Rien, rien de rien !

You can find an English version of this article on the blog Proafile “Sans derive, Sans safran

En bas d’article, un rajout du 11/02/15

Que ce passe t’il ? Une erreur de manipulation ? Que font ces bateaux archimédiens sur « Foilers » ? N’essayez pas de régler votre écran, tout est normal, ou presque ! Bienvenu dans le monde du grand écart, attention aux adducteurs !
En effet, nous sommes en permanence en train de parler d’appendices : foils, plans porteurs, safrans, dérives, winglets… Certains bateaux volants en comptent 4. Et bien certains bateaux en ont 0 (zéro) ! Je trouve intéressant d’en parler, de parler de quelque chose qui n’existe pas, de parler de rien en fin de compte.

J’ai découvert l’existence des Patin a vela, une famille d’engin sans appendice, au début des années 90 sur une plage d’Espagne. J’ai ensuite au l’occasion de rencontrer des « patinadors » lors des rencontres des Golden Oldies Multihulls. En 2014, lors du rassemblement de Port Camargue, il y en avait deux engins différents sans appendice ! Ce rassemblement de beaux et « gros » bateaux (Pat’s, VSD, Tahiti Douche, Aile Bleue, Fine mouche, Picardie…) était aussi fort bien pourvu en petites unités.

Pat’s à Port Camargue – © Frédéric Monsonnec

Pat’s à Port Camargue – © Frédéric Monsonnec

A port Camargue, la catégorie des petits bateaux était représentée par :

  • Pélican, un Tornado construit en 1975 et équipé d’un pont en contre plaqué
  • Catalina, un catamaran dessiné en 1962 by André Allègre (Pen Duick IV, Cap 33…) et qui n’avait pas navigué depuis presque 40 ans
  • Un Patin a Vela, l’extraordinaire classe de catamarans espagnole
  • Un Jukung de Bali, un trimaran dessiné par Christian Campi et skippé par Don Carslaw et son fils Sean
  • Une pirogue Hawaiienne, elle aussi dessinée par C. Campi
  • Lakana (aussi un plan de C. Campi !), un prao de Madagascar, construit par Stuart Rogerson, le propriétaire et sauveur de VSD

Pelican et Catalina – © Frédéric Monsonnec

Pelican et Catalina – © Frédéric Monsonnec

Deux de ces « petits » bateaux n’avait donc, ni safran, ni dérive ! Le Patin et Lakana. La pirogue hawaïenne utilise une pagaie et la balinaise (Jukung) a un safran déporté. Lakana se dirige en changeant la position du centre de gravité et donc du centre de dérive. Pour le Patin a vela l’écoute et à la quête du mat permettent aussi des réglages fins.

Lakana et Patin a vela – © Frédéric Monsonnec

Lakana et Patin a vela – © Frédéric Monsonnec

Les Patin à vela

Le Patin a vela est le plus ancien catamaran de sport au monde ! Cette série est surtout populaire en Espagne mais il en existe aussi des modèles en Belgique, Argentine et en France… Le patin est né sur la cote de Barcelone à la fin du XIXe siècle. Au départ, moins large qu’il n’est aujourd’hui, il était propulsé à l’aide d’une longue rame, en 1871 une course à la rame a eu lieu dans le port de Barcelone. La faible largeur était imposée par le souci de passer facilement la pagaie d’un coté à l’autre et de ne pas prendre trop de place sur la plage. C’était donc un ancêtre du stand up paddle! Utilisé pour éviter les eaux polluées de la cote, il a été réalisé par des charpentiers sans connaissance nautique. Ils ont imaginés un bateau avec deux coques pour la stabilité et des étraves fines pour passer à travers les vagues. En 1926, José Maria Lasaosa met au point le premier gréement efficace. Aidé par deux membres du club de natation de Barcelone le trio équipe un patin d’une voile pour faciliter leur retour sur la plage. Les premiers essais ont lieu à partir d’un gréement pince de crabe et l’ensemble n’était pas sans rappeler les catamarans Polynésiens ! La première grande course à la voile à eu en 1932, toujours à Barcelone. En 1942, les patinadors décident de créer un monotype. A cette époque des bateaux de longueurs différentes naviguent à Barcelone (5 m) et Badalona (6 m). Les frères Luis et Emilio Monge gagnent la course organisée afin de déterminer quel modèle deviendra monotype. Après quelques modifications leur dessin réduit à 5 m 50 est adopté comme monotype.

Sur un patin, pour virer, le « barreur » avance sur l’avant du flotteur au vent jusqu’au mât. Il reste si besoin contre la voile pour la faire porter à contre. L’engin pique du nez et vire puis le funambule revient sur l’arrière. Pour l’empannage, le pilote s’assoit le plus en arrière possible de la coque au vent pour faire cabrer son cata et reculer le centre antidérive. Le bateau ralenti, le pilote change de flotteur puis met un pied dans l’eau (ou une main) pour créer un point de rotation. Une fois l’empannage réussi, il avance pour faire lofer son bateau.

  • Longueur : 5.60 m
  • Largeur : 1.60 m
  • Poids : 98 kg
  • Surface de voile : 12,60 m2
Tony Blanco Casana et Sean Carslaw – © Frédéric Monsonnec

Tony Blanco Casana et Sean Carslaw – © Frédéric Monsonnec

Lakana

Lakana est une pirogue inspirée des bateaux de Madagascar. L’histoire de Madagascar commence entre moins 200 avant JC et 500 après JC, quand des marins sur des pirogues sont arrivés du sud est asiatique, de Borneo ou du sud des Célèbes et probablement aussi de la cote africaine. Christian a dessiné Lakana en s’inspirant des pirogues du peuple Vézo qui occupait autrefois toute la côte Ouest de la grande île. C’est une des dernières ethnies nomades de Madagascar. Lorsqu’ils partent loin de leur village les Vézos bivouaquent en utilisant la voile carrée comme toile de tente. Il existe plusieurs moyens d’orienter une pirogue à balancier: pagaie, aviron de gouverne, gouvernail, dérives, déplacement du poids de l’équipage, réglage des voiles. Bien souvent plus d’une méthode est utilisée en même temps et l’équipage utilise toutes ces variables. Mais les pirogues Vézo sont toujours pilotées à l’aide d’une pagaie… !

Lakana est prévue pour deux personnes et est réalisée en contre plaqué époxy. Elle est équipée au choix d’un ou deux flotteurs. Pour virer et empanner il faut, comme sur un patin, s’avancer jusqu’au mat ou reculer sur l’arrière de la coque. Par contre, il ne faut pas oublier que vous disposez d’une voile qui exerce un couple de chavirement ! Et que sur la version mono flotteur d’un coté vous n’avez pas de flotteur et que de toute façon le flotteur a un volume plus que réduit… Christian Campi a conservé la forme de la voile rectangulaire des pirogues des Vézos mais a simplifié le gréement en utilisant une livarde afin que Lakana puisse être barrée seule. Lakana dispose d’une pagaie, bien utile pour les départs et arrivées, freiner le bateau… mais peut sans problème s’en passer pour virer et empanner!

  • Longueur : 4,90 m
  • Poids : 45 kg
  • Surface de voilure : 5,5 m2
Christian Campi à Ibiza - © Stuart Rogerson

Christian Campi à Ibiza – © Stuart Rogerson

Zack Rogerson © Christian campi

Zack Rogerson – © Christian campi

Sam on Lakana – © Frédéric Monsonnec

Sam sur Lakana – © Frédéric Monsonnec

Pourquoi cette absence de plan antidérive et de safran ?

Pour le Patin a vela, il y a tout d’abord le fait qu’il s’agissait au départ de pontons manœuvrés à la pagaie qui n’avaient donc pas besoin d’appendice (même au contraire). Il est aussi mis en avant dans la littérature sur le sujet le fait que cela permettait de faciliter le passage dans les rouleaux. C’est certain, mais je pense que c’est surtout le fait de ne pas en avoir besoin, et celui de conserver la simplicité à l’origine de la création des Patins, qui explique l’absence d’appendice. Les premiers essais réalisés avec une pagaie ont montrés qu’il était possible de se passer d’outil de direction. Idem pour l’absence de dérive. Il a suffit de modifier un peu le profil des flotteurs, en augmentant la profondeur et en réalisant un V plus fermé, pour améliorer la remontée au vent des Patins. Des essais de mise en place de safran ont été réalisés mais la greffe n’a pas pris, la version sans safran allant plus vite que celle avec !

En ce qui concerne Lakana, lorsque Stuart Rogerson a construit le premier modèle, il a découvert qu’elle pouvait se piloter sans pagaie ! C’était évident pour lui, puisque dans le passé il a eu une école de Patin a vela ! Lorsque Stuart a averti Christian Campi de cette nouvelle, ce dernier c’est rendu à Ibiza pour découvrir cette caractéristique jusqu’alors insoupçonnée. Il a été très agréablement surpris, c’est d’après lui « un pur hasard si Lakana est si bien équilibrée ». Pur hasard ou qualité liée aux caractéristiques des pirogues de Madagascar ou, enfin et surtout, au beau coup de crayon de l’architecte. Et c’est fantastique puisque dorénavant Lakana se pilote sans pagaie et rejoint ainsi les Patins, et quelques autres engins dans le petit monde de la navigation sans safran.

Et les planches à voile, les kites est ce que ce sont des engins sans appendices ?

Ces engins ont en effet un fonctionnement proche de celui de ces bateaux mais ne sont pas dépourvus de plan antidérive. Ce qui est somme toute logique puisque leur volume est faible, voir presque inexistant, et qu’ils ont donc une très faible surface antidérive « naturelle ».

Ma petite expérience de la navigation sans appendice

J’arrive un peu en « retard » à Port Camargue, mais juste à temps pour larguer les amarres de mes camarades qui prennent le large sur de grosses unités. J’ai un embarquement réservé sur Pélican, un Tornado. Après une navigation sur Pelican et la perte d’un safran (avec arrachage de la moitié du tableau), je rencontre Christian qui me propose une navigation sur la pirogue hawaïenne … et nous cassons une partie du gréement. Difficile avec cette scoumoune d’obtenir facilement un nouvel embarquement. J’ai sur le dos une étiquette (heureusement temporaire) : porte poisse. Mais c’est sans compter sur la gentillesse du clan Rogerson (la famille Rogerson dont Stuart est propriétaire de VSD et son fils Zack de Tahiti Douche). Marina, la compagne de Zack, me dit : « tu peux prendre Lakana si tu le souhaites. C’est très simple, tu te recules pour empanner et pour virer c’est l’inverse… Tu trouveras un seau au fond du bateau si tu te retournes ! ». Je ne monte pas pour la première fois sur une pirogue, j’ai testé la Balinaise en 2012 et au début des années 1980 des Polynésiennes. Bref : même pas peur.

Après une longue navigation de 30 m dans le port, je me retourne. C’est semble t’il normal ! Quand Stuart à navigué pour la première fois sur Lakana, il s’est retourné après un parcours d’environ 3 mètres avec son téléphone et son passeport dans les poches… Après un bain dans le port accompagné de mon ami le seau, Lakana n’est plus un sous marin mais de nouveau un voilier. Si je ne veux pas perdre ma dignité, je dois utiliser mon cerveau et contrôler mon corps ! Je suis heureux que mes amis soient en mer (pas de membre de l’association comme spectateur). Et puis, le vent qui n’est pas très fort. Après 10 nouvelles minutes de navigation, c’est comme le vélo, un grand plaisir, mieux qu’avec un safran ! Le contrôle est instinctif. Si je n’avais pas déjà 2 prototypes à foils (qui n’ont pas vu la couleur de l’eau depuis de nombreuses années) je commanderais un plan à Christian !

Dans cette vidéo, vous verrez très nettement comment se pilote Lakana…

Je n’ai pas encore trouvé le temps de naviguer avec le « Roi du Patin a voile » (en tout cas, celui des GOM), Tony Blanco Casana. Ce sera pour un prochain rendez-vous…
Si vous avez l’occasion de tester ce type de bateau n’ayez aucune hésitation, c’est comme une nouvelle discipline ! D’autres engins ne sont pas équipés de safran, par exemple les skiffs du St Laurent (St. Lawrence Skiff) qui navigue aujourd’hui surtout à l’aviron…

Alors, les passionnés d’appendices, intéressés par l’option inverse ?

Rajouté le 11/02/15

J’ai honte d’avoir oublié le Kaep dans la liste des bateaux sans appendice. Alors que je connais son concepteur, Arnaud des Gachons, et que j’ai assisté au montage sans outil de ce prao (une de mes passions) et à ses navigations en 2009 (ici manœuvré par Victor Laurent).

Kaep

  • longueur : 5,5 m
  • largeur : 1,35 m
  • surface de voile : 5 m2
  • poids : 35 kg env.
Prao Kaep de A des Gachons - photo F Monsonnec GOT 2009

Kaep devant le F40 à foils Fildou – photo F Monsonnec GOT 2009

Enregistrer

4 commentaires pour Rien, rien de rien !

  1. Christian Guenet dit :

    Bonsoir,
    Je suis lecteur, de votre « newsletter » comme on dit, depuis pas mal de temps et j’ai beaucoup apprécié cette dernière pour la bonne et simple raison que je suis l’heureux propriétaire d’une LAKANA depuis août dernier et que j’en suis super satisfait même si comme vous, à ma première sortie je me suis retourné comme une crêpe. ça va mieux depuis.

    Je l’ai repeinte cet hiver oeuvres mortes vert anglais, oeuvres vives noires et ligne de flotaison blanche (superbe à mon goût)

    Je suis dans le sud-ouest et navigue souvent sur le lac de Soustons.

    Continuez c’est bien.

    Très cordialement

    Christian

  2. xavierlabaume dit :

    c’est sur que c’est à l’opposé des moth,mais le point commun semble être le plaisir dans la recherche de l’équilibre!

  3. CURTI Norbert dit :

    Bonjour,

    Pratiquant le kite depuis longtemps, je pense que vous faite une petite erreure en disant qu’il n’y pas de dérive sur une planche de kite. Sur un twintip ,en kite, c’est toute la board qui fait dérive. En naviguation la bord est incliné a 30° environ de façon a assurer à la fois la protance (planing), et à la fois l’antiderive. Les petits ailerons ne servant qu’a assurer la stabilité de direction.

    A bientot

    Norbert

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :