Route du Rhum, arrivée d’un foiler !

Je ne résiste pas au plaisir de partager les superbes images de l’arrivée d’Etienne Hochedé sur Pir2, second en Rhum Multi.

J’ai déjà eu l’occasion d’évoquer ce valeureux bateaux construit en 1983 : Pir2, foiler à foils en Y.

Etienne avait déjà réalisé une superbe Route du Rhum en 2014.

Pir2 est arrivé second de la classe Rhum Multi et de la « petite flotte » de multicoques de l’association Golden Oldies Multihulls :

  • Pierre Antoine sur OLMIX (1er en Rhum Multi)
  • Christophe Bogrand sur STEREC AILE BLEUE (démâtage)
  • François Corre sur FRIENDS AND LOVERS (à qq miles de l’arrivée lors de la mise en ligne).
  • Etienne Hochedé sur Pir2 PORT DE FECAMP (3ème en Rhum Multi)
  • Loïck Peyron sur HAPPY – ACTION ENFANCE (4ème en Rhum Multi, un Rhum à l’ancienne)
  • Pierrick Tollemer sur RESADIA (en course)

 

Publicités

Quel avenir pour les Ultims « volants » ?

Route du Rhum 2018, Francis Joyon a gagné sur un bateau vieux de 12 ans et équipé de foils d’appoints. Et ce n’est pas pour me déplaire, pour l’homme et pour ce bateau historique (qui a connu des débuts difficiles).

Idec – F Monsonnec 04-11-18

Aucun des nouveaux « bateaux volants » n’a fini en état de marche. Les non passionnés par la voile sont pour beaucoup étonnés de voir autant de casse. Ils n’imaginent pas les forces en présence, la complexité de ces engins… Ils n’ont pas à l’esprit la RdR 2002 et ses 18 Orma au départ (les plus grands bateaux de l’époque), pour 3 à l’arrivée.

C’est malgré tout un triste spectacle. Bien avant le départ les journalistes et des coureurs avaient évoqué la complexité des supports, le manque de préparation de certains…. Mais la petite chanson d’avant le 04 novembre c’était tout de même « vous allez voir ce que vous allez voir ».

Banque Populaire IX et Gitana 17 – F Monsonnec 04-11-18

 1 – Ultimes, un point sur les forces en présence

Tout dépend bien entendu de ce que l’on appelle Ultim ou Ultime ou collectif Ultim ! Je vais m’en tenir qu’aux bateaux récents, de plus de 24 m (si j’en oublie un, merci de corriger !).

Les non volants
  •  Sodebo « 2018 » : trop lourd et trop vieux pour être équipé pour voler.
  • Idec sport : idem, quoi que, mais ce ne sera pas, semble t’il, avec Idec et Francis Joyon.
  • Spindrift : idem et trop long pour la classe Ultime 32/23
Les « volants »
  • Macif : analyse cause casse safran et perte du foil à réaliser. Fabrication de nouveaux foils, idem pour les safrans, renforcement flotteurs ? Je mets foils au pluriel, peut être que la résistance de ceux en place va être remise en question ?
  • Banque Populaire : retourné après la casse de son flotteur bâbord, bateau en cours de récupération (dans quel état ?).
  • Gitana 17 : flotteur avant tribord cassé et cela ne semble pas lié à un choc, analyse à réaliser, bateau à réparer…
  • Futur Sodebo : en construction, il est encore temps de revoir certains points !
  • Nouveaux canots : le patron d’Idec, ne dirait pas non si Francis Joyon est partant…

2 – Donc ?

L’essai Route du Rhum n’a pas fait de cadeau à cette nouvelle catégorie d’engins. Ces bateaux restent, pour moi, des trimarans à foils d’appoints équipés de grandes ailes. Les oiseaux ont peut-être sauté du nid un eu top tôt. La course Brest Océans a aile aussi du plomb dans l’aile.

Je parie que certaines équipes vont mettre en avant l’interdiction de régulation pour expliquer la casse. Avec une régulation électronique, les Ultimes auraient été mieux réglés, plus volants, abrités des vagues… S’ils ne le font pas, ce sera sûrement de peur qu’il leur soit reproché d’occulter les vrais problèmes.

