Records, kitesurfs et mesures

Un intéressant échange de mails avec Manu Taub (46.98 noeuds en kite l’an passé) a achevé de me convaincre de rafraichir la page des records en y intégrant de plein droit les kitesurfs. J’avais commencé par lui demander pourquoi le WSSRC distingue une catégorie « kite » au lieu d’intégrer les kitesurfs aux classes définies par la surface de la voilure, d’autant que :

manu Taub Luderitz 2Voici en substance ce que m’avait répondu Manu :

Lorsque le kite de vitesse est apparu, le WSSRC ne savait pas comment mesurer les ailes (surface à plat /surface projetée, les ratios, etc, etc…). De plus, parfois nous utilisons plus de 10m2, et les fabricants ne communiquaient pas tous de la même façon, certains trichaient même sur les tailles annonçant des 9m alors qu’elles en faisait 10 !

Nous avons alors decidé avec le WSSRC de créer une catégorie kitesailing, ce qui nous permettait en plus de pouvoir plus facilement communiquer sur nos perfs et nos records qui auraient été invisibles en catégorie – de 10 m2. En marge de ça, l’ISAF dont le WSSRC fait partie, a commencé a s’intéresser à nous mais de façon prudente ! (en outre en France c’est la fédération de vol libre et non de voile qui nous gère, ce qui n’arrangeait rien …) Bref, L’ISAF validait la categorie kite mais decretait en même temps que nous ne pouvions pas concourir pour le record absolu !? Discours paradoxal, politique et de plus british (!!!), on a laissé comme ça, sûrs que le cas échéant il y aurait modification.

manu Taub Luderitz 46.98 2
(Manu sur son run à 47 noeuds à Luderitz, Namibie, 2007)

Bingo, récemment lors de leur session de novembre au Portugal et à la suite de la performance de Sjoukje, l’ISAF a officiellement modifié ses textes afin d’y inclure le kite , ce qui nous ouvrirait en plus à terme sur des formats race l’accès à l’olympisme …(why not) Voilà l’histoire, le kitesailing est une catégorie a part, maintenant qualifiée toute catégorie, … mais ça n’a pas été simple !!

Sur sa lancée, Manu soulève un autre point intéressant relatif au(x) système(s) de chronométrage et qui fait débat ces temps sur les spots:

Le WSSRC valide le chrono par GPS différentiel comme l’utilise l’Hydroptère, MacQuarie et les bateaux qui en ont les moyens. Du coup ils ne courent pas sur un parcours imposé comme les windsurf et les kiters ou autres qui utilisent un système de chrono fixe (sur la plage ou au bord d’un canal, ndlr). Ils naviguent où bon leurs semble et recupèrent ensuite le meilleur 500m ou le meilleur mile. Ce n’est pas du tout le même jeu !

manu Taub Luderitz 46.98 3
(Manu sur son run à 47 noeuds à Luderitz, Namibie, 2007)

Par exemple dans mon cas, je fais un run officiel à 46,98kts sur un parcours fixe, ma trace GPS me donne un meilleur 500m (bien sur pas exactement sur le parcours officiel) à 49,7kts, disons grosso modo qu’avec un GPS différentiel et la correction, je peux imaginer tout de même être dans les 49 noeuds et probablement recordman du monde … ( bien sur on pourrait mieux placer le parcours, ce qui sera fait, mais tout de même ! )

La problématique est subtile car tous les points de vue sont justifiés. En effet, pourquoi reprocher aux bateaux d’utiliser un système de chrono apparemment juste et validé par le WWSRC, sous prétexte que d’autres type de supports ne peuvent pas l’utiliser, essentiellement car sa miniaturisation n’est encore pas assez importante.

Effectivement, ce qui m’empêche d’utiliser ce type de GPS aujourd’hui ce n’est pas son budget (à moi de le trouver) mais sa taille, le transporter sur le dos n’est pas une option ( trop de poids, d’encombrements, de risque de blessure accru en cas de chute à 54 kts comme à 12 et de dégâts de ce matériel très couteux)

Je dois préciser qu’en terme de technicité de navigation, c’est un art que de poser son run pile poil sur le parcours et de n’avoir de cesse de l’améliorer, c’est un paramètre important et contraignant de la perf.

A ce jour le WSSRC ne se mouille pas, et les avis en son sein sont partagés. Mais la réalité, c’est que bien que cela se justifie, tous les formats de course aujourd’hui dans la chasse au 50kts ne sont pas identiques, alors que semble-t-il le WSSRC doit être garant de cela. (…) La notion principale ne devrait elle pas être que toutes les performances puissent être comparable pour qu’une puisse être déclarée meilleure ?

Les systèmes de chrono doivent ils être choisis uniquement en fonction de leur précision ou bien aussi en fonction de leur accessibilité à tous, a fortiori dans la mesure où ils influent sur la performance elle même ?

Luderitz
Le spot de Luderitz, Namibie, avec beaucoup de bleu.

Merci beaucoup à Manu pour ce point de vue qui va certainement susciter des commentaires, et pour les photos qui vont avec.

Publicités

9 Responses to Records, kitesurfs et mesures

  1. Bonjour à tous et félicitations pour Manu Taub,

    Je suis funboarder (quoique de moins en moins vu mon grand age …) et je ne connais pas grand chose au kite.
    Néanmoins je me permets de réagir aux propos de Manu.

    – Je ne savais pas que la WSSRC validait les vitesses sur 500 m autrement que par une mesure du temps sur un parcours déterminé. Il y a, à mon avis, une très grande différence  » d’esprit  » entre courir sur un parcours déterminé et choisir son parcours à posteriori (surtout dans la catégorie des sacro-saints 500 m).
    Je suis, sur ce point, tout à fait d’accord avec Manu.

    – Néanmoins, il faut avouer que sur d’autres points la WSSRC est plutôt tolérante pour « nos » petits engins :
    Autant que je sache, il me semble que la jauge stipule que l’engin doit pouvoir flotter à vitesse nulle et démarrer sans aide extérieure.
    Pour le premier point (flottaison à V=0), le funboard et le kite s’acquittent à peu près de la tache (on pourrait en discuter …)
    Pour le second point (départ sans aide), si le funboard peu à l’extrême rigueur respecter cette règle (waterstart sur un gun …pas évident), je crois que le kite en est incapable. Ne faut-il pas au moins deux personnes pour faire décoller l’aile alors qu’il n’y a qu’une personne sur la planche ?

    – Enfin, il faut bien avouer que le fait de courir sur des runs dans 30 cm d’eau ou sur un canal creusé spécialement, s’éloigne sensiblement de l’esprit  » bateau à voile » … surtout dans l’esprit du grand public. (Ceci est valable aussi pour Yellow Pages)

    Gérard

    P.S. Surtout ne voyez aucun esprit agressivement polémique dans mes propos.

  2. normand dit :

    en réponse à Gérard,
    – les kites peuvent décoller assez facilement de façon autonome, surtout avec la nouvelle génération d’aile dite »plate ». C’est surtout par confort et par sécurité (pour la longévité de l’aile, car il y a des frottements entre le spi du kite et le sol !! style petit coquillage mal placé et très agressif), voir par manque d’expérience, qu’une aide extérieure est souvent requise.
    – à rediscuter le fait de modifier le réglement du chronométrage et d’accepter le GPS ; par rapport au 500 m fixe avec angle fixe !
    L’Hydroptère aurait il fait le même jour 44 nds entres deux bouées ?
    Tadeg Normand / projet Sylphe

  3. Thierry dit :

    Beau papier…:=)

  4. WouterD dit :

    D’ailleurs, le record des 50kn sur 500m est (virtuellement) battu, il y a quelques jours! Faut « juste » le faire sur un parcours « reglementé » maintenant…

    http://50knots.xs4all.nl:3006/gps-kitesurfing/gps.asp?mnu=user&val=401&uid=4

  5. […] La vitesse est mesurée par GPS embarqué, mais pas assez précise pour être homologuée par le WSSRC. Selon ce post sur le blog rekord.tv (en allemand) du témoin qui a filmé la scène, Tilmann est déjà très content que son relevé GPS ait été accepté par GPS-kitesurfing. Voilà qui amène de l’eau au moulin de la discussion sur la mesure des records en kitesurf. […]

  6. Bonjour à tous,

    Dans les années 80/90 il me semble me souvenir qu’une des règles de la WSSRC stipulait qu’un record n’était validé que s’il était supérieur de 2% (ou 5%) par rapport au record précédent.
    Cette règle existe-t-elle toujours ?


    Gérard

  7. Dr. Goulu dit :

    C’est dans le règlement ici, article 6 que je traduis approximativement ci dessous:

    Pour établir un nouveau record, le temps mesurée (corrigé sur 500m précisément) doit améliorer le record exisant par la marge suivante:

    a. Sur un trajet chronométré depuis le sol et filmé en video : Entre des records courus sur le même trajet, lorsque les emplacements de chronométrage n’ont pas été déplacés, sur des chronomètres précis au 1/100ème, la marge est de 1/50ème de seconde.

    b. Entre records courus en des emplacements distincts ou si le chronométrage a été déplacé, la marge doit être de 1/25ème de seconde.

    c. Sur la base d’enregistrements GPS approuvés par le WSSRC, la marge est de 1/100ème.

    50 noeuds ça fait ~25.7 m/s, donc en 1/100ème tu parcours 25.7 cm. Selon le point b qui couvre le cas le plus fréquent, la marge représente environ 1m / 500m, donc une amélioration de 2 pour mille est nécessaire (et pas 2%)

    Si tu veux battre Finian Maynard (48.7 noeuds), tu dois en faire au moins 48.8 …

  8. […] kite boarder  Manu Taub (2x recordman en 2004, 47 noeuds en 2007) qui nous avait expliqué l’historique mouvementé de la reconnaissance du kitesurf par le WSSRC, m’a fait parvenir copie d’un mail de protestation énergique adressé au WSSRC dont […]

  9. […] Records, kitesurfs et mesures […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :