L’Hydroptère.ch prend forme

Conférence de presse aujourd’hui à l’EPFL : l’équipe de l’Hydroptère et les partenaires scientifiques lancent officiellement le projet "Hydroptère.ch". Cette fois ça y’est : un hydroptère lacustre de 35 pieds est en construction et naviguera sur le Léman début 2010.

Comme on le voit sur les vues 3D ci-dessous, ".ch" sera un catamaran à coques planantes à redans, muni de 2 foils en T plutôt qu’un à l’arrière. Comme on ne le voit pas, le bateau sera truffé d’instrumentation, et un système hydraulique permettra de régler l’incidence et l’inclinaison des foils pendant la navigation, et même de les relever pour naviguer grâce à ce bon vieux Archimède par trop petit temps. (Les mots "Bol d’Or" n’ont pas été prononcés, mais la classe "M1" si, et l’ambition de battre quelques chronos du lac a aussi été mentionnée)

Alain Thébault, Jean-Mathieu Bourgeon et Adrien Lombard maintiennent le cap et affichent leurs ambitions : l’hydroptère.ch sera une "maquette" destinée à faire avancer les technologies pour préparer la réalisation d’un Hydroptère "maxi" (de 100 pieds ?) qui s’attaquera au tour du monde en 40 jours!

Nicolas Henchoz et le professeur Jan-Anders Manson de l’EPFL insistent sur le fait que l’EPFL ne collabore "que" sur le plan scientifique, dans des domaines de recherche habituels de l’université. C’est l’équipe de l’Hydroptère qui se charge du financement et de la réalisation des bateaux, avec des partenaires industriels. Mais la disponibilité d’un "bateau laboratoire" amarré quasiment sous les fenêtres de l’EPFL permettra de progresser encore plus rapidement, en réduisant drastiquement le cycle de développement. Selon le prof. Manson, il est important que ce cycle se compte au maximum en mois afin que les étudiants puissent travailler intensivement sur un projet depuis l’idée jusqu’à l’expérimentation. Voire, motivation suprême, effectuer eux-même des mesures en navigation.

Alain Thébault était visiblement très satisfait de la collaboration avec l’EPFL et a invité toute l’assistance à venir naviguer sur l’Hydroptère, .ch ou pas. Message reçu, et merci aussi pour les nombreux compliments reçus à propos de Foilers, ça fait toujours plaisir.

Documents:

  1. Dossier de Presse l’Hydroptere.ch.pdf, 12 pages avec les textes à copier-coller que vous trouverez sur tous les autres media ;-)
  2. le partenariat Hydroptère-EPFL.pdf, 4 pages sur la collaboration avec les laboratoires de l’EPFL impliqués dans le projet Hydroptère:
  3. "les fous volants", émission Impatience, Radio Suisse Romande, 22 avril 2009 (écouter [mp3])

Sur le même sujet:

About these ads

15 réponses à L’Hydroptère.ch prend forme

  1. Bonjour Dr Goulu,

    Tiens, "ils" ne parlent pas de cet alliage révolutionnaire Argent/Carbone dont tu nous avais parlé … ;-)

    Bon, je sors.

    GG

    • Dr. Goulu dit :

      Si si, le sujet a été abordé avec une grande diplomatie par Alain Thébault, et je l’ai retranscrit bien caché entre les lignes. Relis attentivement et tu trouveras un indice indiquant le gisement…

  2. Fred de Lo dit :

    Hop, une petite réponse rapide avant de trouver le temps de regarder les docs (et les moyens, petits soucis aux yeux !).
    Foils relevables réglables en nav. tiens cela me fait penser à Syz and Co (le cabinet VPLP à travaillé pour les deux projets).
    Encore plus intéressant, 4 foils, Claude Tisserand avait il encore une fois raison ? Cette "marche arrière" de l’histoire est assez intéressante. Avant Icarus, les cata avaient souvent 4 foils et c’est Grogono (sauf erreur, il faudrait que je me replonge dans mes doc.), qui à lancé cette archi. qui permet un gain de surface mouillée. Peut être que les avantages de la solution "4 foils" et ceux de la "3 foils" sont à mettre en rapport avec l’utilisation ? Vitesse ou régate (surface mini ou évolutivité).
    Je crois qu’on en reparlera…

    • Dr. Goulu dit :

      Oui j’ai d’ailleurs posé la question à Jean-Mathieu pour savoir si les deux foils arrières sont supposés être immergés en nav (je suis toujours harcelé par l’idée de garder ces bateaux à plat comme des Trifoiler en asservissant un peu les foils…)

      D’après lui, le but est d’avoir un maximum de souplesse et de polyvalence pour les essais. Comme les foils sont relevables, ils pourront aussi naviguer avec un seul safran.