Pas besoin d’être grand clerc pour savoir que les problèmes de ces bateaux étaient et sont toujours :

  • la résistance/la fiabilité des foils, mais pas seulement des appendices (ce qu’a démontré cette RdR),
  • la régulation des foils, plans porteurs dérivés de ceux utilisés pour l’America’s Cup et donc développés pour un plan d’eau protégé et un équipage de 11 équipiers en AC72 et 6 en AC45.

La voile fonctionne par cycles, il y a eu le gigantisme en monocoque (Club Med, Vendredi 13)…. les Formules 40, les Orma, les Mod 70…. j’en oublie. Beaucoup de supports naissent et se développent à vitesse grand V avant de disparaitre bien souvent encore plus vite pour des problèmes de coût ou de fragilité. On ne sait pas s’arrêter à temps, se remettre en question. Mais je ne souhaite pas être un oiseau de mauvais augure….

Après ce tableau bien négatif je pense que l’on ne va pas vers une remise en question du concept ! Trop de teams ont communiqués sur le fait que leurs bateaux volent. Les équipes vont donc analyser, consolider, réparer, faire réaliser de nouveaux appendices…. Par contre, je pense qu’il doit y avoir de la tension au sein des teams et des cabinets d’architecture et entre ces deux entités. J’aimerai être une petite souris…

A suivre, nous allons bientôt en apprendre un peu plus. Il y aura beaucoup d’intox mais les journalistes vont sûrement fouiller, ils ne vont pas passer à coté d’un sujet aussi passionnant. Souhaitons un avenir radieux à ces bateaux…

Route du Rhum 2018, quelques images

Quel départ, quel beau plateau, dommage que certains soient déjà « rentrés »… Ci-dessous, quelques images prises sur les pontons… Tous les bateaux n’étaient pas approchables entre autre les Utimes dont voici pour deux d’entre eux quelques vieilles images  : Banque Populaire, Gitana 17.

Multi 50

Ciela Village un des 5 Multi 50 avec foils en C

Ciela Village – F Monsonnec 04-11-18

Foils identiques sur les 5 bateaux équipés. Ici le réglage du rake et de la profondeur sur Solidaires en Peloton ARSEP

Solidaires en Peloton ARSEP – F Monsonnec 04-11-18
Solidaires en Peloton ARSEP – F Monsonnec 04-11-18

Imoca

Initiatives Coeur (les foils de La Mie Caline semblent identiques)

Initiatives Coeur – F Monsonnec 04-11-18
Initiatives Coeur – F Monsonnec 04-11-18
Initiatives Coeur – F Monsonnec 04-11-18

Art & Fenêtres (même type de foil sur Ucar St Michel, sauf erreur !)

Art et Fenetres – F Monsonnec 04-11-18

Bureau Vallée

Bureau Vallée – F Monsonnec 04-11-18
Bureau Vallée – F Monsonnec 04-11-18

La Fabrique, au port le décalage de réglage du rake était visible (foils qui sortent du pont).

La Fabrique – F Monsonnec 04-11-18

Charal, que dire de plus ?

Charal – F Monsonnec 04-11-18

Très grands aussi les foils de PRB…

PRB – F Monsonnec 04-11-18

Pas facile de bien voir les foils d’Hugo Boss…

Hugo Boss – F Monsonnec 04-11-18
Hugo Boss – F Monsonnec 04-11-18

Rhum multi

Jess (Ex Jessica Rabbit) plan Benoit Cabaret, John Level, Martin Fisher construit à Nouméa

Jess – F Monsonnec 04-11-18
Jess – F Monsonnec 04-11-18

Mon préféré de la flotte Rhum Multi PiR2, le bateau de mes amis Etienne et Françoise.

Pir2 – F Monsonnec 04-11-18
Pir2 – F Monsonnec

Des petits foils aussi sur le plan Lerouge Rayon vert, foils qui ne semblaient pas présents par le passé.

Rayon vert – F Monsonnec 04-11-18

Petit rappel des forces/foils en présence

 

Un bateau, un homme, un océan… pour combien de temps ?

Voici un court article, ou plutôt une suite à la dernière Ptite News 43.

Les fidèles de Foilers, connaissent mon aversion pour le développement d’outils de régulation électronique des plans porteurs. Aux autres, bienvenus, si vous souhaitez connaitre mes arguments, voici quelques liens :

Je souhaite partager un lien qu’un des fidèles lecteurs, Pascal Gaudin, m’a transmis. Pascal savait que la lecture de cet article allait me « plaire »… :

VPLP : « C’est l’an 1 du vol océanique, un beau rendez-vous »

Rich man and poor man sit by the fountain with remote control boats – Gahan Wilson

J’ai surtout apprécié le paragraphe : « L’étape suivante, c’est donc l’asservissement automatique des foils, interdit aujourd’hui par la jauge de la classe Ultim’… ». Quel plaisir de découvrir que la mise en place de la régulation électronique avance et que : « Demain d’ailleurs, on peut même imaginer que des gens à terre interviennent sur des réglages à bord du bateau… » !

A quelques jours du départ de la Route du Rhum, créée suite à la mise en place de limites dans la Transat Anglaise, j’imagine bien Blondie Hasler, (créateur de la Transat Anglaise) être « la-haut » super heureux de voir comment évolue la course au large. Sa transat avait comme slogan : “Un bateau, un homme, un océan”. Quel sera celui des transats en « solitaire » du futur ?

Pour ceux qui ont un doute, c’est du second degré. Je revendique mon statut de grincheux écartelé entre… Entre rien ! Pas entre la modernité du foil et l’esprit des courses d’antan. Puisque le foil n’est pas synonyme de modernité ! Il a plus de 100 ans (merci à Loick Peyron de le rappeler dans la vidéo en tête d’article). Plus d’un siècle, même si la plus grande partie des journalistes viennent de découvrir leur existence avec la coupe de l’America (avant, en France, c’était avec Eric Tabarly).

Alors, comme le dit Vincent Riou (vidéo), « on n’arrête pas le progrès » ? Le mot progrès a de nombreux sens mais il est admis qu’un progrès est synonyme d’amélioration. Et là, à part l’amélioration des performances au détriment de l’éthique (ok, de mon éthique), je ne vois pas. Et oui, on peut arrêter ce que certains appelle le progrès. Je l’espère, lorsque celui-ci va à l’encontre de la survie de la planète, de l’espèce humaine… Ou plus simplement en natation, certaines combinaisons considérées comme des progrès ont été interdites… Tout est relatif, en 1759, les tribunaux de l’inquisition étaient considérés comme une forme de progrès par certains!

D’accord, je rêve. Et je suis peut être le seul à trouver la mise en place d’une régulation assistée par une Intelligence Artificiel non compatible avec LA VOILE (la voile c’est l’utilisation par l’humain d’une force naturelle, le vent. Le pilotage via l’électronique et l’informatique nous éloigne de la maitrise par l’homme)…

J’ai terminé un de mes articles sur la régulation par : « Peut-être que je vais …. me lancer dans la réalisation d’une pirogue Lakana ». Aujourd’hui, pour gouter au plaisir de jouer avec les éléments, je réfléchi à trouver un Sunfish d’occasion…

Dernier petit lien, les débuts de la radiocommande par Nikola Tesla.

Et la suite de cet article fort intéressant :

VPLP : « C’est l’an 1 du vol océanique, … » épisode 2

Commentaires bienvenus !

A man playing with a remote controlled boat – Jason Patterson

Ptites news 43

Ptites news, le retour.  Vous connaissez le concept ? Non ? Des nouvelles, des adresses… glanées ici et là depuis des mois… La numéro 42 datait du mois de février ! J’ai du faire un tri !

