Le « PK » de Fred

Frederic Monsonnec m’a signalé son site, intéressant à plusieurs titres:

  1. Depuis 1993, il met au point (et répare…) le « PK« , son prototype  d’ « hydroptère de loisirs ». Ultraléger (75 kg seulement), l’engin utilise des foils orientés par des flotteurs comme le « Trifoiler« .
    PK vue de dessus - photo F Monsonnec
    Foil PK - photo F Monsonnec

    Outre de nombreuses photos du « PK », Fred livre sur son site (avec beaucoup trop de modestie) des infos sur sa contruction et l’expérience acquise, qui lui permet d’envisager la construction de son prochain foiler :« Optimum D ».

  2. Une liste de plus de 100 liens sur les foilers et sujets connexes. Beaucoup que je ne connaissais pas, et qui vont devenir des sujets de prochains articles.
  3. Des pages consacrées à « quelques engins » comme des précurseurs des années 70 (ICARUS, PHILFLYMAYFLY, FORCE 8) et d’autres plus récents (LOISIRS 3000, STRESS BOAT, NITRO).
  4. Des photos de l’Hydroptère prises par Fred dans sa zone de navigation. Il a notamment pris quelques clichés de « détails » techniques de l’Hydroptère très intéressants comme :

Poste de pilotage l'Hydroptère - photo F Monsonnec 2006
Safran de l'Hydroptère - photo F Monsonnec 2006

 

Longshot et le Hobie Trifoiler

Le record de vitesse en classe A (voile entre 10 et 14 m²) appartient depuis 1992 à « Longshot », qui a atteint 43.55 noeuds, soit plus que le classe D « Techniques Avancées » doté de 28m² de voilure.

« Longshot » est un des 5 prototypes conçus par Greg Ketterman qui débouchèrent sur le du « Trifoiler »  produit en série par Hobie Cat de 1995 à (?).

Il n’est hélas plus commercialisé, et c’est dommage car la video ci-dessous donne vraiment envie de l’essayer :

L’Hydroptère, ou des ailes au secours d’Archimède

La « Journée de Mécanique 2007 » organisée par la Section de Génie Mécanique (SGM) de l’EPFL était consacrée cette année à l’Hydroptère, projet auquel de nombreux étudiants et chercheurs de l’EPFL collaborent désormais.

Continuer à lire … « L’Hydroptère, ou des ailes au secours d’Archimède »