Nij Atao genèse et objectifs

Je ne dirais pas que mon article sur les VPH, n’avait pour but que de glisser une belle photo de Nij Atao, mais ce n’est pas très loin de la vérité ! J’ai toujours apprécié cet engin et les autres réalisations de la même équipe (DEFI, tripode à foils…).

Suite à l’article sur les VPH, Loïc Dussud, qui avait déjà réagit sur le blog suite à mon article sur DEFI, m’a transmis de très belles photos de Nij Atao. Mais placer quelques photos sans expliquer la genèse de ce projet ce n’était pas suffisant ! J’ai donc demandé à Loïc s’il ne pouvait pas faire quelques lignes sur cet engin. Avec l’aide de Bernard Sterviniou, ils ont fait mieux, merci à eux.

Nij Atao genèse et objectifs

Par Loïc Dussud et Bernard Sterviniou

L’origine

Cette aventure a commencé suite à la participation de Bernard Stervinou (professeur en Matériaux Composites à l’IUT de Brest) à une compétition d’engins nautiques à propulsion humaine (XIIIth International Waterbike Regatta à Flensburg en 92) qui regroupe les écoles et instituts européens travaillant dans le domaine de l’architecture navale et de l’hydrodynamique. L’idée de réaliser un engin à foils capable de participer à cette compétition était née. Bernard (très intelligemment comme à son habitude)  n’a pas souhaité se lancer seul dans cette aventure, l’architecte naval Paul Lucas et moi-même avons été associés. L’Ifremer (qui est mon employeur) à l’époque travaillait beaucoup dans le domaine des navires rapides et souhaitait investiguer la plage de fonctionnement des foils « basses vitesses »’. Très vite, un concept général a été élaboré et des objectifs ont été définis. L’engin se devait être ludique, marin et apte à faire partager le plaisir de naviguer sur foils. Ces objectifs nous amenèrent à privilégier la manœuvrabilité et la navigabilité à la vitesse pure.

Principes de fonctionnement

Le pilote à l’avant et l’équipier à l’arrière pédalent en tandem. Le pilote dispose des 3 axes de commande; la barre à la main gauche, le roulis et l’assiette pour la main droite. La variation d’assiette permet, outre le décollage, la variation d’altitude jusqu’à immersion nulle des foils. Cette variation d’assiette est obtenue par le contrôle de l’incidence d’une gouverne de profondeur fixée sur le foil arrière. Le contrôle du roulis est assuré par les ailerons du foil principal. L’équipier dispose d’une recopie des commandes d’assiette et de roulis indispensable pour l’apprentissage et la prise en main de l’engin. La jambe du foil arrière sert de gouvernail. L’engin a été dessiné autours de sa jambe centrale qui supporte plus de 90% des efforts verticaux en vol. Cette jambe intègre l’arbre de transmission et la commande des ailerons. La puissance mécanique est transmisse à l’hélice de traction fixée en bas de la jambe centrale.

Nij Atao, pilote L Dussud – photo Pauline Sterviniou

Vag o Nijal (le bateau qui vole)

La première année a été consacrée aux études d’équilibre (en flottaison et en vol), aux essais et à la fabrication des premières pièces. Les premiers essais nous ont permis de résoudre les problèmes mécaniques inhérents à ce type d’engin. La première vraie mise à l’eau eu lieu pendant la semaine de vitesse de Brest en mars 93. La manœuvrabilité de Vag o Nijal était bonne ce qui pouvait enfin nous conforter dans un certain nombre de choix mais l’énergie à transmettre à la mécanique demeurait au delà d’une utilisation ludique. Une vitesse maximale de 10 noeuds et des runs de l’ordre de 20 à 30 secondes étaient obtenus. Cette phase de développement est un moment privilégié où beaucoup de réponses à des questions que l’on se pose nous sautent aux yeux; l’humilité est alors la règle absolue.

Un constat allait vite s’imposer; Vag o Nijal fonctionne mais avait une marge de progression importante. Vag o Nijal nous a permit de valider des principes de fonctionnement et des choix mécaniques, il devait laisser la place à un vrai prototype.

Nij Atao, pilote L Dussud – photo Pauline Sterviniou

Nij Atao (vole toujours)

Les deux années suivantes, la fabrication d’une nouvelle coque intégrant une poutre longitudinale reprenant tous les efforts a été lancée. Un nouveau foil doté d’une meilleure portance et d’une finesse améliorée a également été réalisé. Et surtout, une hélice carbone à pales orientables (calculée et réalisée en interne) afin d’adapter l’engin à son programme de navigation. L’ensemble de l’expérience acquise les années précédentes nous a permis d’être prêt en 95 avec un engin de moins de 50 kg. Une première place en slalom au championnat d’Europe (XVIth International Waterbike Regatta à Trieste en 95) et une troisième place au général. Une vitesse moyenne de 13,2 noeuds sur une centaine de mètres (départ arrêté) avec un équipage qui n’a rien d’un binôme d’étudiants Norvégiens (ou de cyclistes de chez nous dopés à l’EPO).

Nij Atao, pilote L Dussud – photo Pauline Sterviniou

Nij Atao pilote L Dussud – photo Pauline Sterviniou

Et depuis

Depuis cette compétition, Nij Atao a été invité à bon nombre de manifestations diverses :

  • Semaine de vitesse de Weymouth,
  • 24 heures de Hyères,
  • Brest 96 et les suivantes,
  • Canal+ à Cannes 98 avec un plateau télé,
  • Paris-Rouen à l’énergie propre,
  • Semaine du Golfe 2008 et beaucoup de manifestations locales…

A chaque fois, c’est le même étonnement ‘Mais comment ça marche ?’. L’objectif initial de partager le plaisir de naviguer a été pleinement atteint. A chaque sortie nous avons invité des spectateurs à venir nous aider à pédaler; une superbe expérience. Nous estimons à plus de 250 le nombre de personnes qui se sont assises dans Nij Atao pour dépenser quelques (centaines de) calories; de 12 ans à 60 ans, de 46 kg à 89 kg à l’arrière et Nij Atao décolle. Comme tout système, Nij Atao vieillit mais vieillit bien. Après plusieurs années de fonctionnement, nous avons eu très peu de casse; un pignon cassé en deux, la goupille de l’arbre de transmission et l’âme du foil principal endommagé.

Et maintenant

Des améliorations seraient forcément possibles sur Nij Atao avec du temps et un peu d’argent. Le rendement mécanique global pourrait être largement amélioré en remplaçant les 2 renvois d’angle se trouvant de part et d’autre de la jambe principale. Une mécanique dédiée permettrait également un gain de masse de quelques kilos.

Il y a 5 ans nous avons choisi de donner à Nij Atao un petit frère… électrique. Engin (actuellement sans nom) monoplace de type canard et propulsé à l’énergie solaire. La plateforme aujourd’hui existe et est en attente de cellules photovoltaïques.

Remerciements

Je dois également remercier toutes les différentes promotions d’étudiants (formation complémentaire en matériaux composites de l’IUT de Brest) qui au cours de leurs cursus nous ont aidé à réaliser et à assembler toutes ces pièces. Sans eux l’aventure aurait été impossible.

Loïc Dussud – Bernard Sterviniou

Quelques liens où Nij atao est aussi visible

Publicités

« Ptites news » 3

  • Je n’aime pas trop cette sorte de passage obligé, mais j’espère que vous ne rencontrerez aucune perturbation, poche de cavitation ou de ventilation durant l’année 2010…
  • De passage à Valence, j’ai été faire un tour vers les bases de l’América’s Cup. Aucun des deux nouveaux monstres n’étaient là  (à quelques jours près), mais les deux hangars d’Alingui ou d’Oracle BMW racing étaient allumés (les seuls). Cette base n’est pas aussi impressionnante que je le pensais ! Des coques de monocoques sont visibles, emballées sous film rétractable, en attente… Après de multiples rebondissements, la rencontre entre le tri Américain et le cata Suisse devrait théoriquement avoir lieu à Valence le 08 février. Toutefois, il faut encore que la dernière attaque des américains, concernant l’origine « non Suisse » des voiles d’Alingui, soit tranchée…
Base AC Valencia – photo FM 12-2009
  • Hydrofolie, trimaran « historique », est toujours à vendre, avis aux amateurs. C’est plus qu’un bateau, c’est un mythe !!
  • Après « enquète », le trifoiler à vendre sur Leboncoin.fr (voir Ptites news 2 du 15-12-09) a bien des éléments en carbone réalisés par Malric Leborgne (Constellation Composite) : foil arrière et poutre transversale. Les mâts ailes, en carbone aussi, ont été réalisés par l’actuel propriétaire pour des voiles à doubles surfaces. Celui qui casse sa tirelire avertira, je l’espère, « Foilers! » !!!

02/01/10

News moins fraîches

Chargement de l’Hydroptère sur le Kochnev- photo FM 18-04-09

22/12/09