1 – Un peu de tout

Route du Rhum 2018

Vous serez sur les quais de Saint Malo ? Je vais essayer d’y être, surtout pour supporter mes amis des GOM, Pierre, Christophe, François, Etienne, Loïck, et Pierrick. Mais aussi Gilles Buekenhout sur Jess, Fabrice Payen sur Team Vent debout… Voici les inscrits avec pour certains encore quelques doutes et un « état des lieux » foilesque.… Un Foiler est pour moi un bateau non volant, un Hydrofoil peu voler. Auparavant la catégorie « Trimaran à foils d’appoint » avait du sens mais maintenant que les mono se font mettre des extensions… le plus simple est de conserver deux types…

Rendez vous

Finist’air sailing organisait du 13 au 16 septembre son deuxième rendez-vous en rade de Brest. Merci André pour les liens vers tes très belles photos :

1er jour

Septembre 2018 -  Finist'Air Sailing-28

 

4ème jour

Septembre 2018 -  Finist'Air Sailing-76

 

C’est ici pour des images de l’édition 2017

Finist'Air Sailing 2017-09-Afx-370

 

Je vois des foils partout !

La preuve : barbecue « géant » cet été avec la troupe de l’association Golden Oldies Multihulls, je rêve ou le boulanger avait été prévenu de ma visite ?

Interview de Vincent Lauriot-Prévost

« Le foil, je crois que l’on ne peut plus s’en passer »

2 – Multi

TrifoilieÇa avance ! 2/3 du team LSA, Maurice Gahagnon et François Lys, met les bouchées doubles pour pouvoir réaliser les premiers essais tractés de Trifoilie en 2019. Plus d’info, dont des photos des foils, sur la page Facebook de François.

AC50

Ils vont re-naviguer, article de Bateaux.com…

Julien

Des news de Julien Bultheel qui avait proposé en 2013 un très bel article sur son tripode à foils. Julien réalise aussi des planeurs mais il est toujours passionné de voiler à foils. Il vient de terminer cet été la construction d’un nouveau prototype. Ce nouveau bateau est principalement réalisé en styrofoam coffré carbone epoxy, pour 1,8 m de long et de large, il pèse 1,3kg.

Julien essaye constamment de l’améliorer, un de ses derniers essais est la mise en place d’un système mécanique de cambrage les ailes en fonction de l’incidence. Ses foils en V sont commandés par des traînards, original sur des foils en V. Julien à d’autres améliorations à l’esprit… Comme il le dit : ce milieu ne demande qu’à être exploré! La vidéo est impressionnante !

WOLF daughter of Fire Arrow

En 2014, j’ai fait paraitre un article sur les travaux de Doug Lord et, entre autre, sur sa maquette Fire Arrow. Je viens juste de recevoir des nouvelles de Doug. Il travail toujours sur le concept développé pour Fire Arrow mais souhaite maintenant passer de la maquette à un engin grandeur nature : WOLF. Longueur 4,5 m, largeur 4,9 m (avec un système de pliage simple pour le remorquage), surface de voile de  15.5 m² pour un poids de 77,3 à 86,4 kg. Le bateau aura un siège coulissant de chaque côté. Le foil principale se rétractera au ras de la coque pour faciliter la mise à l’eau du bateau. Les foils des flotteurs une fois rétractés seront au dessus du niveau de la quille. Doug est en train de terminer la conception de cet engin et va maintenant essayer de réunir les fonds nécessaires à sa réalisation…

Pour plus de détails cette page de Boatdesign.net

Easy to fly

33 nœuds sur le Lac de Garde, merci à V&V pour ces belles images

Macif

De retour d’une traversée de l’antarctique sur les traces de Jean Louis Etienne (89-90)? Vous avez loupé la mise à l’eau de Macif nouvelle version ?

Befoil 16

On connaissait Voilavion V1 et 2, Benjamin Magnard poursuit sa quête de l’engin à foil accessible avec VPLP et le Befoil. Si le team Befoil se perd sur Foilers, nous sommes voisins donc par respect pour les lecteurs de Foilers une sortie s’impose !!!

3 – Monocoques

Pendant des années, que dis-je des décennies, rares étaient les monocoques équipés de plans porteurs.  Sur 60 années, de 1950 à 2010, j’ai compté 23 projets de monocoques dont 8 Moths ! De Towboat en 1950 (précurseur de Monitor) à Mirabaud LX en 2010. Pour la même période au minimum 130 engins à plus d’une coque. Maintenant, c’est l’envolée !

INEOS Team UK

Ahhhhh, de belles images (vidéo) du T5, un mini AC 75

Le Flyacht

Le Flyacht est lui aussi une réduction d’AC75 de 6.50m.

Maquette

Trinité sur Mer cet été, un joli atelier qui regorge de maquettes et autres objets de marine. Je passe la tête, et oui, il y a du plan porteur (mais cher).Gonnet

Vous n’êtes tout de même pas passé à coté de se très beau proto aux foils en triangle !? Si ? Et bien voici quelques liens intéressants 1 et 2. Et ici en vidéo.

Mini 6.50 à foils

Après le Seair et Arkema… un nouveau projet, un Pogo à foils !?

Mini 6.50 à foils bis

Un projet avec foils en Y mais on ne voit rien sur cet article du Télégramme.

ClubSwan 36

Cette fois il s’agit d’un mono équipé d’un seul foil qui passe d’un coté à l’autre comme le DSS, ou presque.

SBS – Sailing Booster System

Le concept de foils développées pour la prochaine cup fait des émules …

Charal

Un Imoca nouvelle génération avec, pour le moment, les plus grands foils installés sur un mono. Et ici en vidéo.

PRB

Ce bateau mis à l’eau en 2010 vient d’être équipé de foils dessinés par Juan Kouyoumdjian. Et il a gagné de défi Azimut

Volvo Ocean Race

Vous avez du en entendre parler, la Volvo Ocean Race devrait aussi se courir sur des Imoca donc à foils !?!

4 – Glisse

Foil pumping vs swimmers

Décidément Philippe et Valère !

Surf

De très belles images de surf à foils en Indonésie.

Surf motorisé

J’ai déjà parlé du Fliteboard ? Je ne sais plus…

Sans foil mais…

5 – Moteur

Lupo

Projet de jet électrique à foils

Amateur

Un joli projet

Patrouilleur

Un patrouilleur des affaires maritime à foils (Hull Vane) !

Sea Bubble

Alain Thébault poursuit son projet et sa campagne de comm. cette fois dans le SUD.

6 – Technique

Poisson volant

Intéressant article de V&V sur le parallèle poisson volant / voilier volant…

Des choses à rajouter ?!

Jeu 23

Et oui, la bête bouge encore, il y a encore de la vie dans Foilers… La question est maintenant, est ce qu’il y a encore des lecteurs ! Des visiteurs égarés sûrement…

Le Jeu 22 de janvier avait été gagné haut la main gagné par Phil de B, voici encore du « dur » enfin je l’espère ! Pas la peine de faire tourner Google image (enfin si vous voulez), je ruse… Il y a un air de famille avec Loisirs 3000 version 1982 présenté dans le Jeu 17, mai ce n’est pas lui… Il n’a pas de coque comme l’Hydrocat de Patrick John Cudmore voir Jeu 15 mais pas du tout la même architecture….

« Qui qui » n’a dessiné ce drôle de bateau, quel est son nom ?

Une nouvelle fois bravo Philippe, quelle culture !

Designer : Gary Seaman

Nom du bateau : Ten Cat special ou Guided missile (au choix ?).

Je n’ai malheureusement pas beaucoup d’information sur ce bateau atypique qui volait sans flotteur avant Broomstick ou Mirabaud LX.

Ce bateau a gagné une base de vitesse la « Hurricane Gulch » au canada en 1972. Il a battu un redoutable cata portant le joli nom de « Beowulf ». Il a participé à d’autres rencontres et était aussi surnommé Flying drainpipe.

Quelques extraits de magazines, le nom de Gary Seaman se retrouve dans des articles sur le guidage de missiles ! Est ce que c’était le même « G.S. » ce qui expliquerait le nom du canot ? Je n’ai pas assez fouillé pour le savoir…

Motor Boating & Sailing december 1973 p124 picture
The_Observer Sun Sep 23 1973
Motor Boating & Sailing december 1973 p124
New scientist p90 13 oct 1977

Rajout du 14/11/18

Une photo trouvée dans un livre de mon ami Jeff chez qui je faisais mon habituelle squat RdR… L’année bateaux 77-78.

L’année bateaux 77-78

La Semaine Affoilante – Port Fréjus 2018, le debrief

Quelle édition ! Comme un bel engin à foils difficile à mettre au point, au fil des années le concept décolle de plus en plus haut. Cette 4ème édition est bien plus fidèle à l’état d’esprit souhaité : convivialité, échanges… C’est le fruit d’une rencontre, l’équipe de Port Fréjus a compris le concept et l’a même sublimé  !

La vidéo officielle Horue Movie pour bien commencer.

Valère de Horue Movie en action

La SEM Port Fréjus a mis les moyens pour cette première édition sous le soleil méditerranéen. Superbe organisation avec de nombreux bénévoles (merci à eux), fléchage des accès, parkings, zones de mise à l’eau délimitées, cale, digue permettant aux spectateurs d’assister aux runs et parcours…

Les différentes zones
La plage, zone de départ des kitefoils
Le Village depuis la plage

Et pour bien démarrer, super accueil des exposants et navigants avec la remise du package LSA. Lunette de soleil, plan, instructions de course, T shirt et chasuble pour les coureurs, clé des sanitaires, tickets repas… Tentes pour les exposants et l’organisation, écran géant (images des exposants et celles filmées par Horue Movie), buvette, DJ… Et la fête n’aurait pas été la même sans l’infatigable et facétieux commentateur : François Colussi…. Bref, le grand jeu ! La plage de Port Fréjus avait un petit quelque chose des Antilles, le relief de la cote, les palmiers, la mer étincelante… Non décidément ce transfert est réussi.

François célèbre l’équipe de France à sa façon
Une des interviews de Christophe filmés par Boris
Breifing

Jeudi

Jeudi les exposants ont installé leurs stands dans une ambiance détendue. Pour ne pas en perdre une miette de la rencontre, dès le début de l’après-midi les premiers kitefoils se sont mis à l’eau et un premier temps de 32 secondes sur 500m a été réalisé par Axel Mazella. Quel plaisir pour le public de voir naviguer les engins au ras de la plage.

Kitefoil vu de la digue
One Fly durant un run

Le vent était un peu limite pour les windfoils et les engins mais les kitefoils ont fait le spectacle pendant 2h30. A 18h30 l’organisation, Glenn Fauchon et Philippe Manon de la SEM Port Fréjus, accompagnés du Team LSA, ont officiellement ouvert cette 4ème édition autour d’un apéritif de bienvenue.

Porte d’entrée des runs
François de bon matin
Un des apéros !

Vendredi

Après le petit déj. offert la SEM, les organisateurs étaient un peu stressés par le manque de vent.  Bertrand de Seair et l’équipe d’Horue en ont profité pour tester le surfoil tracté par le flying rib ! Que du bonheur. Il suffit de quelques minutes de nav. sur le même plan d’eau dans 2 « zod », un avec et le second sans foil, pour comprendre l’intérêt des plans porteurs si on veut naviguer vite et de manière stable. Philippe Caneri nous a une nouvelle fois démontré sa maestria…

Philippe Caneri derrière de Flyning rib de SEAir

Un des seuls à croire à la montée en puissance d’Eole était Glenn Fauchon, le directeur de la SEM, qui nous a prédit un doublement du vent. On ne sait pas quelle est sa technique divinatoire, (lecture dans des enrailles de poulpes ?) en tout cas le vent s’est en effet intensifié et Glenn à hérité du surnom de Glenn gourou… En milieu d’après-midi, les windfoils ont pu sortir ainsi que le Tricératops de « Phil de Brac ».

Windfoil en début de zone d’accélération
Phil de B a fait la route depuis les Hauts-de-France

Bertrand Castelnerac a présenté depuis la digue la société Seair (dont le Flying rib). La conférence était prévue depuis la tribune mais tous les riders étaient sur l’eau et les spectateurs avaient les yeux des tournés vers la mer. En fin de journée, nous nous sommes retrouvés pour une dégustation de rosé et une animation musicale.

François Lys et Théo Lhostis en phase de préparation d’un bungee foil test

Il faut croire que certains n’avaient pas encore eu leur quota d’heures de vols puisqu’une petite équipe s’est dirigée vers le cœur de la ville pour faire le spectacle au pied de bars et restaurants. Jérôme Coquillat, François Lys et  Théo Lhostis se sont essayés au « Bungee foil » ou « Catapult foil » sous les conseils du maitre Philippe Caneri et les yeux écarquillés du public (à certains moments hilare !).

Samedi

Samedi matin, l’organisation a lancé de nouveaux runs et l’après midi 3 parcours. Le vent était trop faible pour les windfoils mais quel spectacle que tous ces pro. du kitefoil sur un même parcours. A 17h30, un passionné de foil est monté sur scène pour présenter de « La folle histoire du foil » (rien que ça). Présentation suivie d’un film regroupant des extraits vidéo de 1950 à nos jours. C’est au début de cette présentation qu’est arrivé, en voisin, Jérémie Lagarrigue et son Trifoiler (l’ancien bateau de François Lys). La soirée s’est poursuivie par une « sardinade » en musique avec Marta et Geoffrey de Nuevo flamenco puis le concert du groupe 7 Sundays. Une soirée d’enfer ! Quelques représentants de la SEM Port Fréjus et du Team LSA mais aussi François Colussi et Philippe De Braeckelaer…  ont clôturé la soirée par un bœuf mémorable !

Un des parcours depuis le village
Le Trifoiler 64 du team Enata
La sardinade

Dimanche

En fin de matinée, le vent est monté et la fermeture de cette 4ème LSA a été repoussée ainsi que la remise des prix  : il faut savoir rester souple ! Et nous avons bien fait puisque certains ont baissés leur temps de parcours  de 1 à 2 secondes et que le meilleur run de cette LSA à été réalisé par MAtéo Vieujot dimanche en fin de matinée.

Mateo Vieujot meilleur run de LSA 4

Résultats

Tous les participants étaient équipés de traceurs Georacing.

Meilleurs runs sur les 4 jours, pour plus de détails rendez-vous sur la page Facebook.Classement général des 3 parcours côtier

 

Et aussi

Une visite sur la page Facebook de La Semaine Affoilante s’impose, vous trouverez de très nombreuses et superbes photos, les classements détaillés….

Le concept de La semaine affoilante permet depuis 4 ans aux passionnés de se rencontrer… Cette année le mélange des genres et des générations était une nouvelle fois de mise. Quel plaisir de rencontrer la très jeune et si douée génération Théo Lhostis, Matéo Vieujot… les moins jeunes, Loïc Durand (O PAF), Gilbert Saint Blancat (Designer chez Taaroa et I Fly), Olivier Moulin (Xtrem)… les foileux d’âge moyen, Jérémie Lagarrigue et Pablo Soldano (Enata), Bertrand Castelnerac (Seair)… Franchement je pourrais lister l’ensemble des participants car les échanges étaient nombreux et passionnants…

3 des dinosaures du foil sous le soleil

Les exposants

Aeéro Sea

AHD

AlpineFoil

France Catamaran (Whisper et F101)

Horue

Ketos Foil

OneFly

Seair

SNSM

  Storm

Taaroa

XtremFoil

L’équipe de Manta 5, victime d’un accident, n’a pas pu être présente

Remerciements

Cet évènement a été organisé par la CAPITAINERIE DE PORT-FREJUS et le TEAM LSA

MERCI A TOUS !

Au public, aux coureurs, aux partenaires : Club Nautique AMSLF, Fréjus Kite Surf, Forward Wip, SEAir, Ville de Fréjus et aux exposants.

A toute l’équipe de la capitainerie de Port-Fréjus, à  notre comité de course Jacky, Mathieu, Bernard et Jean-Guillaume. A tous les bénévoles participants du Club nautique, du Fréjus kite surf et du Chant des dauphins. A Francois, notre animateur, à Boris et Valère, nos cameraman de choc. A Ewa, notre photographe de charme. A toutes les personnes qui ont contribuées à la réussite de LA SEMAINE AFFOILANTE.

Le futur

Il ne fait aucun doute que La semaine affoilante posera ses appendices à Port Fréjus pour sa 5ème édition. Nous avons déjà à l’esprit de petits ajustements et espérons attirer de nouveaux coureurs et exposants, toujours en privilégiant la simplicité, le mélange des genres…

A très bientôt.

Une dernière vidéo avec des images que vous auriez pu prendre !