  3. Dr. Goulu dit :

    Et encore un article "grand public" très bien fait :

    Léa Delpont "L’Hydroptère, l’oiseau en habit de marin", , Le Temps, Mercredi 15 avril 2009

  4. olivier dit :

    Effectivement ya + de surface muillée avec 2 safrans ,mais qd ca gite fort ds une rafale ya tjrs au moins 1 safran ds l’eau pour le control et la stab longi !!! ce qui peu eviter des soliels !! et j’aime bien le fait de reculer au max les safrans (comme les news hydropteres) pour gagner en distance avec le foil AV !!!
    On voit super bien avec la video de SYZ & CO que le cata marsouine en vol en eau plate jusqu’a bien enfourner (que certaines fotos ).. Le safran serai + en AR ca irai que mieux !!! http://www.syzfoiler.com/images/photo/index.lbl
    A + Olivier

  5. Dr. Goulu dit :

    Viens d’entendre une séquence de l’excellente émission "Impatience" de la Radio Suisse Romande sur l’Hydroptère avec interview d’Alain Thébault. On peut l’écouter ici : http://podcast.rsr.ch/media/la1ere/impatience/20090422-les-fous-volants.mp3

    (j’ajoute le lien à l’article…)

  6. " interview d’Alain Thébault. "

    Putaing ! (je suis bordelais. Il ne s’agit donc, ni d’une insulte, ni d’une grossièreté mais d’une simple interjection :-) )

    Putaing ! donc :
    Le Thébault est devenu presque modeste ;-)
    C’est l’effet helvète ou quoi ?

    Il faut dire que la journaliste est nettement meilleure que la plupart de ceux que l’on a l’habitude de voir et d’entendre. (peut-être encore une particularité suisse (?) )

    Néanmoins, j’ai bien dit "presque".
    Ne pas se souvenir du nom d’un de ses principaux concurrents, expliquer avec condescendance que certains naviguent dans 30 cm d’eau, tout ceci manque un peu de modestie … mais on lui pardonne :-)

    Merci docteur pour ce document.

    à plus,

    GG

  7. Fred de Toulouse dit :

    Donc l’Hydroptère.maxi sera un catamaran.
    Qu’est-ce qui les a fait aller dans ce sens alors que 15 années avec un trimaran ?

    Ont-ils des infos sur le Spitfire des Australiens ?

    Quant à leur vitesse maxi avec l’Hydroptèete c’est 56,3 ou plus de 61 noeuds ?

  8. olivier dit :

    He bien justement pour tjrs avoir 1 safran (au max en AR) ds l’eau et sur l’axe de la gite (ou presque puisque l’apui du foil se retrouve vers l’interrieur). De + si les foils cassent ou decrochent ,y a tjrs la reception volumineuse des etraves !!! Ca evite le soleil de l’hudropere !!!
    J’aime bien le concept de la plate forme du "spitrire" (sauf mono safran)!!! Il semble limiter en vitesse a cause du grement je pense , trop de corde sur les GV et sur mat auto porté trop gros rayon du bord d’ataque !!! enduisant bcp de trainées aerienne …
    Suis curieux de connaitre les perfs de SYZ&CO !!! ???
    A +

  9. Buster dit :

    Tout ça semble intéressant en théorie (deux safrans, dérive centrale, coqueron, etc…) mais lourd… Pour voler sur le lac (ou aller vite en archimédien), l’ennemi numéro 1, c’est le poids.

  10. Fred de Toulouse dit :

    En effet si le "maxi" est un catamaran avec un seul mât (et le faire tenir) la plate-forme risque de s’alourdir.

  11. Salut Buster, salut Fred de T,

    On a toujours peur que la (ou les) coque(s)archimédiennes pénalisent le poids du foiler.

    Ce n’est pourtant pas un gros problème à résoudre ;-)
    Notre cher Dr nous en a déjà parlé …

    http://ib.myimage.ch/main.php?g2_itemId=13747

    Sacré suisses ! depuis qu’ils se sont révélés d’excellents marins, ils nous étonneront toujours :-)

    à plus,

    GG

  12. Hello,
    Si je ne me trompe pas (j’ai la flemme d’aller vérifier), c’est le "safoil" (safran / foil) qui était en grande partie responsable de la traînée de l’Hydroptère en navigation. Il est donc en effet étonnant de voir apparaître 2 safrans sur cette bête. Mais bon, comme je le disait dans mon premier message, il faut peut être tenir compte du cahier des charges de l’engin : navigation sur lac, régates…
    Je me demande tout de même comment relever facilement, un "safoil" dont le plan porteur est réglable…
    Mais aussi comment gérer les changements d’équilibre de la plate forme entre un passage à 4 foils en "carré" et une archi. 3 foils en "triangle rectangle" !!!
    En plus de ces considérations sur pourquoi 2 safrans, pourquoi 2 coques, gréement mono ou simple mat, je me demande bien ce que les foils vont avoir comme particularités.
    On peut déjà s’interroger sur le bien fondé du type de foil choisi : en V. Mais là, chacun à sa religion ! Les pro. foils asservis et les pro. foils en V…
    Même en restant sur le foils en V, j’aimerais être une petite souris pour connaitre les "+" qui seront apportés : au niveau du profil, présence de volets ? Car le but est bien d’améliorer encore les performances. Cela passe par une maîtrise de l’équilibre des forces et des efforts et là je pense que l’équipe à les éléments nécessaires pour améliorer la bête. Reste la partie immergée…
    Bref, un projet intéressant à suivre.
    Sur "Foilers!", bien entendu, grâce aux articles des auteurS (nouveaux auteurs bienvenus) et aux interventions des lecteurs !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 515 followers

%d bloggers like this: