Ptites News 22

Quelques informations méritaient d’être annoncées pour ceux qui pensent que ce blog est une bonne source d’info. (les pauvres !) et qui ne font pas tourner toutes la journées les moteurs de recherche avec « foil », « hydrofoil »…

I – Foils

Défi Guyader

Ce type de grand prix, que j’ai déjà eu l’occasion de vous présenter (Grand Prix Guyader Défi Nautic) et où se côtoient de nombreux types d’engins pour le plus grand plaisir des spectateurs, s’organise bien en avance. Si en plus de venir traîner sur « Foilers » vous disposez d’un engin à foils, sachez que vous serez le bienvenu au Défi Guyader 2012. Pour le moment, il est prévu que cet évènement se déroule les 05 et 06 mai. Si vous êtes intéressés, « Foilers » transmettra. Sachez que les accro. des Moth à foils seront sûrement de la partie…

Le petit hydroptère d’ET

J’ai déjà eu l’occasion de vous parler de cet engin réalisé, entre autres, par Jean Garnault en 1976 et testé par Eric tabarly (Ici, et encore  !). Bateau qui a fait croire à certains qu’Eric Tabarly avait inventé l’hydrofoil à voile… Ce bateau, que j’ai eu plaisir à remonter avec Mariannick Buffard au sein de l’Association Eric Tabarly, sera exposé au Nautic 2011 du 03 ou 11 décembre. Vous pourrez aussi voir la maquette au 1/20 qui a servi à réaliser des essais tracté et définir les dimensions de ce prototype…

Proto hydrofoil pour E Tabarly - photo B deguy 1976

Sailrocket, la bête !

Vous avez sûrement suivi les progrès de Sailrocket puis son accident. Sinon, une visite s’impose sur le blog de Paul.

L’Hydroptère

Nouveau projet de record, Los Angeles-Honolulu, vers le printemps 2012. Le temps de référence est celui de Geronimo en 2005. Record pour lequel Jean Le Cam aurait rejoint le team…

L’Hybrid !

C’est du lourd, le team L’Hydroptère semble en passe de réussir à mettre à l’eau en 2013, « l’Hydroptère maxi », qui devrait d’ailleurs s’appeler « l’Hybrid » (Article dans la tribune de Genève). Un des objectifs de l’engin, qui devrait mesurer 30 m par 30 m et serait surmonté d’une aile rigide : l’atlantique en 3 jours. La recherche du budget semble bien avancer et DCNS serait de la partie et abandonnerait le 60 pieds…

Hydroptère Ch

La bête a dépassé 30 nœuds sur le lac de Genève, le fondateur de « Foilers », notre bon Dr Goulu,  m’a fait suivre le communiqué de presse ainsi que quelques liens ici et sur ce nouveau record Franco-Suisse.

L’Hydroptere.ch - Copyright Loris Von Siebenthal

PiR²

Je vous ai présenté ce bel engin dans l’article « PiR², foiler à foils en Y ». Ma vidéo avait été prise par petit temps. Voila que des chanceux ont pu naviguer à donf (jusqu’à 29.8 noeuds) !!

Mono à foils

Après les multi, les mono. se mettent aux foils. J’avais déjà présenté ce beau projet Speeddream dans la Ptites News 16, voici son nouveau site avec une très belle infographie. Il est aussi possible de trouver une belle vidéo sur ce bateau. Pour ceux qui ont des cheveux blancs, un des leaders de ce projet, le Russe Vlad Murnikov était à l’origine du projet Fazisi dans la course autour du monde 1989/1990 ! A noté qu’il y a aussi un intéressant article sur un proto équipé du système DSS dans le Voiles mag. d’octobre.

Ah, et puis aussi, comment ne pas penser à l’article « Etrange maquette » qui précède ce Ptites News ?  L’idée de cette maquette n’était elle pas déjà de réguler la gîte par des patins/foils immergés ?

Mono à foils suite

En réaction à l’article « Etrange maquette », André a laissé un message que je trouve très intéressant et qui reprend une interview de Michel Desjoyaux. Je ne souhaitais pas qu’il soit perdu parmi les réactions à cet article, je me permets donc de le coller ci-dessous.

De André, 08 nov 2011
« Un exemple d’évolution de la dernière génération ?
Extrait d’un Interview de Michel Desjoyaux sur site du Vendée Globe :
MD : « L’inclinaison de l’axe de rotation de la quille. On lève l’avant de cet axe, ce qui donne de l’incidence à la quille qui fait alors foil, ce qui revient à cabrer le bateau. Sur les plans Farr cette inclinaison était de 2 degrés, de 5 sur Safran et maintenant on est à 7,5. »

C’est vrai qu’un profil symétrique est moins performant qu’un profil asymétrique, mais la surface est importante et l’angle aussi. J’ai fait un rapide calcul avec les données suivantes : voile de quille 3.6 m x 0.5 m angle 7.5°. Vitesse 10 nœuds : 1.6 t ; 15 nœuds : 3.5 t ; 20 nœuds : 6.3 t. J’ai utilisé un vieux calcul qui m’a servi à concevoir mon canot en 1992, canot qui vole (et puis qui casse !). La quille étant placée en avant le centre de carène, en effet, cela doit faire cabrer le bateau. Par contre, une résultante de 2 à 6 tonnes (voir +), placée au vent à 2 m de l’axe de la quille, donc du bateau, cela ne va pas dans le sens de la contre gîte. Mais tout est affaire de compromis et ce n’est peut être rien par rapport au poids de la quille et aux gains…

Model

Oh le joli petit hydrofoil radiocommandé !

Electrique

Dommage que je ne maîtrise pas la langue de Goethe, par contre les photos sont intéressantes. Bel engin volant électrique à découvrir (voir les liens sous « Bilder »).

« Les annonces »

Vous le savez, on trouve de tout sur « E bay » ou « Le bon coin », du tri démontable de 7.60 m dessiné par Veyron à son grand frère de 9.14 m du même architecte (et presque au même prix).

Il y a aussi un tri à foil, je pense, réalisé à partir d’un Windrider et par l’équipe d’Atlantique Records ou Némo (voir Ptites News 18)…

C’est beau, mais est ce que cela vol ?

Très belle planche en bois équipée d’un foil en bois lui aussi !!

II – Pas de foil mais…

Multicoques

Cela n’a aucun rapport avec les foils, mais si comme moi vous êtes intéressés par les multicoques et leurs origines…

A voir !

Pas de foil mais amusant, lien envoyé par Claude Tisserand, attention aux morsures…

Ouaaah ! Pfffff !

Si comme moi vous aimez ce qui touche à la technique, la créativité, alors vous aimerez peut être ce projet ! Je vous recommande les vidéos celle qui explique le projet et le concept, et celles qui expliques …D’abord le site de Protéi, et puis une vidéo parmi les nombreuses disponibles.

Triste fin …

J’ai toujours aimé me balader sur les ports, c’est une invitation aux voyages : les cargos aux noms souvent étonnants et aux ports d’attache divers, les odeurs, l’atmosphère…(sortez les mouchoirs).  Un beau jour d’août 2006, qu’elle n’a pas été ma surprise lors d’une de ses balades sur le slipway du port de Lorient, de tomber nez à nez avec un hydrofoil à moteur. Bien entendu, je suis moins « moteur » que « voile », mais je reconnais la bête, un engin d’origine soviétique. Le lendemain je reviens avec mon appareil photo et je m’interroge sur sa présence dans un port de l’atlantique ou la mer n’est pas vraiment adaptée à ce type d’engin qui dispose de foils de première génération (foils en V). La lecture d’un grand quotidien régionale, spécialisé grand ouest, va m’en apprendre un peu plus sur l’animal.

Delfin en vol – photo site IHS annonce de vente 2003

L’escale Lorientaise

Le Dolfin est arrivé en 2006 dans le port Breton pour être réparer avant d’être théoriquement exploité par une société Corse : l’Union Méditerranéenne de Navigation. Lors de l’achat du Dolfin, l’UMN a dans l’idée d’ouvrir une liaison rapide entre Madhia et Hammamet. Projet qu’elle a peut être abandonné suite aux différentes mésaventures arrivées au bateau durant son transfert. En mer du Nord, en raison d’une vitesse excessive par rapport à l’état de la mer, il perd ses survies. A Dunkerque, dans le sas du port, il abîme ses foils. Il s’arrête ensuite à St Nazaire pour une avarie de la pompe de refroidissement du groupe électrogène. En repartant, il démarre avec de l’eau dans un cylindre…  C’est donc pour une complète remise en état qu’il est rapatrié à Lorient pour y subir des travaux de chaudronnerie, de peinture et bien évidement de mécanique. Malheureusement UMN fait faillite et laisse une belle ardoise de 152 000 € aux entreprises Bretonnes. Intéressé par cet hydrofoil prêt à naviguer, une société Russe essaye de racheter le bateau pour qu’il soit exploité sur le Delta du Gange. Mais le prix proposé est sans rapport avec la valeur du bateau et aux sommes dues aux entreprises du bassin Lorientais, la vente n’a donc pas été conclue.

Delfin à Lorient –photo FM août 2006

Le bateau

Hydrofoil de type Kolkhida, conçu pour le transport de passagers et accessoirement de soldats de l’Armé rouge dans les eaux intérieures de l’ex URSS ou sur les lacs et fleuves.

Quelques chiffres

  • Date de construction : 1987
  • Lieu de construction : Poti, Géorgie
  • Matériaux, coque et superstructures : aluminium
  • Matériaux foils : inox
  • Longueur : 34.5 m
  • Largeur : 10.3 m
  • Tirant d’air en vol : 10.8 m
  • Tirant d’air au repos : 8.9 m
  • Tirant d’eau en vol : 1.9 m
  • Tirant d’eau au repos : 3.5 m
  • Vitesse max. : 35 nœuds
  • Capacité : 124 personnes
  • Equipage : 6 personnes
  • Motorisation : 2 moteurs de 1500 cv à 12 cylindres en V
  • Zone de navigation : 50 miles d’un refuge, capacité 200 miles.
  • Conditions maximale de navigation : mer équivalente à F3, vagues de 2 m pour navire décollé et 3 m navire au repos. Vent F5
  • Déplacement : 72 tonnes

Les enchères

Pour récupérer un peu d’argent afin de payer les entreprises flouées (STLIM, Ateliers Normand…),  dés 2007, le tribunal de grande instance de Lorient organise des enchères publiques avec une mise en vente du bateau à 100 000 €, mais sans succès ! Le 28 mai 2009, une nouvelle vente est organisée. Le Dolfin est mis à prix pour la modique somme de 20 000 € .  Et c’est à ce prix que Lionel Audouys remporte l’affaire. Monsieur Audouys est le seul acheteur présent ou presque ! Presque, car un avocat missionné par un acheteur Russe était aussi sur les lieux mais il ne peux pas se porter acquéreur du navire, le moyen de paiement de cet acheteur étant du « cash ». Bizarrement, le chèque de banque est préféré à la mallette de billets ! Déçus de ne pas avoir réussi à acheter le Dolfin, plusieurs acquéreurs d’origine Russe contactent Lionel Audouys plusieurs fois par jour. Ils vont jusqu’à proposer 100 000 € et le même type de bateau (sûrement en moins bon état) ! C’est vrai que le bateau réparé et modifié à Keroman en 2006 vaut au minimum 400 000 €, puisque sur un site Internet, un bateau de ce type est mis en vente pour ce prix (et il est peut être en moins bon état) !

Foil avant – photo FM août 2006

Le projet de Lionel Audouys

Déjà propriétaire d’un bateau de promenade, le Jaman IV capable d’embarquer 58 personnes et mouillé en bas des remparts de Dinan, Lionel Audouys, a eu coup de foudre pour le Dolfin. Il souhaite alors transformer ce bateau, en restaurant – salle de cinéma avec bar terrasse sur le toit. Le Dolfin devant être amarré au côté du Jaman à Dinan pour ne plus jamais naviguer, le démontage des moteurs et des hélices ainsi que le découpage des foils est prévus dans un chantier de Saint Malo …

Profil foil avant – photo FM août 2006

Le blocage

Le projet de Lionel Audouys n’est malheureusement pas du goût de tout le monde et surtout pas du conseillé général de Dinan Est, Michel Vaspart, qui n’imagine pas que l’esthétique du Delfin puisse se marier avec celle des façades des maisons à colombages de Dinan… Le maire de Dinan, monsieur René Benoît émet lui aussi des doutes sur le bien fondé de ce projet. Dépité, Lionel Audouys ne souhaite pas se battre contre ses détracteurs et abandonne son projet. J’ai contacté la Mairie de Dinan ainsi que le conseil général, mais je n’ai eu aucune réponse à mes interrogations…

Epilogue

Sûrement persuadé que le Delfin était « invendable », ou alors sous peine de devoir accepter de l’argent d’origines douteuses (avec en prime de possibles complications), Lionel Audouys décide de détruire le Delfin. Destruction réalisée après avoir récupéré du matériel, l’électronique et les moteurs. L’aluminium provenant de la coque et des superstructures devait, à lui seul, être revendu environ 9000 €. Ces différents éléments doivent théoriquement permettre de récupérer la somme investie (environ 30 000 €). Les superstructures sont détruire à la pelleteuse et la coque aux chalumeaux… Après cet épilogue malheureux, Lionel Audouys souhaite acquérir une péniche, qui sera sûrement plus proche des canons de beauté appréciés par les autorités locales. Cette péniche doitt ensuite être modifiée afin de réaliser le même projet que celui prévu au départ à partir du Delfin : un bateau restaurant.

Lionel Audouys et son fils Jonathan lors de la destruction du Dolfin – Ouest France 23/07/09 DR

5 ans après nouvel article sur Foilers, « De Stettin à St Nazaire à bord d’un Kolkhida« , l’histoire du transfert de ce bateau de la Pologne en France…

Historique

  • 1987 construction à Poti en Géorgie
  • 1998 achat par une société Russe
  • 2001 modification des silencieux pour naviguer dans le port de Nexo (Danemark)
  • 2003 révision des moteurs et mise en vente en Pologne
  • 2004 rachat par l’UMN
  • 2006 arrivée à Lorient pour une remise en état (juin)
  • 2006 faillite de l’UMN
  • 2007 première vente aux enchères
  • 2009 vente à Lionel Audouys (mai) puis destruction (juillet)

Pour en savoir plus sur ce type d’engins

Sources

Ah ces designers !

Un des articles de ce blog les plus consultés depuis ses débuts, c’est celui concernant eXplorius, un concept de monocoque à foil d’Arnold Freidling, très esthétique mais dont on ne sait pas trop comment il tient debout :

Dans le même genre, voici un concept de Guillermo Sureda-Burgos :

Trouvé aussi cette peinture d’auteur inconnu :

Tout aussi délire, voire plus, mais réalisable au point d’exister, la Rinspeed Splash !

En 2004 elle a même traversé la Manche :

En passant, vous avez vu le pavillon ? Rinspeed, c’est une boite suisse! On fait des montres, des chocolats, des comptes en banque, mais aussi des folies à foils 😉

A propos de design, comme vous le voyez j’ai changé le look du blog. Ce « thème » est un peu mieux traduit et a quelques bugs de moins que le précédent. En plus je peux mettre une image d’entête. C’est mieux, non ?