Page de références et autres bricoles

Une nouvelle page accessible par l’onglet « Références » ci-dessus liste des livres, articles et brevets rencontrés au fil des lectures et recherches (je n’ai pas tout lu…). N’hésitez pas à la compléter à l’aide de commentaires.

D’autre part j’ai un peu retouché la colonne de droite, notamment en ajoutant un flux RSS agrégeant en temps réel les nouvelles en provenance des teams capables d’en fournir dans ce format génial. Malheureusement il n’y a que deux sources pour l’instant : le projet Dared et AET, le monocoque volant (blog en construction). Si vous connaissez un autre flux RSS 100% consacré à la voile de vitesse, faites le moi savoir et je l’ajoute à l’agrégateur.

Il va de soi que vous pouvez sans autres vous abonner aussi à ce flux en cliquant sur l’icône orange à côté de « News des Teams » ou directement ici, ce qui vous fournira des nouvelles complémentaires à celles paraissant sur foilers!

J’ai aussi ajouté deux autres flux séparés pour deux blogs amis qui parlent souvent de vitesse à la voile, mais pas à 100% : Tendance Bleue et Tribord Amure et ajusté quelques détails.

Pourvu que ça souffle !

Tous les indicateurs sont au vert pour 2008. De nombreuse équipes ont accès aux technologies les plus avancées : le carbone est maitrisé, de super ordinateurs calculent des foils supercavitants et des mats ailes parfaitement dimensionnés. La vague « énergies douces » amène des sponsors argentés vers la voile.

Qui franchira les 50 noeuds cette année ? Le suspense reste entier, car il reste un impondérable qui fascine les marins depuis des siècles : faut que ça souffle. Fort mais pas trop. Et dans la bonne direction. Et les jours ou les chronométreurs sont là, ou ceux ou se courent les régates.

C’est ce que je vous souhaite de meilleur à vous tous, quelle que soit la taille de votre bateau ou la forme de votre voile, ou même si  ce ne sont que des rêves : que les vents vous portent où vous le souhaitez.

Merci à vous, chers visiteurs si nombreux et réguliers de Foilers!, vous qui m’encouragez à poursuivre ce blog commencé sans trop y penser il y a un an, apportant l’air nécessaire à sa propulsion.

Vitesse des animaux marins

Dans ce commentaire, Eric me signalait que l’espadon et son cousin le poisson voilier dépassaient 100 km/h, soit près de 60 noeuds. Les premières vérifications, notamment sur la wikipedia en français confirmant ceci, je me suis lancé dans une réponse audacieuse, mentionnant entre autre que ce animaux avaient peut-être trouvé moyen de tirer parti de la cavitation.

le poisson le plus rapide (?)

Mais en poursuivant les recherches, je suis tombé sur cette page très complète sur le sujet (attention, cette page indique les vitesses en mph, donc en miles « terrestres » par heure, pas en kts, noeuds nautiques… »), qui indique que:

  1. le « Bluefin Tuna » (thon à nageoire bleue ?) que des récits de pêcheurs (marseillais ?) propulsaient à 56.8 noeuds n’ont été mesurés « qu’à » 37.7 noeuds pendant 20 secondes, ce qui est déjà spectaculaire
  2. le « Yellowfin Tuna » et le « Wahoo » ont atteint 40.27 and 41.6 noeuds respecivement
  3. la vitesse de 60 mph (et non kts !) soit 52.13 kts mentionnée pour l’espadon serait le résultat d’un calcul théorique fait par Sir James Gray, basé sur la puissance nécessaire mais ne tenant pas compte de l’hydrodynamique. Aucune mesure n’est réellement disponible sur la vitesse de l’espadon.
  4. Un « sailfish » (poisson voilier) mécontent a effectivement déroulé 100 yards de la ligne à laquelle il avait mordu en 3 secondes, ce qui correspond à une vitesse de 59 noeuds ! Mais il l’a fait en sautant, pas vraiment en nageant, donc c’est un résultat à considérer avec prudence.

Il n’est donc pas encore vraiment certain que des animaux soient capables de franchir le « mur des 50 noeuds », du moins en nageant, car certaines crevettes y arrivent avec leur pinces, pour faire du bruit et éventuellement assommer une proie avec l’onde de choc (voir ici)