SailRocket veut (aussi) du vent

Selon leur analyse récente, Sailrocket pourrait atteindre les 50 noeuds si:

  • ils trouvent un truc pour relever leur safran « basse vitesse » pour ne conserver que ce qu’ils appellent le « skeg » à haute vitesse. Ca éclaire (un peu) la fameuse photo du tableau arrière de l’engin. Selon leurs mesures résumées dans le graphique ci-dessous, ceci leur permet de gagner 5 noeuds. Mais puisqu’ils ont réussi à faire des runs avec le « skeg » seul, où est le problème ???

  • Comme pour MacQuarie et les autres, il faut du vent. Au moins 21 noeuds pour espérer flirter avec les 50 noeuds si on en croit l’extrapolation des mesures (qui me semble d’une linéarité optimiste…)
  • Or les forces n’augmentent pas linéairement avec la vitesse, mais de façon quadratique : à 50 noeuds, les forces sont 55% plus élevées qu’à 40. Or la résistance mécanique de Sailrocket n’a pas encore vraiment été éprouvée au dessus de 40 noeuds…

Pour mettre un peu de couleur, voici une photo de Walwis Bay en Namibie, le spot de Sailrocket. En cliquant dessus, vous verrez où c’est.

Publicités

One Response to SailRocket veut (aussi) du vent

  1. gyls29 dit :

    bonjour,
    Quelques explications sur la vue de derrière.
    A droite il s’agit d’un safran basse vitesse qui doit être relevé pour des vitesses supérieures à 25 noeuds. Ce safran est commandé avec les pieds.
    A gauche il s’agit d’un skeg (je connais pas le nom en français). C’est un appendice en grande partie fixe qui sert à stabiliser le voilier. Son bord de fuite est équipé d’un volet réglable manuellement en navigation ce qui lui permet d’avoir le rôle de safran à haute vitesse. Ce système a été ajouté suite à des soucis de stabilité, en effet, l’utilisation d’un safran classique ne permettait pas de gouverner de manière assez précise, d’où décrochement et crash sur la plage…
    Ils ont réussi à faire des runs avec le skeg, mais uniquement dans sa plage d’utilisation basse, son efficacité à haute vitesse est encore à valider.
    La quasi-linéarité des prédictions est en partie validée par les runs avec le safran dans sa plage d’utilisation haute.
    Les derniers runs effectués prouvent la capacité de sailrocket à reproduire des runs à plus de 40 noeuds ainsi que la conformité des résultats avec les prévisions.
    Malheureusement, le manque de financement fait que les essais doivent être réalisés en toute sécurité pour le matériel et donc prennent plus de temps que ce qu’il auraient dû.
    Mais les choses avancent et dans la bonne direction…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :