Des nouvelles de Kiteboatspeed

kiteboat st anne 180208 152Suite à des commentaires sur le premier article consacré à Kiteboatspeed, j’ai reçu des nouvelles fraiches de ce team par e-mail, plus une photo et une vidéo de leur récente navigation à Sainte-Anne, dans 16 noeuds de vent et une mer pas très plate.

Voici ce que me disent Christophe Martin (Skipper Aile et R&D), Christophe Ballois (Skipper Bateau et R&D) et Stéphane Ballois (Logistique et Communication)

Notre volonté est de créer un Kiteboat ultra performant capable d’obtenir des qualités de navigation et de vitesse équivalentes à un trimaran classique dans un premier temps puis de monter en puissance progressivement pour à terme les dépasser.

Notre base de réflexion au niveau du trimaran est le Longshot (proto trimaran à deux gréements). Il est exact que nous avons utilisé certaines pièces de TF 22, mais ce n’est qu’une partie du bateau. La coque entre autre n’en est pas une, et ce sont les différentes modifications et les autres éléments qui font qu’aujourd’hui le Kiteboatspeed navigue.

Certains intervenants sont vraisemblablement sceptiques sur les performances d’un tel bateau, certains disaient aussi qu’il n’était pas possible de faire naviguer un kiteboat sur foil. Le Kiteboatspeed 1 a déjà des performances extrêmement impressionnantes. Nous ne souhaitons pas communiquer pour le moment sur les performances exactes du trimaran.

Vous pouvez avoir un aperçu de ses capacités sur la dernière vidéo mise en ligne cette semaine sur youtube où le trimaran va vite dans une mer formée et un vent faible :

Cela donne une idée des performances que nous pouvons atteindre sur un plan d’eau plat et avec du vent fort.

La barrière des 50 nœuds n’est pas si simple à dépasser mais c’est un challenge qui nous correspond.

La performance et le développement ont un prix et nous sommes en cours de négociation avec des partenaires afin de créer un bateau capable de se battre contre des concepts tel que Macquarie Innovation ou l’Hydroptère.
Publicités

Le défi de l’Hydroptère

L’équipe de l’Hydroptère vient de publier ce communiqué, dont un premiers tiers est consacré à l’histoire de la vitesse à la voile.

Le second tiers est une habile prise de position sur la polémique sur la mesure des records. En gros:

  1. Le WSSRC est brossé dans le sens du poil : sans eux et leurs règles, pas de record valide.
  2. Mais l’Hydroptère évite soigneusement le débat concernant l’avantage de la mesure par GPS différentiel sur les meilleurs 500m dont il bénéficie par rapport à la mesure depuis la terre entre deux lignes précises…
  3. On en profite pour rappeler que le record de Finian Maynard a été atteint sur « un canal spécialement construit pour ce défi. » alors « que « l’Hydroptère est le seul engin à voile capable de concilier des navigations au large dans de la mer formée et des runs à plus de 45 nœuds« .
  4. Par contre les kites sont pour la première fois considérés comme des adversaires dangereux.
brashydroptere.jpg
Bras de liaison de l’Hydroptère en « configuration vitesse ».
Pour l’importance du carénage, voir la fin de cet article

Le dernier tiers est consacré au défi de l’Hydroptère pour 2008. Désormais modifié en « configuration vitesse », le bateau sera dès la mi-mars sur le spot de Port Saint Louis du Rhône devant la plage Napoléon pour profiter du Mistral… Pour l’Hydroptère, c’est sur, ça va chauffer:

Une chose est sûre, 2008 est l’année du record de vitesse absolue à la voile… Il y a trop de prétendants et trop de motivation pour que le record en reste à son niveau actuel.
L’ensemble de la communauté rêve des 50 nœuds à la voile.

Osera t’on naviguer plus vite, propulsé par la seule force des éléments ? Un début de réponse dès ce printemps..

Osez, les gars, osez !

Foilborne

trouvé sur le blog Foilborne du Moth-iste anglais Adam May :

Une jolie photo de son safran en pleine ventilation (cliquez dessus pour l’agrandir). On voit assez nettement que le « trou dans l’eau » se prolonge jusqu’au bas du safran, et on devine de grosses poches d’air au dessusdu foil. Comme Adam le dit, pas évident de faire cette photo d’une main en gardant le contrôle du Moth de l’autre dans ces conditions …

Une autre idée assez sympa, c’est de monter une caméra au bout d’un tangon, ce qui lui permet de s’auto-filmer tout en changeant l’angle de prise de vue.

Montage :

Résultat:

Hydrofoil et téléphone

Tombé par hasard sur cette page donnant une info étonnante : en 1919, l’homme le plus rapide sur l’eau était Alexander Graham Bell. Oui, l’inventeur du téléphone !

Dès 1911, ce passionné a mis au point successivement 4 bateaux motorisés dotés d’hydrofoils. Le 9 septembre 1919, son « HD-4 » propulsés par deux moteurs d’avion atteignait 114 km/h (61 noeuds), plus du double des vapeurs les plus rapides de l’époque.