C’est le canard situé à l’avant de la coque qui devait faire décoller l’étrave et donc augmenter l’incidence du foil (fixé avec une très légère incidence positive). Le palpeur avant pilotait le canard qui lui-même, par l’intermédiaire de l’assiette de la coque, devait piloter le foil. Les avantages de cette configuration devaient être : de travailler avec un foil fixé directement à la coque (pas articulé comme sur le Trifoiler), de minimiser la ventilation (par rapport à un foil en V) en utilisant un foil en L, une surface mouillée réduite au minimum (grâce à l’utilisation d’un safran aérien). Le bateau prévu pour peser 218 kg, pesait en réalité 252 kg. La première année, le bateau a navigué sans souci pendant environ 1h30 mais sans décoller. Le fait que ce soit un prao, ne facilitait pas son utilisation, bien que l’équipe arrivait à le faire naviguer sur les deux amures. D’après Dave Culp, le manque de temps et des problèmes de budget rendaient la mise au point de cet engin difficile. Je ne sais malheureusement pas ce qu’est devenu ce bateau par la suite.

« One Oar in the Water » via article du même nom par Dave Culp

Le projet de Randy reynolds

En février 2004, Randy Reynolds évoque, sur le site de sa société, la possibilité de réaliser un Trifoiler de 10m. Un prototype est dessiné,  et prévoit d’utiliser une coque de catamaran R33 et les flotteurs de cata Inter 20 ! Malheureusement, ce projet est lui aussi en stand by depuis 2005…

Il manque sûrement des projets qui m’ont échappés….

M – Conclusions

Greg Ketterman s’est (temporairement ?) éloigné du dessin des engins à hydrofoils. Les plans d’eau d’aujourd’hui sont griffés de foils asservis mais par palpeurs traînés. Pourtant c’est bien Longshot qui, dans cette famille d’engin à hydrofoils, détient le record de vitesse à la voile. Je suis curieux de voir ce que serait capable de réaliser un nouvel engin qui aurait disposé des avancées des dernières recherches sur cavitation. Comme celles par exemple, du team Hydroptère…

N – Vous voulez en savoir plus

Quelques vidéos (vous en trouverez beaucoup d’autres…)

  • Vidéo « officielle » avec des images du montage (à la fin)
  • « Reportage »
  • Vidéo assez proche de « l’officiel » mais avec quelques images de TF20 et autres engins

Sites

Remerciements

  • Greg Ketterman
  • Didier Corre
  • David Bevilacqua

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 526 autres abonnés