Mirabaud LX : pas (encore) de coque !

Ce matin à la Société Nautique de Genève, j’ai à peine remarqué la Coupe de l’America dans sa vitrine. Elle fait partie des meubles. La nouveauté dévoilée ce jour était plutôt cet étrange bateau engin, une étonnante structure de carbone posée sur le quai.

Mirabaud LX

DSCF1098

Mirabaud LX est une évolution assez radicale du 18 pieds australien AET que Thomas Jundt a équipé de foils en 2006. Suivez le raisonnement:

  1. le but est de gagner le Bol d’Or Mirabaud (du Léman) en catégorie LX (monocoques hors classe)
  2. Sur le Léman, les vents peuvent varier de force 0 à force 8 et tourner sur 360° en 1 heure, mais ils sont souvent très faibles.
  3. Pour être compétitif, un foiler doit pouvoir voler par petits airs. AET décolle à 8 noeuds dans du force 2, mais même ainsi il ne vole que 50% du temps.
  4. Pour voler plus, il faut être plus léger. La chasse au poids a été l’obsession de Thomas Jundt, comme le montre cette magnifique bôme de 1.5 kg de carbone:
  5. DSCF1092

    Mais il s’est heurté à un dernier obstacle incontournable : la coque. Celle du 18 » sert à planer : elle est large, et lourde.

  6. les coques habituelles remplissent deux fonctions : créer une poussée d’Archimède pour éviter que le bateau ne coule, et une fonction structurelle : reprendre les efforts du gréement, des plans hydrodynamiques et de l’équipage. L’idée qui a donné naissance à Mirabaud LX est de séparer ces deux fonctions:
    • une structure triangulée de 80 m de tubes de carbone de diam 44 mm, épais de 1.2 mm reprend les efforts. « ça je sais faire », dit l’ingénieur…
    • une coque, ou plusieurs flotteurs, peut-être gonflables pourquoi pas, dont le rôle n’est que de favoriser l’envol par un poids minimal, et également de fonctionner en « mode archimédien » dans des airs trop faibles. Une coque de catamaran M2 va être utilisée dans un premier temps (t’avais raison Buster, mais …) mais elle va être « sciée en 3 » dans le sens de la hauteur, seul le fond de la coque sera utilisé.

Comme on le voit sur cette photo (la video suit…) Mirabaud LX a déjà effecté un vol à 17-18 noeuds à sa première sortie la semaine passée, en utilisant des flotteurs de sagex comme coque !

Mirabaud LX devrait être équipé de son 1/3 de coque M2 le 18 mai, et participer à sa première régate déjà le 24 mai, mais le grand objectif 2008 c’est le Bol d’Or, les 14-15 juin, voire le Ruban Violet si la météo s’y prête.

Séduite par le projet, la banque privée Mirabaud & Cie va sponsoriser le développement et la mise au point de cet engin pour les 3 prochaines années. Son représentant a mentionné le slogan « tradition et innovation » de la banque, avec le côté traditionnel de la voile classique et de régates comme le Bol d’Or, et le côté innovation qui conduit à des projets très actifs en Suisse Romande, avec les multicoques il y a quelques années, avec les foilers actuellement.

Les spécifications:

  • Longueur horst tout : 10m
  • Longueur de la coque : 8.5 m
  • Largeur hors tout : 5.4 m
  • Largeur de la coque : 50 cm
  • Surface de voile au près : 32 m2
  • Surface de voile au près : 62 m2
  • foils : 2 identiques de 0.35 m2, avec ailerons
    • commandé par palpeur à la dérive
    • commandé manuellement (par rotation du stick) au safran
  • Poids à vide : 150 kg seulement, dont 25 kg de foils
  • Poids total avec équipage (3) : 390 kg !

L’équipage:

  • Thomas Jundt, concepteur et équipier central. 50 ans, ingénieur en génie civil, skipper du « Ville de Genève » lors des Tours de France à la voile 86 et 87
  • Antoine Ravonel, barreur et préparateur. 49 ans, maitre de sport, 18 ans d’expérience en 18 pieds australien, 3 ans de formule 40 etc etc.
  • Eric Gobet, « singe » et équipier d’avant. 45 ans, bijoutier, championnats d’Europe de Hobie Cat en 1992 et du monde en 1994, 12 ans de 18 pieds.

Les 3 amis Antoine, Eric et Thomas (AET…) naviguent ensemble depuis 12 ans en 18 pieds. Une équipe bien soudée donc, qui a déjà remporté la Genève-Rolle-Genève trois fois, et deux fois le Bol d’Or en classe L

Equipe technique:

  • Hugues de Turkheim, consultant pour les foils, 60 ans, ingénieur ENSAM
  • Sébastien Schmidt, architecte naval, 46 ans.
  • Jean-Marc Monnard, développement des voiles, 43 ans.
  • Jean-Pierre Ziegert, coach, entraineur, cameraman, 40 ans.
  • Mathis Bavaud, constructeur de la structure, 33 ans.

Le site de ce projet est www.jundt.ch/mirabaudlx , mais il y aura aussi des nouvelles sur foilers !

Publicités

4 Responses to Mirabaud LX : pas (encore) de coque !

  1. SWAG2 dit :

    Cà promet…
    Tiens revoilà de Turkheim… les planchistes vétérans apprécierons…

  2. WouterD dit :

    Si si, Hugues de Turckheim… a part sa barbe, il n’a rien perdu de son talent magique!

  3. Dr. Goulu dit :

    la fiche d’inscription de Mirabaud LX au Bol d’Or 2008 est ici .

    ce n’est plus un « 18 pieds australien légèrement modifié » mais un « Foiler proto ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :