Basiliscus et T2, vols dans le Golfe

Le golfe du Morbihan, à deux pas des alignements de Carnac, des tumulus et en cherchant bien de fossiles de Trilobites. C’était l’endroit rêvé pour une rencontre de dinosaures. Dinosaures du foil bien entendu, vous savez ces vieux accro. qui s’intéressaient déjà aux hydrofoils au siècle dernier. Enfin, c’est surtout par ce que François dispose d’un « bungalow » pas très loin de l’eau. Un merveilleux endroit pour faire naviguer ensemble deux nouveautés 2019, deux trimarans à foils régulés, conçus et réalisés par des amateurs ! François avait lancé l’invitation en mai lors de LSA – Port Fréjus 2019, difficile de louper un tel moment.

Les canots

Je vous ai présenté Basiliscus, le méga Trifoiler de Maurice et François il y a quelques semaines dans Basiliscus, Il vole.

Basiliscus la grosse bête au repos

Si vous avez lu le récapitulatif de LSA – Port Fréjus 2019, vous avez découvert le Triceratops 2 ou T2 réalisé à partir d’une coque de Nacra par Philippe de Braeckalaer (le T1, plus petit, avait des foils en V puis en T et une coque de Tyka).

T2 paré à voler
Nav.

Etant en vacances, mon emploi du temps était chargé (!), je n’ai pas pu rester plus d’une journée avec Maurice, François et Philippe. Je n’ai donc pas pu assister au vol de la version améliorée du T2 (2ème sortie après le lancement à Port Fréjus). Heureusement que le frère de François a  immortalisé une des sorties.

Maurice et François, petites bricoles sur Basiliscus
Philippe et son T2, « yapluka » le monter

La matinée a été consacrée à la réalisation de quelques ajustements sur Basiliscus et à la fin de son montage.  Nous avons failli ne pas goûter aux joies du vol en ce lundi 12 car le vent était relativement fort et la sortie avec changements d’équipiers risquait d’être dangereuse. En effet, en grands seigneurs, Maurice et François avaient décidé de nous faire découvrir les joies de la navigation sur Basiliscus… Mais j’arrête le bla bla, les vidéos ci-dessous sont bien plus parlantes.

Basiliscus et T2
Vidéo Basiliscus
Vidéo Tricératops
Epilogue

L’époque est aux engins « high tech », les amateurs ne sont plus très nombreux mais heureusement, il y en a encore. Bravo à Maurice, François & Philippe. Basiliscus et T2 sont superbes et ont volé dès leurs premières sorties.

Naviguer sur Basiliscus était une expérience très impressionnante. Maurice et François ont créé un incroyable animal qui vole bien à plat sans effort, l’équipage est bien assis en sécurité dans son siège. Dans ma présentation de Basiliscus, je me demandais pourquoi le duo n’avait pas encore installé de cafetière électrique, je peux vous assurer qu’elle n’aurait pas besoin d’être fixée ! Philippe et moi avons barré le bateau sans formation, comme dans un rêve.

Je reviens de cette journée une fois de plus avec toujours la même question sans réponse. Pourquoi créer des engins à hydrofoils non régulés (hors haute mer) ? Si une jauge l’impose d’accord mais si ce n’est pas le cas ? Il ne faut vraiment pas s’en priver, la navigation devient simple et moins dangereuse. Le vol est très stable et plus d’enfournements. Il faut avoir essayé !!!

Post-scriptum 1

Pour rester dans le domaine de la régulation, j’attendais avec épouvante la mise en place d’une centrale inertielle pour réguler les foils, c’est fait avec le TF35, successeur du D35. Ci dessous, extrait de l’article de Voiles et voiliers: Vidéo et interview,  les premiers vols du TF 35, nouveau foiler du Léman. Cela le mérite d’être clair, on sait qui est le boss…

…Et puis, il faudra faire confiance au logiciel. C’est lui qui maîtrise le vol. Il va y avoir une barrière psychologique à passer. Lors de la phase de test avec Alinghi, l’équipage était surpris de ne rien avoir à faire pour maintenir le vol….

Post-scriptum 2 

12 jours après cette sortie, je  roule sur la RN 165 et sur qui je tombe dans les bouchons ? Le Lézard Jésus-Christ !

Basiliscus en route vers « Brest »
Remerciements
  • François, Maurice pour cette belle journée
  • Philippe pour sa bonne humeur
  • Pierre-Eric Lys et Brigitte Gahagnon pour les photos et images.

François Chevalier

François Chevalier vient d’inaugurer mi-juin une très belle exposition à Dinard. L’exposition Toutes voiles dehors (du 15 juin au 29 septembre, Villa Les Roches Brunes). Une exposition qui traite, entre autres, des voiliers volants et qu’il ne faut pas surtout louper si vous passez dans la région (expo. avec de très nombreuses maquettes dont certaines de Stéphane Le Roux).

Toutes voiles dehors Dinard
François Chevalier lors de l’inauguration

Mais François Chevalier c’est aussi et surtout :

  • Un architecte (il a enseigné à l’Université pendant douze ans),
  • Un journaliste (les Cahiers du Yachting, Voiles & Voiliers, Le Monde, La Croix ou La Tribune de Genève…),
  • Un Auteur d’ouvrages sur l’histoire de la plaisance française et internationale (Prix du Salon du Livre Maritime 1988, du Patrimoine Maritime 1994, Prix Neptunia en 1994). Comme Les voiliers qui volent ou La grande histoire de la coupe de la Petite Coupe. Mais surtout les fameux America’s cup yacht designs 1851-1986 et 1870American and British yacht design – 1887 écrits avec Jacques Taglang,
  • Un formidable illustrateur. Ce sont ses dessins qui m’ont inspiré lorsque j’ai commencé à délaisser le « crayon gris » pour des dessins plus aboutis. Petit exemple de dessins dans cet article de Voiles et voiliers sur Vestas Sailrocket
  • Un blogueur qui publie des articles très intéressants et détaillés dont certains sur l’histoire des voiliers volants.

Des articles qu’il FAUT lire si le domaine du foil vous intéresse !

La saga des foils – première partie
La saga des foils – deuxième partie
La saga des foils – dernière partie

Bonne lecture…

Basiliscus, il vole !

Certains lecteurs assidus (Ptites News 43), ou ceux qui connaissent le duo Maurice Gahagnon / François Lys, le savent, une grosse bête à foils est en gestation depuis de nombreux mois au fin fond de l’ouest de la belle Bretagne. Basiliscus (pur produit breton) baptisé en premier « Trifoilie » est né sous le crayon de Maurice Gahagnon, fruit des idées des deux compères.

Le cahier des charges simplifié était le suivant :

  • Naviguer à haute vitesse, avec seulement deux personnes à bord
  • Créer un voilier avec un niveau de sécurité humain élevé (régulation automatique, équipage protégé dans la coque centrale)
  • Obtenir un produit fini moindre coût (sur fond personnel)
  • Etre transportable sur remorque…

De nombreuses heures à rédiger le cahier des charges, à définir le produit le mieux adapté à leur besoin et  envies, à leur capacité de navigation, à leur  budget. Des centaines d’heures passées à l’étude, aux échanges d’idées, aux dessins, calculs, découpes, stratification, ponçage… pour donner la vie à un très grand « Trifoiler » avec, bien entendu, des foils régulés (extrapolation entre autres du Trifoiler). L’ensemble du bateau, hormis le gréement, a été conçu, fabriqué et autofinancé par Maurice et François.

Avant-projet Trifoilie – dessin F Monsonnec 06-2017

Les partenaires qui ont, d’une manière ou d’une autre, facilité la naissance de Basiliscus :

Pour le petit noyau d’amis qui a eu la chance de suivre pas à pas la gestation de cet hydrofoil, je peux vous assurer que ceux qui étaient dans le secret attendaient les news avec plus d’impatience que la sortie d’un épisode de Game Of Thrones !

L’animal a touché l’eau et réalisé ses premiers essais très prometteurs le 19 mai 2019. Lors de cette mise à l’eau, il avait fallu calmer l’engin qui ne demandait qu’à s’envoler !

Le montage, webcam office de tourisme, plage du Trez Hir à Plougonvelin

Voilà que dès le second essai le « monstre » de 8.5 m de long (28 pieds) par 8 m de large, équipé d’un gréement de Diam 24, vole !

Il vole ! – photo Thierry Blaise

D’après François et Maurice, le potentiel de Basiliscus semble énorme. Avec des vents de 12 à 14 nœuds, la plage de vitesses lors de ce second test était de 17 à 25 nœuds. Le tout en sécurité dans le grand cockpit central (pas encore de cafetière comme je l’ai proposé, mais cela ne saurait tarder).

Maurice et François, les aviateurs – photo Thierry Blaise

La vidéo permet de bien prendre la mesure de l’engin ! Admirez la taille des foils, le pilotage au volant…

L’équipe va essayer de participer au Trophée des multicoques à La Trinité Sur Mer fin août et d’ici là, elle va s’entraîner dans le golfe du Morbihan. Le team envisage aussi de participer aux :

  • Records libres de baies (Port Navalo-Houat, Brest….),
  • Rassemblements de foilers tels que La Semaine Affoilante,
  • Tour de Belle-Ile,
  • Grand prix Guyader de Douarnenez…
En mode archimédien il est très beau aussi – photo Thierry Blaise

Pour ceux qui ne connaissent pas Maurice et François :

Maurice GAHAGNON est l’un des pionniers de la voile sur foils depuis les années 80. Il a conçu de nombreux multicoques à hydrofoils depuis plus de 30 ans, dont la série des Loisirs 3000. Il est avec Jean Bernard Cunin un ancien recordman du monde de vitesse à la voile en Class C.

François LYS, passionné de longue date d’engins à hydrofoils, a volé sur de nombreux Dart, Tornado, Mystère, à foils. Et bien entendu sur le très beau Trifoiler N°64 (ancien bateau de Dan Ketterman) avec lequel il a réalisé la meilleure vitesse de la semaine Affoilante 2016 : 34 nœuds de vitesse max et 30,2 nœuds de vitesse moyenne.

Maurice et François sont, avec l’auteur de ce petit papier, à l’origine de La Semaine Affoilante.

Quelques images, animées ou pas, des engins de Maurice et François sont visibles sur le site F18foiler. Et de très belles vidéos du Trifoiler 64 ci-dessous et sur Voiles et voiliers et Le Télégramme :