Hydrofolie, foiler « historique » !

Il y a plusieurs mois, j’ai utilisé le Jeu n° 6 pour présenter le trimaran Hydrofolie à ceux qui ne le connaissaient pas. Les réactions ont été assez nombreuses, et m’ont confirmé l’intérêt de consacrer un article à ce bateau. Depuis, j’ai eu l’occasion de rencontrer son propriétaire lors du Golden Oldies Trophy du mois de juin et d’en apprendre un peu plus sur lui. Alors que je compilais des infos sur la bête, qu’est ce que j’apprends ? L’animal est à vendre ! Vite vite, mon clavier, il faut vite que j’essaye de réaliser un sujet à la hauteur de ce bateau.

Hydrofolie tel qui l’était lors de sa mise à l’eau en 1979 – photo A. Labbé

Hydrofolie tel qui l’était lors de sa mise à l’eau en 1979 – photo A. Labbé

I – Hydrofolie période course

La naissance

Hydrofolie est né en 1978 du désir d’Alain Labbé de courir, la transat en double et l’Ostar (transat anglaise en solitaire), sur un petit trimaran rapidement réalisable à faible coût. C’est Xavier Joubert, constructeur de Pen Duick VI, architecte de Kriter IV et ingénieur de la marine à Brest, qui dessine Hydrofolie. Le financement nécessaire à la réalisation d’Hydrofolie, 350 000 francs, est trouvé auprès du Syndicat National de la Presse Quotidienne Régionale. Cette somme est bien inférieure à celle dépensée pour réaliser, à la même époque, Paul Ricard. Le timing est serré, il est donc décidé de répartir la construction entre différents chantiers. Le chantier Pichavant de Pont Labbé est sélectionné pour construire les bras et la coque centrale. Les Constructions Mécaniques de Normandie à Cherbourg réalisent les flotteurs ainsi que le bras circulaire (réglage de la GV) et enfin le safran. La SNIAS à Toulouse, habituée à réaliser des pales d’hélicoptères, prend en charge la réalisation des foils (aidée de deux fabricants de fibre de carbone et de verre).

Les foils

Les foils sont au départ prévus pour être fabriqués en aluminium, mais ils sont finalement réalisés à partir d’un noyau en mousse recouvert de tissus de verre renforcé de carbone et stratifié sous vide. Ils sont, lors de la mise à l’eau, fixés par une charnière à l’intersection du bras et du flotteur. Une jambe de force permet de récupérer une partie des efforts et de jouer sur l’inclinaison du foils. Cette jambe de force est articulée dans sa partie inférieure et coulissante au niveau de son accroche sur le bras. Trois positions sont prévues : au repos – contre le bras ; à 45° – en position « portance » ; à la verticale – comme une dérive.

Vues d’Hydrofolie lors de sa mise à l’eau – Les cahiers du Yachting avril 1979

Vues d’Hydrofolie lors de sa mise à l’eau – Les cahiers du Yachting avril 1979

Les essais et la première course

Les premiers essais sont encourageants. Les foils se comportent comme des amortisseurs et Alain Labbé et Loïc Caradec, bloquent plusieurs fois le speedomètre à 20 nœuds. Le bateau remonte bien au vent et les foils entre en action vers 6/9 nœuds. Ils stabilisent le bateau et limitent les mouvements verticaux, si bien que le bateau navigue très plat. Au portant, l’effet des foils n’est pas significatif. Mais après quelques heures de navigations, une partie métallique destinée à maintenir le foil tribord se déforme, ce qui entraîne une diminution l’incidence du foil. Le départ de la transat est trop proche pour pouvoir réparer, Hydrofolie prend donc le départ avec un foil abîmé. Après 5 jours de course, il est classé 5ème, ce qui une relativement bonne place par rapport aux conditions de mer qui ne lui sont pas favorables. Alors que Loïc Caradec est à la barre et qu’Alain Labbé dort, le foil tribord « décide de lâcher ». Un renfort métallique, qui fait partie du système d’articulation du foils (8 mm d’épaisseur), vient de se déchirer. Impossible de continuer dans ces conditions, le foil de 70 kg est remonté sur le pont, c’est l’abandon.

Articulation du foil, jambe de force coulissante – photo Trimarans et autres multicoques

Articulation du foil, jambe de force coulissante – photo Trimarans et autres multicoques

Premières modifications

Dès le départ, les concepteurs avaient dans l’idée de réaliser un hydrofoil en 2 étapes : une première où les foils n’avaient pour but que d’aider les flotteurs, la seconde où le bateau pourrait entièrement décoller. On peut supposer que les déboires rencontrés dès la première étape, ont fortement compromis ces plans. Lors de la mise à l’eau, et comme on peut le voir sur le petit plan, le bateau ne dispose pas de dérive centrale. Elle a été rajoutée, après la transat de 1979, pour améliorer la remontée au vent surtout par gros temps, mais aussi en cas d’avarie de foil.

La suite

Après la transat en double 79 le bateau participe à la Transat Anglaise de 1980 et se classe 10ème. Puis il participe à la Route du Rhum 1982 sous le nom de Club Montaner mais il abandonne. Le bateau est ensuite racheté par un Malouin qui l’inscrit à la transat en double 83 sous le nom d’INO. Il abandonne aux Açores suite à la rupture de la dérive centrale. Le bateau est ensuite racheté par un costarmoricains et est basé, à la fin des années 80, à Saint Brieuc. Repeint en jaune, il portait dessiné dans l’étrave un « blaireau » !! Il devait en effet recevoir le parrainage de Bernard Hinault (pour ceux qui ne savent pas « le blaireau » était le surnom d’Hinault). Il devait participer au Rhum 90 mais il n’en fut rien. Après 1990, mon « indic. », qui m’a fourni ces précieuses informations, a perdu sa trace. Après la transat 83 des transformations furent envisagées dont la mise en place de foils en Y inversés type Sylvestre Langevin. Mais se sont des foils à 45° implantés sur les flotteurs qui furent installés. Depuis presque 10 ans, il est la propriété de Philippe Laperche, dentiste à Auray.

Et aussi

Loïc Caradec, co-skipper d’Hydrofolie avec Alain Labbé lors de la transat en double de 1979, faisait aussi partie du Groupe Graal (rectification du 03/12/09 , erreur reprise sur une source aussi mal informée que moi ! Loïc Caradec ne faisait pas partie du groupe Graal mais coopérait beaucoup avec eux. Merci à Daniel Charles et Tanguy Caradec pour cette rectification). Ce cabinet d’architecture donna naissance au trimaran Royale. Durant une courte période, des foils montés sur amortisseurs oléopneumatiques de Citroën (bien avant l’Hydroptère et ses écrêteurs à gaz), furent testés. Loïc Caradec est décédé lors de la Route du Rhum  86 (retournement du catamaran géant Royale). Une très belle exposition photo, sur le quai qui porte son nom, lui était consacrée à la Trinité Sur Mer du 31 mai au 31 août.

Hydrofolie en chiffres lors de sa mise à l’eau

  • Long : 13 m
  • Larg : 9,70 m
  • Poids : 3,5 t
  • Voilure au près : 96 m²
  • GV : 35 m²
  • Foc : 41 m²
  • Spi 140 m²
Hydrofolie – revue Bateaux date indéterminée (DR) - photo via G. Baigent

Hydrofolie – revue Bateaux date indéterminée (DR) - photo via Gary Baigent

II – Hydrofolie version course-croisière

Hydrofolie au large du Morbihan – photo Jacques Vapillon 2006

Hydrofolie au large du Morbihan – photo Jacques Vapillon 2006

Le passage de la version course à la version course-croisière

Il me manque malheureusement un pan de l’histoire de ce bateau. Qui a réalisé les modifications qui ont permis de le fiabiliser et d’améliorer son habitabilité, quel chantier, quel architecte ? Toutes les modifications ont-elles été réalisées au même moment ou en plusieurs fois ? En comparant l’aspect d’Hydrofolie lors de sa mise à l’eau et de récentes photos, les modifications ci-dessous ont été réalisées :

  • Modification des superstructures, suppression du rail d’écoute de grand voile courbe, augmentation du volume intérieur (à l’arrière), modification du plan de pont (casquette…).
Pont d’Hydrofolie – photo P. Laperche 2009

Pont d’Hydrofolie – photo P. Laperche 2009

  • En 83, la dérive centrale était pivotante, avec un puits intérieur (j’ai un informateur de talent). La dérive centrale actuelle est une dérive sabre qui sort sur le pont. La dérive a donc été modifiée depuis cette date…
  • Suppression des foils fixés à l’intersection bras/flotteur pour des foils, dessinés par Marc Lombard, positionnés dans des puits sur les flotteurs.
Foils sur le flotteur bâbord - photo P. Laperche juillet 07

Foils sur le flotteur bâbord - photo P. Laperche 2007

  • Modification du volume arrière des flotteurs. Les flotteurs lors de la mise à l’eau étaient pointus aux 2 extrémités, ce qui n’est plus le cas maintenant. Ce dessin particulier était à l’époque une spécificité du trait de crayon de Xavier Joubert. Les flotteurs ont été soit coupés, soit la partie arrière a été modifiée.
Flotteur lors de la mise à l’eau – photo Trimarans et autres multicoques

Flotteur lors de la mise à l’eau – photo Trimarans et autres multicoques

  • Nouveau gréement, mât aile rotatif et basculant alu (Maréchal), gréement dormant Kevlar, jeu de voiles North Sails.
Mat alu rotatif (maintenant inclinable) – photo P. Laperche 2004

Mat alu rotatif (maintenant inclinable) – photo P. Laperche 2004

Check-up

Après 30 ans de bons et loyaux services, le bateau a eu le droit à un nouveau check-up et à la reconstruction d’une partie du bras de liaison au chantier Technologie Marine Charlie Capelle.

Hydro. après son check-up - photo P. Laperche 2009

Hydro. après son check-up - photo P. Laperche 2009

Hydrofolie safran relevé, bateau « beachable » - Photo Philippe Montjoyeux 2009

Hydrofolie safran relevé, bateau « beachable » - photo Philippe Montjoyeux 2009

Dans la foulée, Hydrofolie était au Challenge Estuaire 2009, rassemblement de multicoques de la côte Atlantique. Philippe a fait le déplacement de la Trinité avec son fils de 12 ans ! Ce qui montre combien ce bateau est « safe ». Au cours de l’été, il est  aussi descendu de la Trinité vers la Corogne, avec un équipage familial, à une moyenne de 10 nœuds et avec des pointes à 23 nœuds !

Challenge Estuaire 2009 – photo site multihulls-world.com (DR)

Challenge Estuaire 2009 – photo Philippe Echelle

Challenge Estuaire 2009 – photo Philippe Echelle

Challenge Estuaire 2009 – photo Philippe Echelle

Hydrofolie en chiffres aujourd’hui

  • Long : 13 m
  • Larg : 9,30 m
  • Tirant d’eau : 0,60 / 1,80 m
  • Poids : 3,5 t. prêt à naviguer

Equipement

  • Couchettes : 5
  • Eau : 50 l
  • Moteur HB 15 cv
  • GPS, VHF, Loc speedo sondeur, radio
  • Pilote Autohelm 4000
  • Panneau solaire 70 W
  • Mât alu Maréchal, mât aile rotatif et basculant
  • Gréement dormant Kevlar
  • Gréement courant Spectra
  • Safran relevable
  • Winch Harken 2006 …

Voiles

  • Jeu de voiles : North Sails récent et en très bon état
  • GV : 50 m²
  • Solent : 38 m²
  • Code 0 : 90 m²
  • Spi : 120 m² avec chaussette

Informations complémentaires

  • Pavillon Belge ou Français
  • Structure complètement revue et révisée en 2009 (Charlie Capelle)
  • Golden Oldies

Alors ?

Vous êtes intéressés ? Je rappelle que ce bijou est à vendre…

Voici un bateau qui a une histoire, qui est rapide, « safe », dans un superbe état, qui peu beacher,… que demander de plus ?

Prix de vente, 90 000 € selon inventaire.

« Foilers ! » transmettra et essaiera d’être à bord lors de la première nav. du nouveau propriétaire (quel dévouement pour ses lecteurs !).

Port de la Trinité Sur Mer – photo FM 2009

Port de la Trinité Sur Mer – photo FM 2009

Remerciements

  • Philippe Laperche
  • Jean François Daron
  • Gary Baigent

Sources

  • Transat en double – Jean-François Buglet & Daniel Charles
  • Trimarans et autres multicoques – Gérald Basseporte & Etienne Gaucher
  • Les cahiers du Yachting N° 196 avril 1979 – Daniel Charles
  •  » Fishbird » 2009  – Gary Baigent

Publicités

17 Responses to Hydrofolie, foiler « historique » !

  1. Daniel Charles dit :

    A ma connaissance, Loic Caradec ne faisait pas partie du Groupe Graal.
    A part cela, un article épatant, comme d’habitude. Merci Fred.

  2. Merci Daniel pour ces compliments, mais tu sais bien que j’ai été chercher la « matière » dans des articles signés de ta plume !!
    Moi aussi, ce point sur le Graal m’a intrigué ! Mais bêtement…
    Je vais creuser et retrouver d’où me vient cette information qui ne semble pas exacte (car j’ai confiance en tes lumières !).
    A bientôt !
    Fred

  3. Tanguy CARADEC dit :

    Bonjour,

    En effet c’est un article très intéressant !

    Mon père ne faisait pas parti du Groupe Graal, mais il est vrai qu’en tant qu’ingénieur il travaillait beaucoup avec eux sur la conception des bateaux, notamment sur le mât aile du maxi cata.

    Je serai éventuellement intéressé pour racheter ce bateau ! J’aimerai povoir aller le visiter !

    Pouvez vous me mettre en contact ?

    D’avance merci.

    Tanguy.

    • Bonjour Tanguy,
      C’est un grand plaisir de te lire sur « Foilers! ».
      En effet, ton père ne faisait pas partie du Graal. Désolé pour cette erreur qui m’a aussi été signalée par mon ami Daniel Charles.
      Je vais bien évidement te transmettre les coordonnées de Philippe, actuel propriétaire de ce très beau bateau.
      A bientôt par mail…
      Fred de Lo

      PS : si tu ne vois rien arriver sur ta boite mail, je t’encourage à me relancer sans ménagement !!

  4. olivier alline dit :

    je pensais que ce bateau avait disparu,
    j’ai eu l’occasion de faire le convoyage st malo lorient en 83, pour la transat en double
    expérience inoubliable

  5. uss dit :

    interressé par ce bateau pour une futur transat en double serait possible d’avoir les coordonnées du proprietaire actuel cordialement

  6. Nemo dit :

    Ce bateau a été longtemps sur Perros Guirec ou il a connu 2 propriétaires. L’été dans les années 90 il était utilisé par le centre nautique de Perros pour amener des gens en balade rapide. Suite à quoi il a été reformaté par un préparateur de course local qui l’a
    acheté, fortement allégé, modernisé avant de le vendre à son propriétaire actuel.

    • Bonjour Nemo,
      Merci pour ton message, le bateau navigue toujours et très bien, voir :
      https://foils.wordpress.com/2014/09/24/la-trinite-sur-mer-madere/
      Il est aussi à vendre !
      A bientôt sur Foilers
      Fred

      • Nemo dit :

        J’adorais navigué dessus, l’ai ramené une fois au port de perros par gros temps, génial…. A l’époque il était jaune, avec son imposant rail de grand voile circulaire qui devait pesait une tonne. Il était motorisé par un 15 Cv suzuki bleu, Il n’avait pas de mat aile pivotant, un mat à double étage de barre de flêhes de couleur blanche fixe. Et déja ilmarchait déja bien, et imposait sur l’eau. A bientôt, Yann.

    • Echelard pol dit :

      Bonjours Nemo,je porte un grand intérêt à ton commentaire .
      Originaire du golf du Morbihan,maintenant skipper aux Antilles ,voulant développer ce genre d’activité avec un petit trimaran rapide,pourrais tu me donner des renseignements sur ces balades rapides effectuées avec hydrofolie au centre nautique de Perros ( nombres de passagers,demie journées,journées complète ect…)
      Merci à toi
      Pol

  7. L. Brochard, Arch. dit :

    Hydrofolie a appartenu à Benny de Ravignan (AD Nantes ) .dans les années 92?
    il avait démonte les foils qu’il trouvait lourds. Les virements de bord dans la grosse mer étaient scabreux. J’ai dessiné un projet de 50′ sur ce modèle , à foils fixes, dont la maquette cabanait au virement de bord (volume des flotteurs insuffisant à l’arrière ) Hydrofolie marchait vite. Les Ravignan avaient 5 enfants . Benny a prétendu qu’il y avait des couchettes à bord ! Faux . Je n’en ai pas vu …

    • Bonjour,
      Merci de ta visite et de ce complément d’informations.
      Pour avoir navigué sur Hydrofoilie, sans foil ce ne devait pas être terrible !
      Fred

      • Laurent BROCHARD dit :

        Ben si ! Il marchait vite. Peu chargé à l’époque . Pas d’aménagements. Les bateaux en vieillissant prennent du poids .. Renforts , mastic, peinture … Pour l’année , ce serait plus certainement 1985. Souvenirs … Beaucoup navigué depuis en multicoque sur des Lerouge. Hommages et respect à Erik !

        L. Brochard Architecte 0608500580

        >

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :