Début de saison pour AET

Si vous n’avez pas encore pris l’habitude de suivre les « News des Teams » grâce au flux RSS ci-contre, voici des nouvelles fraiches d’AET, le 18 pieds australien lémanique volant de Thomas Jundt.

L’hiver a été mis à profit pour des améliorations techniques. Au chapitre de la chasse au poids, une bôme de 1.5 kg (!) de carbone  est venue remplacer  celle en alu, de 7.5 kg, et 3 kg de plus ont été gagnés dans le gréement. A part cela, de nouvelles voiles contribuent à abaisser le centre de poussée et le calage du foil arrière a été modifié.

Voici également (enfin) une photo montrant les 2 foils d’AET :

AET version 2008 a fait sa première sortie dans le glacial week-end de Pâques, atteignant 14 noeuds au près et 17 au portant dans seulement 13-14 noeuds de vent

La vidéo de cette navigation est disponible sur le site de Jean-Pierre Ziegert et en 3 parties sur YouTube. Voici la première :

Publicités

La technique de l’Hydroptère

Viens de trouver un site un peu ancien (2002) consacré à des Travaux Pratiques Longue Durée sur « La technique de l’Hydroptère » par 9 élèves ingénieurs en 2ème année d’Hydraulique et de Mécanique des Fluides à l’ENSEEIHT (Toulouse) encadrés par deux professeurs.

Les sujets abordés sont nombreux :

  • principe des hydrofoils et historique
  • choix des profils : NACA 0015 et EPPLER 817
  • réalisation d’une petite maquette « 2D » pour test de profils de foils
  • mesure de portance et trainée
  • simulations numériques avec Fluent et Xfoil
  • présentation très complète de la cavitation, avec nombreuses vidéos dont une rare de supercavitation (source inconnue):
     

    (regardez bien le profil horizontal : plat dessus, concave en dessous, rien à voir avec un profil « aérodynamique » classique…)

Le travail est d’excellente qualité et donne une très bonne vision globale de la problématique. Le seul reproche que je ferai est que les simulations et tests concernent des vitesses trop basses (10 m/s, 20 noeuds …) par rapport aux challenges actuels.

Vidéo des « Masters of Speed » du 5 mars 08

Hier soir, M6 a consacré quelques  secondes de son journal « 6 minutes » au record d’Antoine Albeau. Vous pouvez les voir toujours sur Vagueo. (merci encore tOm, je ne connaissais pas le site de video zapiks.fr)

A voir la video des runs ci-dessous, on dirait que le problème hier n’était pas seulement d’aller vite, mais de rester sur la planche. Les chutes (dès 2:30) sont spectaculaires, heureusement sans trop de mal :

Quelqu’un a des infos sur la surface de voile, la planche et l’aileron utilisés par A2 ?

SailRocket paré pour sa 3ème saison

SailRocket a rejoint sa base de Walvis Bay en Namibie. Vous pouvez suivre leur actualité sur la page de news de leur site, dont je viens de remarquer que c’est en fait un blog , ce qui m’a permis d’ajouter leur flux RSS aux « News des Teams« .

Pour mémoire, SailRocket est un prao à voile inclinée qui rappelle les concepts de Bernard Smith, comme le reconnait volontiers Paul Larsen dans ce post.  SailRocket a atteint 42.1 noeuds l’an passé. Ca déménage:

SailRocket a été le premier projet a mentionner explicitement l’utilisation d’un foil supercavitant, mais je ne suis pas sur qu’il soit réellement utilisé sur l’engin actuel. Pour l’instant j’en suis à essayer de décrypter cette photo :

Quelqu’un y comprend quelque chose ?

Progression des records

Qui sera le premier à franchir les 50 noeuds sur 500 m par la grâce d’Eole ?

Pour tenter un prognostic intelligent, j’ai pondu le petit graphique ci-dessous à partir de mon tableau des records. Il représente les vitesses atteintes au cours des 35 dernières années dans les différentes classes reconnues par le WSSRC :

records.png

Je m’attendais à voir une sorte de tendance générale à « plafonner » à une certaine vitesse pour chaque classe, mais on observe ceci que pour la classe « 10 m2 », soit essentiellement les windsurfs.

En classe D, on voit plutôt des « plateaux » de performance entrecoupé d’une progression très rapide : « Charente Maritime » (1992) et « Yellow Pages » (1993) ont progressé de plus de 5 noeuds en deux ans, alors que « Techniques Avancées » puis l’Hydroptère n’ont ensuite amélioré le record que de 3.2 noeuds en 14 ans.

En classe A, les progrès rapides en de 1983 à 1986 sont en fait dus aux windsurfs très toilés, notamment au tandem Griessmann+Bertin sur leur planche biplace. Ce qui reste un mystère pour moi est l’arrêt apparent de la course dans les catégories A,B et C, toutes trois en progression rapide au moment des derniers records datant de 1992 et 1993, et qui allaient alors aussi vite que l’Hydroptère aujourd’hui …

Ces derniers temps, ce sont sans conteste les kitesurfs qui connaissent une phase de progression très rapide. Durera-t-elle ? Si oui, ils franchiront 50 noeuds très bientôt (si ce n’est pas déjà fait). Mais s’ils se heurtent à leur propre « mur de l’eau », je parie sur le premier bateau qui arrivera à se doter de foils hypercavitants fonctionnels : Sailrocket, WotRocket, ou même l’Hydroptère, s’ils se décident à franchir le pas.

Antoine Albeau à 49.04 noeuds !

D’après Vagueo, l’homme le plus rapide sur l’eau s’appelle désormais Antoine Albeau !

Ce matin, le record de Finian Maynard datant de 2005 a été amélioré de 0.34 noeuds au même endroit, le canal des Saintes Maries de la Mer.

Une petite video datant de 2 mois pour le plaisir des yeux et le frisson, en attendant une plus fraiche:

Le chrono ayant été réalisé dans les règles du WSSRC, il n’y a pas de raison qu’il ne soit pas homologué dans les prochaines semaines.

Merci à t0m pour la nouvelle. Un petit bémol à son optimisme de windsurfertout de même : 0.3 noeuds de progression en 3 ans, ça laisse espérer les 50 noeuds dans 10 ans, pour autant que les progrès soient linéaires.

Le problème est que le « mur du vent » est en fait un « mur de l’eau », et que tout ce qu’on a pu imaginer comme engins plus ou moins flottants s’y heurte. Peu importe la forme de la coque ou de la voile, c’est ce qui se passe sous la surface de l’eau qui fera la différence.