20 ans avant Wot Rocket, « DEFI », prao à foils et voile épaisse…

Les années 2000 ont vu l’apparition de nouveaux prétendants au record de vitesse à la voile.

Parmi ces nouveaux venus, Wot Rocket, qui exploite la solution prao, m’a rappelé un engin du siècle dernier !

Un engin qui a fait les beaux jours de la défunte semaine de vitesse de Brest.

Je ne sais pas ce que Wot Rocket, sera capable de faire…en tout cas il y a plus de 20 ans «Défi», (qui s’appelait au départ EDF-GDF puis VVT), avait déjà tous les éléments qui caractérisent Wot Rocket : voile épaisse, nacelle fermée, bras caréné, foils…

C’était même avant la naissance du tripode Australien Yellow Pages Endeavour (1991), grand frère de Macquarie Innovations.Voiles & Voiliers N°195 mai 1987

Voiles & Voiliers N°195 mai 1987

Voiles & Voiliers N°195 mai 1987

Voiles & Voiliers N°195 mai 1987

Voiles & Voiliers N°195 mai 1987

Démarré en décembre 1983 et terminé 1986 «Défi» a été conçu par Paul Lucas, Bernard Sterninou, Jean Pierre Desgardin et Serge Pennec. Superbement bien construit par la section composites du Lycée technique Kerichen de Brest, Défi avait lors de son lancement les caractéristiques suivantes : longueur 11 m, largeur 10m, surface voile épaisse 26m², poids 280 kg.

En comparaison Wot Rocket a les «mensurations» suivantes (un bateau c’est féminin en anglais !) : longueur 9m, largeur 6.5m, poids 450 kg.

Alors Wot Rocket très lourd ou Défi trop léger ? L’avenir nous le dira peut être …

Avec sa coque centrale, mariage de la poutre et de deux flotteurs, Défi pourrait se classer dans la catégorie des tripodes (ce qui ruine complètement ma comparaison Défi – Wot Rocket !).

Comme beaucoup d’engins, Défi connaîtra son lot d’avaries et de modifications.

La voilure épaisse fit place à un mat aile associé à une voile conventionnelle, sûrement plus facile à maîtriser : difficile lors des accélérations, de voire le fasseyement d’une voile épaisse !

Modification de la nacelle qui devint moins futuriste mais qui permettait au pilote de mieux voir le plan d’eau : essuie-glaces prévus sur Wot Rocket ?

La partie immergée de cette nacelle prit la forme des carènes d’hydravions afin, je suppose, de rendre les atterrissages moins violents : en 2007 l’Hydroptère fit de même en changeant ses flotteurs.

Multicoque magazine N°41 juin/juillet 1992

Multicoque magazine N°41 juin/juillet 1992

Défi a participé à de nombreuses semaines de vitesses mais a toujours été handicapé par son architecture qui l’empêchait de revenir au point de départ pas ses propres moyens (idem pour Wot Rocket, Sailrocket…). Ceci limitait le nombre de runs, la maîtrise du canot et les chances de faire de bons résultats. Défi n’était pas non plus favorisé par le plan d’eau souvent agité de Brest. Sans oublier les soucis mécanique (casse bras, gréement).

Je perds la trace de bel oiseau en 1992.

Si Défi n’a pas laissé son empreinte en terme de vitesse sur 500m (capable de très belle accélération, il finissait rarement ses runs au même rythme), il a marqué par son esthétique futuriste les accros de vitesse des années 80/90 !

Publicités

13 Responses to 20 ans avant Wot Rocket, « DEFI », prao à foils et voile épaisse…

  1. tom dit :

    Excellent! C’est marrant de voir qu’à 20 ans d’écart, les choses n’ont « en apparence » pas changées! Ceci dit, cela a surement fait évoluer l’univers du moth et c’est grâce à ca que maintenant on peu voir ces superbes photos -> http://www.vagueo.com/blog/index.php/2008/07/21/1094-moth-foils
    Impressionant non?

  2. Fred dit :

    Merci Tom pour ce lien et ces photos.
    J’en profite pour «signer» cet article.
    Je pensais, a tord, que l’auteur apparaîtrait automatiquement.
    C’est surtout pour éviter que les lecteurs assidus et moins assidus de «Foiler» pensent que la qualité des articles du Docteur a chutés !
    Non non, c’est seulement que j’ai humblement répondu à l’appel du Docteur (voir foilers ira moins vite. Help).
    Fred

  3. tom dit :

    Salut Fred, ta signature apparait très discrètement en bas de ton article sur la page d’accueil ( Publié par Fred Monsonnec). J’ai moi aussi répondu à l’appel du Docteur, je suis en attente d’une réponse 😉
    Je pense que les diffrences de style (et pas forcément de qualité) d’écriture peuvent apporter une vraie valeur ajoutée à foilers!

  4. Loïc Dussud dit :

    De ce bel (mais antique) engin, seul la nacelle existe encore aujourd’hui.
    La nacelle en goutte d’eau était d’un point de vue aérodynamique et esthétique parfaite mais avait 2 inconvénients majeurs. De par sa forme, la nacelle avait tendance à coller à l’eau et limitait donc la vitesse de l’engin. Une fois décollée, le simple fait de toucher la surface de l’eau engendrait une déccélération importante.
    La section composites du lycée Kerichen de Brest appartient maintenant à l’Université de retagne Occidentale et Défi a une descendance à foils et à propulsion humaine (Vag o Nijal, Nij Atao, …).
    Amicalement,

  5. Dr. Goulu dit :

    Je me suis même demandé si ce n’était pas un cockpit de planeur tellement ça y ressemble

  6. Fred dit :

    Un grand merci Loïc, pour ces informations complémentaires.
    J’étais au courant pour Nij Atao, peut être que ce type d’engins mériterait un article…
    J’espère ne pas avoir raconté trop de bêtises. Tu sembles bien au courant de la vie de Défi, n’hésite pas à rétablir la « vérité » si besoin !

  7. J-Luc dit :

    Bonjour à tous,
    Suite au contact avec JF Daron par le biais d’internet, j’ai fais connaissance avec ce blog. Première contribution, quelques tristes nouvelles du Prao « Défi ». Remisé chez un ancien élève de la section composite (comme moi), l’engin a été détruit par le feu il y a peu…
    Fin d’une belle histoire, celle d’un engin qui aura toujours manqué de temps, de préparation et de suivi (en raison de l’aspect « scolaire » du projet).
    Loïc aborde le pb de la nacelle. Ceci est également vrai pour la partie arrière du flotteur principal. La modification de la nacelle dans l’esprit d’un flotteur d’hydravion a été réalisée en son temps, celle du flotteur principal étant plus délicate (financement, temps, exploitation), n’a jamais été réalisée. Dommage !
    En fouillant un peu, je devrais pouvoir fournir de nombreux documents photographiques sur le sujet de la base de Brest et ses engins.

  8. Bonjour Jean Luc,
    J’espère ne pas avoir raconté trop de bêtises. N’hésite pas à me « remettre en place » ! Triste nouvelle en effet que la destruction de ce bel engin. Nous avons peut être moyen de faire un « deal » ! En effet, je suis preneur de toutes informations sur les « engins de vitesse ». J’aime bien en particulier les articles de revues et journaux, mais je ne fais pas le difficile. De mon côté, j’espère que je suis en possession de quelque chose susceptible de t’intéresser… Merci pour ces précisions, merci à mon ami Jeff Daron pour la «connexion». Pour me contacter en direct, RdV sur mon site, page contact ! Fred

  9. LUCAS Paul dit :

    Corrections concernant le prao EDF-GDF Iroise
    …«Défi» a été conçu par Paul Lucas (architecte naval), et réalisé par la section composites du Lycée technique Kerichen de Brest, menée par Bernard Sterninou, sous la direction de Jean Pierre Desgardin qui était alors le Chef de Travaux du Lycée .
    L’aile a été construite au chantier naval Benoît Lucas.
    Complément :
    Le problème essentiel de cet engin était l’insuffisance de portance du foil avant, qu’il aurait fallu remplacer par un plan porteur (une petite coque planante ou un ski). Le mat aile était très peu pratique à installer (mise à l’eau, manoeuvres) mais facile à piloter (peu d’efforts).

  10. Fred dit :

    Bonjour monsieur Lucas,
    Un grand merci pour cette réaction et pour ces correctifs.
    J’espère que la lecture de cet article ne vous a pas trop énervé !
    C’était mon premier article sur ce blog, ce qui montre mon grand intérêt pour votre engin.
    J’espère que vous viendrez souvent visiter nos pages et si besoin nous « remettre dans le droit chemin » (surtout moi peut être !).
    F Monsonnec

  11. Gurval dit :

    Bonjour.

    J’ai cru remarquer qu’un des gros problème des ailes rigide était justement leur rigidité. Certain mettent des volets comme sur un avion, d’autre calculent au millimètre près le vrillage optimal, mais rien ne vaut une voile traditionnele qui peut êre souple et rigide en même temps. Alors je me permet de poster ce lien qui me semble fort interresant: Comment vole les ornthoptère.
    L’idée n’est pas nouvelle mais elle a été poussé assez pour obtenir un résultat bleuufant:
    http://www.ornithopter.de/francais/index_fr.htm
    Regardez bien la déformation des ailes:
    http://www.ornithopter.de/daten/ev7_clip.mpg

  12. Fred dit :

    Merci Gurval,
    Fabuleux !!

  13. Thomas dit :

    Pour ceux que ça interesserait le foiler à propulsion musculaire (nij atao) se trouve toujours a brest au lycée Vauban dans l’atelier de la licence pro structure composite dirigée par Bernard stervinou. A ma connaissance il navigue toujours mais pas régulièrement. Il existe aussi deux autres bateaux qui ont été construit par la formation en composite de bernard stervinou, le premier est un tripode mais qui n’a jamais navigué faute de budget pour l’achat d’un gréement et le second est une évolution de nij atao, il s’agit d’un foiler motorisé a propulsion électrique, le bateau a déjà navigué sous batterie et il est aujourdhui en train d’etre équipé de panneau solaire pour etre independant en énergie.
    Pour plus d’infos, il est très facile de contacter Bernard Stervinou par l’intermediaire de l’IUT de Brest.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :