Jo’s Toy

Imaginez un studio de télévision dédié à la vente d’engins à hydrofoils, ou pouvant en être équipé. Une hôtesse (version présentatrice de la Rai !), tourne autour des produits en vente, passant délicatement les doigts sur le bord d’attaque d’un foil… !

« Aujourd’hui, la boutique Foilers vous propose : « Jo’s Toy », superbe trimaran à hydrofoils… »

Bon j’arrête mon délire.

Après Hydrofolie, les moules de Trifoiler de Malric Leborgne, la Cataplanche de Gérard Delerm (engin toujours récupérable !), voici un nouvel un nouvel article / annonce. En effet, Jo’S Toy, bateau que j’avais rapidement présenté lors du Jeu N° 7, est à vendre.

Jo’s Toy photo via Denis Kergomard

Naissance

Jo’s Toy est le résultat d’un accident…. de la route ! Un beau jour, un Tornado en remorque tombe sur la chaussée et se fait mal. Jo (George Salvetat) saute sur l’occasion et récupère le tout pour pas cher. Il constate que le bateau a un flotteur fichu, que le second est en bon état et que le gréement est impeccable. Au départ George veut retaper le flotteur endommagé mais il va finalement préférer innover et se rapprocher des trimarans qu’il affectionne par dessus tout (Georges fut le propriétaire de Rebel, ex Umupro jardin vainqueur de l’Ostar en 1984).

Jo’s Toy photo via Denis Kergomard

Le concept

George souhaite disposer d’un engin différent et rapide pour naviguer sur l’étang de Thau. Son engin doit pouvoir être utilisé pendant les temps libres de Georges : quelques heures entre ses soins d’infirmier libéral. Le cahier des charges est le suivant : engin vivant et sportif pour piéger au mieux les vents faibles des longues périodes de beau temps en méditerrané, quand les autres voiliers évoluent peu. Plage d’utilisation 1 à 18 nœuds de vent. Navigation en solo ou avec un équipier. Autre objectif, défier Charente Maritime et Objectif 100 qui s’entraînent alors sur le même site ! Au final, George et Denis Kergomard on fait naître un prototype dont la finesse maximum en fait un engin rapide dans les petits airs, et une machine diabolique dans le médium.

Jo’s Toy - photo via Denis Kergomard

Les points forts de l’architecture choisie

Le rappel

Le rappel peut se faire sur le trampoline ou au trapèze. Le rappel au trapèze se fait en discontinu sur 6 / 10ème de la circonférence du ½ cercle situé derrière la poutre (le pied de mat étant le centre de ce demi disque). Cette configuration permet d’utiliser un réglage du harnais permanent, quel que soit l’endroit où l’on se trouve en appui sur l’arceau. Cela permet surtout un déplacement extrêmement rapide pour un maintien efficace de l’assiette.

Le gréement

Le choix de voiles plates, lattées à grand allongement, gréées sur un mât aile tournant, permet des virements et empannages rapides.

L’accastillage

Une console centrale permet de rassembler toutes les manœuvres (sauf charriot GV), et autorise toutes les attitudes de navigations : rentré ou au rappel, changement de bord… Les réglages pouvant être réalisés par le barreur ou l’équipier (si présent).

Deux configurations

  • Foiler extrême avec foils en bout d’aile seulement. Les changements de bord se font par empannages uniquement et une assistance est nécessaire pour partir et revenir de la plage !
  • Petits flotteurs en bout d’aile. Autonomie totale, départs et arrivées de plage, virements, empannage, préparation et rangement…

Schéma Jo’s Toy – F Monsonnec 07-2010

Schéma Jo’s Toy – F Monsonnec 07-2010

Construction

La construction a été réalisée avec l’aide de Denis Kergomard, architecte / constructeur de bateaux superbes et atypiques.

Prao de Denis Kergomard – photo F Monsonnec 06-2009

La réalisation des éléments non issus du Tornado d’origine fait appel au bois, à l’Airex, au verre, Kevlar et carbone époxy.

Construction de l’arceau – photo via Denis Kergomard

Construction du bras – photo via Denis Kergomard

Fiche technique

  • Année de réalisation : 1997
  • Réalisation et plan : Georges Salvetat
  • Architecte : Denis Kergomard (calculs, contraintes et échantillonnages)
  • Longueur coque : 6.09 m
  • Largeur : 6.80 m
  • Poids : 200 kg
  • SV : GV 18 m², foc 5 m², spi asymétrique 25 m²
  • Mat : aile, tournant, surface 10 m²
  • Appendices : 1 dérive relevable – 1 safran relevable équipé de 2 sticks de 3.5 m chacun
  • Accastillage : rail de contrôle de palan de GV Harken circulaire – console centrale de réglage – 4 trapèzes – 2 boussoles – trampoline de 11 m².

Jo’S Toy version flotteurs – photo via Denis Kergomard

Petite curiosité, en 2008 j’ai photographié l’engin ci-dessous qui se rapproche assez de Jo’S Toy (engins à foils, mais plans porteurs non présents sur cette photo)…

Engin « X » Port La Forêt, construction 2000 (?) - photo F Monsonnec 08-2008

Ce bateau mérite mieux que de rester attendre un nouveau barreur dans son hangar. Qui va le refaire naviguer ?

Vous êtes intéressés, vous pouvez laisser un message sur le blog, je transmettrais…

Remerciements

Rajouté le 20/01/11

Les foils sont bien rétractables, la jambe de force semble coulisser par une ouverture dans le bras…

Foil au vent relevé – photo via Denis Kergomard

Les foils sont CP et carbone…?

Construction foils – photo via Denis Kergomard

 

Publicités

23 Responses to Jo’s Toy

  1. xavierlabaume dit :

    superbe !(j’aime notamment le bras en feche inverse)

    les foils ont l’air relevables, on peut en savoir plus?

    ce bateau me fait beaucoup penser au blue arrow ( https://foils.wordpress.com/2010/10/11/radical-ou-blue-arrow-bateau-a-foils-fou-et-ephemere/ )

    • Fred de Lo dit :

      Bonjour Xavier,

      Oui ce bateau n’est pas sans rappeler Blue Arrow, j’en parlais d’ailleurs dans l’article sur Blue Arrow dans le paragraphe « Foiler sans flotteurs une nouveauté ? » !

      Superbe en effet, et je te conseil de te promener sur le site de Denis Kergomard et d’ouvrir les liens que je propose, si tu ne l’as pas déjà fait, pour voir l’harmonie des formes de ses bateaux, que j’ai pu côtoyer de près : des merveilles de design !

      Oui, les foils étaient rétractable, je vais voir dans les photos dont je dispose si j’ai moyen d’en savoir plus. Dans le cas contraire, je vais avoir un peu de mal à te répondre, George n’étant pas connecté sur la toile (je peux aussi voir avec Denis, mais je pense qu’il m’a déjà transmis une grande partie de sa documentation…).

      A+
      Fred

  2. Ben, moi j’aimerais bien mais je ne saurais pas barrer le bateau … ni la présentatrice 😉

    (soupir !) La vieillesse est un naufrage … 🙂

    Bon, je sors

    GG

  3. Fred de Lo dit :

    GG,
    Toi, tu as cliqué sur le lien de la présentatrice de la Raï !
    Je ne sais pas si tu as eu l’occasion de visiter les autres pages : Home page, Mi presento, Foto… c’est la grande classe ! Délicate comme une brise matinale, un vrai petit coeur ! Mais le summum c’est la page Calendario…
    Elle t’a fait du bien ta sortie ? Tu es calmé ?
    A bientôt
    Fred

  4. gurval dit :

    Superbe engin! (le bateau pas la fille). Je tirerai bien quelques bord avec (le bateau toujours). Et quelle paire foils! C’est des vrai? Plus sérieusement ils sont fait en quoi, vu leur courbure c’est pas du bois stratifié. Merci fred pour tous ces articles.

  5. Fred de Lo dit :

    Salut Gurval,

    Beau bateau en effet, les dessins peuvent être visualisés en + grand en cliquant dessus…

    Pour les détails, je dois déjà prendre le temps de voir si j’ai une photo plus précise du système de relevage des foils pour Xavier : sans trop d’espoir. Mais, je dois avoir une photo de la construction des foils !!

    Je ne voulais pas faire un album photo (!), donc j’ai limité le nombre.
    Suivant la qualité de ce que je trouve, je complète l’article !
    Bises 😉
    Fred

  6. Margodenn dit :

    Bonjour,

    Vu sur le web…
    Le projet d’un foiler qualifié de « plus accessible » ou le vol à porté de tous…

    Apparement, le projet n’est pas nouveau car repris sur boatdesign.net à l’été 2009.

    Je n’en ai pas trouvé trace sur ce site et vous propose des infos sur les sites suivants :

    http://www.skippers.tv/?dossiers=le-reve-d%e2%80%99icare-pour-tous

    http://www.boatdesign.net/forums/sailboats/new-high-performance-monofoilers-25366-18.html

    Bon vent,

    André

    Ps: Je ne vois pas comment insérer d’image

  7. Bonjour André,
    Je connais ce projet développé par Hugues de Turckheim.
    Mais il semble être resté au stade de projet, et je pensais que pas mal de monde avait pu trouver ces images et sites.
    Mais tout le monde ne fouille pas le Net comme un chien de chasse que je suis !
    Bref, j’aurai pu et du profiter d’un « Ptites News » pour en parler.
    Erreur réparée, merci à toi.
    PS : je n’étais pas très emballé par les solutions proposées !
    Fred

  8. Margodenn dit :

    Bonjour fred,

    Effectivement, c’est resté à l’état de projet.
    Pour ce qui concerne les solutions retenues, je suis globalement d’accord avec toi même si je crois qu’il faut remettre ce projet dans son contexte: « pour tous… »
    Lorsque l’on voit les efforts physique développés par ceux qui pratiquent le monocoque sur foils, (Rs600, Moth…) Cette solution pourrait tendre vers une simplification du « pilotage », de la « tenue en vol » et attirer les moins jeunes vers ces « chevauchées fantastiques modernes »

    bon vent,
    André

  9. Bien vu, belle analyse, 100% d’accord avec toi !
    C’était peut être de la jalousie de ma part !
    La création d’un engin performant et facile à manier (si possible par cher) est un de mes rêves !
    Fred

  10. Salut le blog !
    Je vais très souvent découvrir vos billets et la j’ai voulu mettre un petit commentaire.
    Je trouve que vos billets sont très bien écrits et enrichissants, c’est un bonheur de vous lire.
    Continuez comme cela le plus longtemps possible !
    Une bonne année !

  11. Merci « Serrurier Nice » !
    Beau métier que celui de serrurier…
    Merci pour les fleurs qui s’adressent aux différents auteurs.
    Cela fait plaisir, même si nous n’animons pas « Foilers ! » pour les compliments.
    Bon je vais chercher des chaussettes de contention, j’ai les chevilles qui enflent…
    A bientôt sur le blog
    Fred

  12. Margodenn dit :

    Bonjour,

    Vu dans la revue Voiles & Voiliers du mois de février – N°480 – un reportage de six pages sur le Moth à foil équipé d’une aile « rigide ». C’est le bateau qui a participé aux derniers championnat du monde de la « série » en australie.
    Pour eux aussi il y a des tâtonnements…!!!

    Bon vent,
    André

    • Salut « Margodenn »,
      Oui, bel article.
      Nous avons un peu parlé de ce bateau et des difficultés de mise au point dans les commentaires du précédent articles :
      https://foils.wordpress.com/2011/01/03/i-want-you-for-foilers/
      Voici ce que j’en disait :
      Ce n’est qu’un avis en passant (!), si les performances en Moth avec aile rigide ne sont pas au rendez-vous, c’est peut être que les mouvements de la plateforme du Moth ne doivent pas aider. De plus, le réglage de ce type de gréement ne doit pas être simple et ne pardonne pas les mauvais réglages. Piloter un Moth à foils et bien régler ce type de voile pour un gars seul et en régate : difficile…
      Fred

      • xavierlabaume dit :

        il semblerait que les limites de jauge en surface (8m² maxi, on cherche donc des profils creux avec des Cl élevés) et la limite de longueur de mat (on ne peut pas aller chercher de hauts allongements, chose qu’avec son vrillage maitrise, une aile rigide sait faire), neutralisent plusieurs points forts de l’aile rigide.

        de plus, structurellement une aile est tres interessante (il n’y a plus besoin de la forte tension qui maintient le tissu de la voile), mais plus on va dans de petites tailles, plus moins le % de gain de poids est important…

      • Bonjour à tous,

        Puisque vous parlez de voiles rigides, je dois reconnaitre que je n’ai pas détaillé le principe de l’aile utilisée par les américains lors de la dernière America Cup ni celle du (ou des) Moths.
        J’ai cru comprendre qu’il s’agissait (pour la partie principale de la voile)d’un profil symétrique avec à l’arrière du profil une sorte de volet (à profil symétrique aussi) orientable. Un espace entre les deux donnant l’effet de fente.
        Il semblerait que Tom Speer (passionné d’aéro et hydrodynamique)ait participé à la mise au point de l’aile américaine.

        S’il en est ainsi, il est sûr que ce type de voile est globalement moins efficace qu’une voile à profil dissymétrique( Macquarie, Techniques Avancées ..)et surtout très difficile à régler en navigation.

        Quelqu’un aurait-il des informations plus précises sur ces dernières voiles SVP ?

        à plus,

        GG

  13. GG,
    Tu as tout bon, c’est en effet 2 ailes (voir plus)symétriques à la suite avec un effet de fente et la possibilité de jouer sur des flaps. C’est moins performant que du rigide dissymétrique. C’est certain, mais c’est cette configuration est utilisée depuis de nombreuses années pour la Little América’s Cup. Sauf erreur, pour cette compétition, la première aile date de 1974 avec Miss Nylex dessiné par Roy martin, le gréement à fente est peut être sous le crayon du sorcier Lindsay Cunnigham ? Si ce n’est pas lui le premier, il a fait beaucoup pour le développement de ce type d’aile. Je pense que l’on commence à savoir utiliser cette architecture imparfaite mais sûrement de qualité supérieure à une voile souple !!
    Fred

    • gurval dit :

      J’ai cru comprendre dans une vidéo que c’est aussi ça qui pose problème dans la jauge des moth à foil. Car elle stipule que les bateaux ne doivent avoir qu’une seul voile ors les ailes peuvent être considéré comme 2 voiles l’une derriere l’autre.

  14. xavierlabaume dit :

    un moyen de contourner cette jauge est de dire que le premier élement est le mat, le second est la voile, le tout relie par des articulations (de meme qu’il peut y avoir un jour entre le rail de GV et la GV, a cause des chariots sur le dit rail…)
    appeler le premier element « mat » permet en plus de biaiser certaines jauges ou le mat peut etre plus long que la voile (afin, sur un grement classique, de tendre la GV avec un renvoit de poulie j’imagine)

    sur de si faibles nombre de reynolds, un profil bien creux est parfois preferable. en kite, la voile qui est capable de developper le plus de portance/m² (critere interessant pour un moth qui n’a droit qu’a 8m² pour sortir sa coque de l’eau) est la c-quad, une aile simple peau avec un jonc de carbone dans le BA (= un grement classique). loin devant les ailes avec un profil en 3D (aile a caissson ouvert, de buggy par exemple = aile rigide).

    pour cette jauge particulière, les gains du grément rigide sont moins nets

  15. Mayeul dit :

    Bonjour,
    Le bateau est vraiment en vente ? toujours ? ou est il ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :