Les foils en monocoques, tous des « DSS » ?

Derrière ce titre provocateur, se cache une interrogation née à St Malo devant les Imoca alignés avant le départ de la Route du Rhum. Est-ce que les  monocoques à foils d’aujourd’hui sont couverts par le brevet DSS ? Car si pour certains le brevet DSS ne concerne que l’utilisation d’un foil horizontal, le brevet est plus complet (peut être trop !).

1. Le DSS, c’est quoi ?

Le brevet DSS EP2004479B1 (pour Dynamic Stability System) a été déposé en avril 2007. Il décrit plusieurs configurations de plans porteurs pour monocoques. La plus connue est un plan porteur prévue pour être proche de l’horizontale une fois le bateau gité (fig 1 à 3). Il génère de la portance dynamique qui allège le bateau et accroit le couple de redressement.

Extraits brevet EP2004479B1 fig 3-8-17-19-23

La revendication 1 est la plus importante, voici une tentative de résumé (en cas de doutes, se référer au brevet) :

Voilier monocoque équipé d’une aile immergée pouvant être rétractée à l’intérieur de la coque ou déployée sous le vent. Cette aile est équipée d’un système permettant son déploiement. Son allongement est d’un rapport supérieur à 2/1. L’aile déployée génère : un moment de redressement qui limite le moment de gite et une force de soulèvement, sans toutefois faire entièrement décoller le bateau. L’aile déployée a un angle d’attaque compris entre 2 et 6°, elle est orientée à un angle compris entre 5 et 20° avec l’horizontale lorsque le voilier ne gite pas et sa longueur exposée est supérieure à 7% d’une hauteur du mat le plus haut…

2. Le cas des Imoca…

C’est après le Vendée Globe 2012/2013 que les cabinets VPLP & Verdier ont commencé à travailler sur la mise en place de foils pour Safran 2 et Banque Populaire VIII (le cabinet Verdier faisait partie de Team New Zealand). Il fallait, entre autre, contrecarrer la diminution du couple de redressement généré par la portance de la quille (l’angulation de l’axe génère une incidence donc de la portance). Le DSS, dans sa version la plus connue, pouvait être une piste de travail… Mais cet appendice ne développe pas de force antidérive et la jauge limite le nombre d’appendice à cinq. Il a donc fallu imaginer un design permettant de concilier portance verticale et force antidérive. En juillet 2014 le team Banque Populaire a vérifié la viabilité de cette piste en testant trois types de dérives sur un Mini 6,50, une classique et deux plans porteurs. C’est à partir de ces recherches qu’ont été mis au point les premier foils « Dali ». Mais, si vous poursuivez la lecture de cet article, vous verrez que cela faisait 20 ans que des dérives asymétriques permettaient d’alléger les 60 pieds…

Schéma F. Monsonnec 12-2018

3. Les bateaux potentiellement concernés

4. Antécédents ?

4.1 Ceux qui ont navigué

4.1.1 Foils déportés

Quelques monocoques avec foils déportés conçus avant 2007 et dont les plans porteurs participaient à l’équilibre latéral. Vous ne trouverez pas les bateaux dont l’équilibre est géré par l’équipage, ceux dont les foils ont une épaisseur suffisante pour apporter un certain volume, les Bruce foilers et les chien de mer.

Quelques monocoques à foils déportés réalisés avant 2007

4.1.1 Foils non déportés

PRB – Finot / Conq – 1996 – dérives/foils – Archimédien

Isabelle Autissier a été une des premières à tester une quille pivotante en 60 pieds sur son Ecureuil-Poitou Charente aussi équipé de deux dérives. Mais il faut attendre 1996 et PRB pour que les dérives soient asymétriques. L’année suivante Géodis, dans sa version 1997, est équipé de dérives du même type. Voici ce qu’en disait dernièrement (OF 10-12-18) Christophe Auguin  :

…Sur le mien, après le Vendée, on avait d’ailleurs testé ce qui pouvait préfigurer les foils pour faire New York – San Francisco, avec des dérives qui donnaient trois tonnes de poussée verticale à partir de 15-20 nœuds et la moitié du bateau décollait….

Ensuite, ces dérives vont de plus en plus s’écarter de l’axe, pour gagner en couple au point de presque devenir des dérives de Tjalks (Bateaux hollandais).

PRB – Professional Boatbuilder N°64 2000- doc Finot-Conq

Safran – VPLP/Verdier – 2007 – dérives/foils – Archimédien

Pour la première fois des dérives courbes sont installées sur un monocoque de course. Elles sont dirigées à l’inverse des dessins présents sur le DSS (fig 19). Les avantages mis en avant par les architectes dans Seahorse de déc. 2007 étaient les suivants (je rajoute que ces dérives sortent perpendiculairement, ou presque, du bordé) :

  • Bon compromis entre la portance et la traînée,
  • Les foils fortement incurvés se trouvent plus près de l’axe du pont,
  • Un effet d’amortissement positif en navigation…
Le même type de foils sur Paprec – photo F. Monsonnec 10-2010

4.2 Brevets et projets

Petite collection pour confirmer que la stabilisation de monocoques par des foils ne date pas d’hier. Je n’ai pas été en mesure de trouver trace d’un projet de Sylvestre Langevin (début des années 80) : un monocoque équipé d’un bras aux extrémités extensibles et terminées par des foils en T.

US1356300A – 1920 – Dès 1920, les frères McIntyre, publient un brevet avec comme introduction : « Notre invention concerne les embarcations à voile, notre but est de proposer des plans de stabilisation adaptés pour contrer la pression de retournement générés par le vent et maintenir ainsi la position sensiblement verticale de l’embarcation en fonctionnement ».

Poland Foiler – avant 1978 – Et oui, avant 1978 Richard Poland avait imaginé placer des foils en L de chaque coté de cette coque de 25 pieds. Le bateau a été construit et a navigué, mais sans les foils en L à l’incidence réglable…

AYRS #90 November 1978

US4635577 – 1987 – Voici des bras/foils qui effleurent la surface. Ce brevet démontre qu’il est possible de breveter deux fois la «même idée» car le frère jumeau existe plus tard en 97 (et ce n’est pas le seul exemple) ! Surtout, certains s’emploient à breveter ce que d’autres ont développé il y a bien longtemps. Les «Balance board boats» de Palk Bay (Inde), observés avant 1920, utilisaient déjà cet artifice !

FR 2877311 A1-1 – 2004 – L’histoire de ce brevet (cité dans le brevet DSS) mérite à lui seul un article. Comment le DSS à pu être déposé alors que 3 ans auparavant François Rougier, aidé de Marc Emig, présentait ce concept ? Voici deux extraits de ce brevet cette déclaration d’utilité publique*, cela se passe de commentaire !

* modification du 26/03/2019

Hydrofoils Applied to Canting-keel Yachts – 2006 – Les auteurs de cette étude, Richard S. Milne et Phillip J. Helmore, ont en 2006 étudié la possibilité d’installer des hydrofoils rétractables sur un maxi-yacht à quille pendulaire. Il s’agissait d’un projet de thèse de premier cycle achevé en 2006. Richard Milne a réalisé une grande part des travaux, maquettes, conception et fabrication des foils et du banc d’essai. Les co-auteurs ont présenté les résultats de cette étude lors d’une conférence internationale en 2008 à Sydney.

Extraits de « Hydrofoils Applied to Canting-keel Yachts »

Et si vous en voulez encore :  US3324815A – 1966 ; US3373710A – 1968 ; US3505968A – 1970  ; US3520267A – 1970 …

5. Analyse du brevet EP2004479B1

J’ai étudié le brevet DSS EP2004479B1 pour essayer de vérifier si les Imoca et autres mono à foils étaient couverts ou non par ce brevet. Voici un résumé des éléments que j’ai mis en avant. Il s’agit d’extraits de la partie en français du brevet, page 13 (travail aussi réalisé sur la partie en anglais).

Page 2 parties [0010] et [0011] – Ce brevet traite de l’ajout de portance pour réguler l’équilibre latérale d’un monocoque à quille : si l’appendice permet aussi de lutter contre la dérive, il pourrait ne pas être couvert par le DSS ?

Page 3 colonne gauche lignes 22 à 26 [0013] – La revendication 1 stipule que l’angle d’incidence est compris en 2 et 6° : utiliser une incidence supérieure à 6° (mais risques de  décrochage et trainée supérieure).

Page 3 colonne gauche lignes 26 à 31 [0013] – Le brevet stipule que l’angle du plan porteur fait un angle par rapport à l’horizontal compris entre 2 et 20° : concevoir un foil avec un angle entre l’horizontale et la partie portante (tip) et/ou de la partie antidérive (shaft) supérieure à 20 ?

Page 3 colonne droite lignes 7 à 11 [0015] – Les appendices couverts par le brevet  DSS sont positionnés à une distance du centre de gravité égale ou inférieure à 15% de la longueur totale : dans la mesure du possible, placer les foils à + de 15% de la LOA ? Rappel : la LOA c’est la longueur hors-tout ou longueur d’encombrement. Elle correspond à la distance entre les points extrêmes avant et arrière de la structure permanente du bateau. Ceci inclut les éventuels espars, balcons… Il est donc possible de jouer sur certains artifices ?!

Page 3 colonne droite lignes 16 à 19 [0015] – Ce brevet semble exclure les engins volants si mon analyse de la partie suivante est correcte : (f) …. et une force de soulèvement afin de soulever partiellement mais pas totalement le bateau hors de l’eau….

Trois des éléments cités sous forme de schéma.

6. Validation de mes idées, autres pistes

Pour valider mon analyse et collecter d’autres idées, j’ai envoyé mon travail à plus de 25 personnes potentiellement concernées : architectes, historiens, experts, navigants, passionnés. Le Team DSS, m’a  demandé pourquoi je m’intéressais au sujet et mon background. Malgré une réponse très détaillée, je n’ai pas reçu de réponse. Tant pis, cela n’excusera pas le fait d’avoir écrit des choses inexactes mais l’expliquera un peu ! Voici un résumé de cette consultation (France, UK, US…).

  • Le brevet DSS « ne peut prétendre inventer la stabilisation par foils d’un monocoque »…
  • Le DSS est un plan additionnel proche des ailerons de stabilité dynamique qui équipent les paquebots, ferries… « ailerons qui ne sont pas brevetés ».
  • Le fait qu’un brevet ait été accepté ne signifie aucunement qu’il soit défendable. Si un antécédent est démontré le brevet est invalidé.
  • Un brevet est « facile à déposer », mais difficile à maintenir, il faut payer une redevance tous les ans et dans tous les pays où on veut le maintenir.
  • Si le détenteur du brevet semble ne pas se manifester contre les teams Imoca c’est qu’il ne peut prétendre qu’à une récupération de royalties et les Imoca ne sont pas des entreprises lucratives.
  • Lorsque l’on règle les couts de la prestation à DSS, il semble que l’on ne paye pas les royalties. Un brevet est aussi un bon outil de communication.
  • La revendication 1 est fondamentale : si elle n’est pas validée, cela ne sert à rien de poursuivre.
  • La « vraie invention » est le système de rétraction du foil dans la coque.
  • La priorité du brevet est un foil exclusivement voué à la stabilisation d’un monocoque, les engins volants ne sont donc pas couverts par ce brevet. Le DSS, du fait de sa faible immersion, ne permet pas d’extraire intégralement la coque de l’eau.
  • Le système DSS, travaillant à la surface de l’eau, il est « particulièrement peu efficace ».
  • Un des arguments avancés pour prouver que les foils d’Imoca ne contreviennent pas le brevet, c’est qu’ils sont aussi conçus pour développer une résistance latérale.
  • Pour les IMOCA et certains 6.50, la partie de foils vouée à la stabilisation voire à la portance ne s’escamote pas dans la coque.
  • Un foil à inclinaison variable et d’angle supérieur à 20° par rapport à l’horizontale, permet de sortir de la protection du brevet DSS.
  • Les configurations autres que le « DSS standard », présentées sous forme de dessin (fig 17 par ex) auraient dû être protégées par leur propre brevet et non par un schéma.

7. Conclusions

7.1 D’une manière générale

  • Il n’a pas fallu attendre 2007 pour voir des monocoques utiliser des foils pour leur stabilité.
  • Si on ne s’attache qu’aux appendices rétractables dans la coque, dès 1997 Finot-Conq testaient des foils rectilignes.
  • En 2004, François Rougier dépose le brevet FR 2877311 A1-1 très similaire au DSS. Pour moi, il aurait dû empêcher le dépôt du brevet DSS !
  • Des projets de monocoques à foils en L existaient avant 2007 et donc avant 2015 (Imoca) : projet Poland Foiler de 1978 ; Richard S. Milne et Phillip J. Helmore en 2006.
  • Un brevet est un « objet » difficile à créer, plus que l’idée que l’on souhaite déposer ?
  • Pour les Imoca, la limitation du nombre d’appendices a obligé les teams à s’écarter du brevet DSS : salvateur !
  • D’une manière générale, des brevets très similaires existent !
  • Certains brevets couvrent ce qui semble « appartenir au quotidien » !

7.2 Pour les non volants

La question de la couverture de ce brevet peut se poser aux concepteurs de monocoques à foils. Ils peuvent :

  • Espérer passer inaperçu parmi tous les projets potentiellement concernés !
  • Espérer se défendre en évoquant les précédents supports à foils existants… ?
  • Développer un design qui sort de la « box » des revendications de ce brevet.

7.3 Pour les volants

Pour moi, mais je ne suis pas un spécialiste des brevets, la question ne se pose même pas, ce brevet ne concerne pas les engins volants ! Mais les idées ci-dessus restent valables…

8. Addendum

Je passe sur les brevets du même concept déposés après 2007… voici une partie qui pourrait s’appeler « d’autres y ont déjà pensé« …

Dans cette catégorie, je retiens une remarque que m’a faite François Rougier (brevet FR-A-2 877 311) : « est-ce que les nouveaux bateaux de la Cup ne tombent pas sous le coup du brevet FR2807006 de Martin Defline ? »

Je rajoute un dessin réalisé en  1970, ou avant, par Norman Riggs ! « On invente rien… »

Toujours dans la catégorie « je brevette la roue », messieurs Laurent et Jennett-Wilson, ont séparément breveté en 1965 le concept de prao amphidrome : les polynésiens avaient oublié de le faire… !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Quel avenir pour les Ultims « volants » ?

Route du Rhum 2018, Francis Joyon a gagné sur un bateau vieux de 12 ans et équipé de foils d’appoints. Et ce n’est pas pour me déplaire, pour l’homme et pour ce bateau historique (qui a connu des débuts difficiles).

Idec – F Monsonnec 04-11-18

Aucun des nouveaux « bateaux volants » n’a fini en état de marche. Les non passionnés par la voile sont pour beaucoup étonnés de voir autant de casse. Ils n’imaginent pas les forces en présence, la complexité de ces engins… Ils n’ont pas à l’esprit la RdR 2002 et ses 18 Orma au départ (les plus grands bateaux de l’époque), pour 3 à l’arrivée.

C’est malgré tout un triste spectacle. Bien avant le départ les journalistes et des coureurs avaient évoqué la complexité des supports, le manque de préparation de certains…. Mais la petite chanson d’avant le 04 novembre c’était tout de même « vous allez voir ce que vous allez voir ».

Banque Populaire IX et Gitana 17 – F Monsonnec 04-11-18

 1 – Ultimes, un point sur les forces en présence

Tout dépend bien entendu de ce que l’on appelle Ultim ou Ultime ou collectif Ultim ! Je vais m’en tenir qu’aux bateaux récents, de plus de 24 m (si j’en oublie un, merci de corriger !).

Les non volants
  •  Sodebo « 2018 » : trop lourd et trop vieux pour être équipé pour voler.
  • Idec sport : idem, quoi que, mais ce ne sera pas, semble t’il, avec Idec et Francis Joyon.
  • Spindrift : idem et trop long pour la classe Ultime 32/23
Les « volants »
  • Macif : analyse cause casse safran et perte du foil à réaliser. Fabrication de nouveaux foils, idem pour les safrans, renforcement flotteurs ? Je mets foils au pluriel, peut être que la résistance de ceux en place va être remise en question ?
  • Banque Populaire : retourné après la casse de son flotteur bâbord, bateau en cours de récupération (dans quel état ?).
  • Gitana 17 : flotteur avant tribord cassé et cela ne semble pas lié à un choc, analyse à réaliser, bateau à réparer…
  • Futur Sodebo : en construction, il est encore temps de revoir certains points !
  • Nouveaux canots : le patron d’Idec, ne dirait pas non si Francis Joyon est partant…

2 – Donc ?

L’essai Route du Rhum n’a pas fait de cadeau à cette nouvelle catégorie d’engins. Ces bateaux restent, pour moi, des trimarans à foils d’appoints équipés de grandes ailes. Les oiseaux ont peut-être sauté du nid un eu top tôt. La course Brest Océans a aile aussi du plomb dans l’aile.

Je parie que certaines équipes vont mettre en avant l’interdiction de régulation pour expliquer la casse. Avec une régulation électronique, les Ultimes auraient été mieux réglés, plus volants, abrités des vagues… S’ils ne le font pas, ce sera sûrement de peur qu’il leur soit reproché d’occulter les vrais problèmes.

Pas besoin d’être grand clerc pour savoir que les problèmes de ces bateaux étaient et sont toujours :

  • la résistance/la fiabilité des foils, mais pas seulement des appendices (ce qu’a démontré cette RdR),
  • la régulation des foils, plans porteurs dérivés de ceux utilisés pour l’America’s Cup et donc développés pour un plan d’eau protégé et un équipage de 11 équipiers en AC72 et 6 en AC45.

La voile fonctionne par cycles, il y a eu le gigantisme en monocoque (Club Med, Vendredi 13)…. les Formules 40, les Orma, les Mod 70…. j’en oublie. Beaucoup de supports naissent et se développent à vitesse grand V avant de disparaitre bien souvent encore plus vite pour des problèmes de coût ou de fragilité. On ne sait pas s’arrêter à temps, se remettre en question. Mais je ne souhaite pas être un oiseau de mauvais augure….

Après ce tableau bien négatif je pense que l’on ne va pas vers une remise en question du concept ! Trop de teams ont communiqués sur le fait que leurs bateaux volent. Les équipes vont donc analyser, consolider, réparer, faire réaliser de nouveaux appendices…. Par contre, je pense qu’il doit y avoir de la tension au sein des teams et des cabinets d’architecture et entre ces deux entités. J’aimerai être une petite souris…

A suivre, nous allons bientôt en apprendre un peu plus. Il y aura beaucoup d’intox mais les journalistes vont sûrement fouiller, ils ne vont pas passer à coté d’un sujet aussi passionnant. Souhaitons un avenir radieux à ces bateaux…

Ptites news 43

Ptites news, le retour.  Vous connaissez le concept ? Non ? Des nouvelles, des adresses… glanées ici et là depuis des mois… La numéro 42 datait du mois de février ! J’ai du faire un tri !

1 – Un peu de tout

Route du Rhum 2018

Vous serez sur les quais de Saint Malo ? Je vais essayer d’y être, surtout pour supporter mes amis des GOM, Pierre, Christophe, François, Etienne, Loïck, et Pierrick. Mais aussi Gilles Buekenhout sur Jess, Fabrice Payen sur Team Vent debout… Voici les inscrits avec pour certains encore quelques doutes et un « état des lieux » foilesque.… Un Foiler est pour moi un bateau non volant, un Hydrofoil peu voler. Auparavant la catégorie « Trimaran à foils d’appoint » avait du sens mais maintenant que les mono se font mettre des extensions… le plus simple est de conserver deux types…

Rendez vous

Finist’air sailing organisait du 13 au 16 septembre son deuxième rendez-vous en rade de Brest. Merci André pour les liens vers tes très belles photos :

1er jour

Septembre 2018 -  Finist'Air Sailing-28

 

4ème jour

Septembre 2018 -  Finist'Air Sailing-76

 

C’est ici pour des images de l’édition 2017

Finist'Air Sailing 2017-09-Afx-370

 

Je vois des foils partout !

La preuve : barbecue « géant » cet été avec la troupe de l’association Golden Oldies Multihulls, je rêve ou le boulanger avait été prévenu de ma visite ?

Interview de Vincent Lauriot-Prévost

« Le foil, je crois que l’on ne peut plus s’en passer »

2 – Multi

TrifoilieÇa avance ! 2/3 du team LSA, Maurice Gahagnon et François Lys, met les bouchées doubles pour pouvoir réaliser les premiers essais tractés de Trifoilie en 2019. Plus d’info, dont des photos des foils, sur la page Facebook de François.

AC50

Ils vont re-naviguer, article de Bateaux.com…

Julien

Des news de Julien Bultheel qui avait proposé en 2013 un très bel article sur son tripode à foils. Julien réalise aussi des planeurs mais il est toujours passionné de voiler à foils. Il vient de terminer cet été la construction d’un nouveau prototype. Ce nouveau bateau est principalement réalisé en styrofoam coffré carbone epoxy, pour 1,8 m de long et de large, il pèse 1,3kg.

Julien essaye constamment de l’améliorer, un de ses derniers essais est la mise en place d’un système mécanique de cambrage les ailes en fonction de l’incidence. Ses foils en V sont commandés par des traînards, original sur des foils en V. Julien à d’autres améliorations à l’esprit… Comme il le dit : ce milieu ne demande qu’à être exploré! La vidéo est impressionnante !

WOLF daughter of Fire Arrow

En 2014, j’ai fait paraitre un article sur les travaux de Doug Lord et, entre autre, sur sa maquette Fire Arrow. Je viens juste de recevoir des nouvelles de Doug. Il travail toujours sur le concept développé pour Fire Arrow mais souhaite maintenant passer de la maquette à un engin grandeur nature : WOLF. Longueur 4,5 m, largeur 4,9 m (avec un système de pliage simple pour le remorquage), surface de voile de  15.5 m² pour un poids de 77,3 à 86,4 kg. Le bateau aura un siège coulissant de chaque côté. Le foil principale se rétractera au ras de la coque pour faciliter la mise à l’eau du bateau. Les foils des flotteurs une fois rétractés seront au dessus du niveau de la quille. Doug est en train de terminer la conception de cet engin et va maintenant essayer de réunir les fonds nécessaires à sa réalisation…

Pour plus de détails cette page de Boatdesign.net

Easy to fly

33 nœuds sur le Lac de Garde, merci à V&V pour ces belles images

Macif

De retour d’une traversée de l’antarctique sur les traces de Jean Louis Etienne (89-90)? Vous avez loupé la mise à l’eau de Macif nouvelle version ?

Befoil 16

On connaissait Voilavion V1 et 2, Benjamin Magnard poursuit sa quête de l’engin à foil accessible avec VPLP et le Befoil. Si le team Befoil se perd sur Foilers, nous sommes voisins donc par respect pour les lecteurs de Foilers une sortie s’impose !!!

3 – Monocoques

Pendant des années, que dis-je des décennies, rares étaient les monocoques équipés de plans porteurs.  Sur 60 années, de 1950 à 2010, j’ai compté 23 projets de monocoques dont 8 Moths ! De Towboat en 1950 (précurseur de Monitor) à Mirabaud LX en 2010. Pour la même période au minimum 130 engins à plus d’une coque. Maintenant, c’est l’envolée !

INEOS Team UK

Ahhhhh, de belles images (vidéo) du T5, un mini AC 75

Le Flyacht

Le Flyacht est lui aussi une réduction d’AC75 de 6.50m.

Maquette

Trinité sur Mer cet été, un joli atelier qui regorge de maquettes et autres objets de marine. Je passe la tête, et oui, il y a du plan porteur (mais cher).Gonnet

Vous n’êtes tout de même pas passé à coté de se très beau proto aux foils en triangle !? Si ? Et bien voici quelques liens intéressants 1 et 2. Et ici en vidéo.

Mini 6.50 à foils

Après le Seair et Arkema… un nouveau projet, un Pogo à foils !?

Mini 6.50 à foils bis

Un projet avec foils en Y mais on ne voit rien sur cet article du Télégramme.

ClubSwan 36

Cette fois il s’agit d’un mono équipé d’un seul foil qui passe d’un coté à l’autre comme le DSS, ou presque.

SBS – Sailing Booster System

Le concept de foils développées pour la prochaine cup fait des émules …

Charal

Un Imoca nouvelle génération avec, pour le moment, les plus grands foils installés sur un mono. Et ici en vidéo.

PRB

Ce bateau mis à l’eau en 2010 vient d’être équipé de foils dessinés par Juan Kouyoumdjian. Et il a gagné de défi Azimut

Volvo Ocean Race

Vous avez du en entendre parler, la Volvo Ocean Race devrait aussi se courir sur des Imoca donc à foils !?!

4 – Glisse

Foil pumping vs swimmers

Décidément Philippe et Valère !

Surf

De très belles images de surf à foils en Indonésie.

Surf motorisé

J’ai déjà parlé du Fliteboard ? Je ne sais plus…

Sans foil mais…

5 – Moteur

Lupo

Projet de jet électrique à foils

Amateur

Un joli projet

Patrouilleur

Un patrouilleur des affaires maritime à foils (Hull Vane) !

Sea Bubble

Alain Thébault poursuit son projet et sa campagne de comm. cette fois dans le SUD.

6 – Technique

Poisson volant

Intéressant article de V&V sur le parallèle poisson volant / voilier volant…

Des choses à rajouter ?!

Ptites News 40

Et oui, encore une « Ptite News », il faut dire que les nouvelles sont nombreuses et variées. Peut-être que dans 2, 5 ou 10 ans nous serons blasés et ce qui sera intéressant concernera des projets d’engins non volants, car exotiques !

A – Voile

1 – LA Cup

Il est encore temps de changer votre PC s’il « rame » pour visionner les vidéos de la Cup qui démarre aux Bermudes le 26 mai !

Quelques liens

Des vidéos de présentation du Class AC Groupama par Franck Cammas :

  • L’aile
  • Les foils
  • Les éléments aérodynamiques

Multicoque Mag

Une belle vidéo sur la cup chez Multicoque Mag

 

2 – Voile toujours

Régulation électronique !

Oui je sais, certains vont penser que je fais une fixation sur le sujet ! Il ne s’agit que du « suivi » de ce sujet abordé plusieurs fois (exemple : Régulation électronique, on y arrive !?). Voici un nouveau projet : Pegasus, « …. Un concentré de technologies mêlant IoT, cloud et intelligence artificielle… L’ambition d’un record du monde… ».

Voilavion

Le team rencontré une nouvelle fois à LSA 2017 poursuit ses travaux sur ses prototypes et est en phase d’étude d’une version « Initiation » avec l’aide de Marc Van Peteghem de VPLP ! De belles photos du deuxième proto à la Foiling Week en Italie.

Printemps du foil

Pour les Kite, Wind, Supfoil, voici une autre rencontre que La Semaine Affoilante, le Printemps du foil. Elle a eu lieu pour la seconde fois (sauf erreur) à Port Saint Louis du Rhône.

La Foiling Bay

Un nouveau rendez-vous pour foiler, la Foiling Bay (mais pas le « premier événement sportif français dédié aux sports nautiques à foils » malgré le communiqué de presse !).

UFO

Déjà « présenté sur la Ptites News 38, voici une belle vidéo de présentation de ce bateau américain.

Volvo Ocean Race

La Volvo Ocean Race souhaite passer à un mono à foils de 60 pieds (théoriquement compatible IMOCA…) et pense faire naviguer les teams sur des cata à foils, peut être des GC32 aux escales.

Historique

L’aile de Monitor, aile jamais testée (il devait être équipé de 2 ailes), est en cours de rénovation au Mariners Museum (merci Popov) !

Monitor Hydrofoil Sailboat – Design in Review – Extrait Layout 1

 

Cadeau !

Toujours sur le blog du Mariner’s Museum, le remontage d’un AC72 (Oracle) que le musée à reçu en cadeau !

 

Louis Burton à foils

La moitié des bateaux du dernier Vendée a déjà été vendue, par exemple celui du vainqueur,  le bateau d’Armel Le Cleac’h  va en effet devenir Bureau Vallée.

 

Dériveurs

  • Starling

Voici un pti dériveur volant réalisé dans le cadre d’un projet d’école.

  • Optimist à foils

Ce n’est pas une première mais cet Optimist semble très stable

 

SeAir

Une nouvelle vidéo toujours aussi impressionnante du 6.50 à foils du team SeAir.

 

Maxi Edmond de Rothschild

Guillaume Verdier nous présente une partie du maxi en cours de réalisation chez Multiplast sur le site V&V.

 

Grand Prix Guyader

En baie de Douarnenez, superbe vidéo du 60 pieds Safran « pleine balle ».

 

Foiler en « kite » derrière un Flying Phamton

Philippe Canéri l’a fait derrière le FP de Bruno Marais et Eric Le Bouëdec.

 

3 – Kitesurf

La team Caneri

Un article sur Philippe Canéri créateur d’Horue.

 

KM

J’avais glissé une photo du proto de Gurval dans ma présentation de LSA3, plus d’info. sur le blog Dared.

DIY

Vidéo très sympa de la réalisation d’une planche et d’un foil de kite « DIY » !

 

How to make your own hydrofoil !

Page à ne pas louper pour ceux qui veulent se lancer !!!!

 

B – Moteur

Sans vague, sans vent

Vous n’êtes peut être pas passé à coté de ce mix du kite et du surf propulsé par un moteur électrique.

 

Sportfoil

Merci à l’IHS, incontournable International Hydrofoil Society, qui s’ouvre de plus en plus au « non pro » et à l’internationale, pour cette page qui pourrait permettre à ceux qui veulent se créer un pti canot à moteur de sauter le pas avec ce Sportfoil. Si ce bateau vous intéresse, voici une page qui lui est dédiée.

 

Watrix

Voici un projet de motomarine à foils, équilibre précaire ?

Sea Bubble
On l’a beaucoup vu les dessins de ce projet, l’équipe a testé un proto… voir aussi ICI

Aquafun

Un jet ski électrique à foils et caréné !

Wataircraft,

Même type de projet que l’Aquafun voici celui de Claudio Facchinetti un projet de jet-ski avec des ailes et un foil, capable de voler 60 cm au-dessus de la surface de l’eau (site Bateaux.com).

Sunreef 40

Le chantier polonais Sunreef souhaite concrétiser son projet de catamaran de luxe équipé d’hydrofoils et propulsé en hors-bord.

 

C – Et aussi

Race for Water

Le cata électrique à a déjà fait un tour du monde à testé et test une aile de kite de 30m², la page Voiles et Voiliers.

Electric Aircraft for Fun Flying

Belle bête pour ceux qui aimeraient complètement quitté le milieu marin.

Effet de sol…

Sans foil, un canot à effet de sol que j’avais du vous présenter en image, le voici en vidéo.

Si vous avez d’autres info. plus ou moins fraiches, lâchez vous !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Ptites News 39

Des news, plus ou moins fraiches, une récap. de liens et de vidéos depuis la dernière Ptite News qui date d’octobre 2016.

Pour m’amuser, j’ai parcouru d’anciennes Ptites News, de la 1 (une idée de Gérard Delerm) qui n’avait que 3 points, en passant par la 16 dont le format commençait à coller à celle ci-dessous. Et bien ma pauv’dame, ou mon bon m’sieur, le temps file vite, hein ?! Qu’est ce quelle est désuète la Ptite News 16. Les engins étaient « classiques », plan-plan ! Alors vous imaginez la Ptites News 74 (qui sera peut être rédigée par un autre que moi) ?

La semaine affoilante ® 2017

Rappel aux passionnés de foil. LA rencontre française des passionnés de foils, c’est La semaine affoilante ® qui aura lieu du 05 au 09 avril en baie de Quiberon. Rendez-vous sur le site de l’ENVSN pour plus de renseignements.

En plus des temps forts sur l’eau, l’ENVSN et Eurolarge proposes de nombreuses tables rondes et conférences.

MONO

Figaro

C’est une épidémie, les Figaros seront à foils. On en parle de puis longtemps (Ptites News 37) voici quelques explications et images.

60 pieds à foils

VPLP fait le point sur l’utilisation des foils dans le Vendée Globe dans Le Télégramme.

Idem…

… mais par Guillaume Verdier sur « Actualités Nautiques« .

Bamboo boat en nav.                                                         

Bamboo boat, présenté dans la Ptites News 38 puis au Nautic, le voici en vidéo

SeAir

Vous n’êtes sûrement pas passé à coté de cette nouvelle, SeAir, le premier monocoque de haute mer volant !

En vidéo sur CETTE PAGE.

Arkema 3

6.50 toujours, mais plus foilant que volant le Mini 6.50 Arkema 3 il est présenté Ici aussi.

Orca H 15

Des images de la réalisation de ce beau bateau chez Décision et en nav. ci-dessous.

Nicorette

Sur le site toujours aussi complet de Voiles et Voiliers la folle modification du maxi Nicorette 3.

MULTI

Vestas !!!

Que c’est bon de revoir cette vidéo de la bête la plus rapide du monde !

A Cup

Très intéressant article sur Voiles et Voiliers « Place aux pédalos à foils » !! A lire !

Un homme à la mer sur un AC

Belle vidéo mise en ligne par Multicoque mag…

Course au large (mag.)

Je ne peux malheureusement pas copier ici la très intéressante analyse de Christian Karcher dans le N° 73 de Février Mars. La complexité de l‘organisation des régates et pré régates, des différents supports,  les petits arrangements entre teams… ne présagent pas d’un avenir radieux et intéressant pour la Cup !

Groupama

Mon ami Philippe Echelle a eu la grande chance de naviguer sur l’AC45 Groupama, voir Multicoque magazine N°181 de Février/Mars, VSD aussi ICI.

Groupama toujours, en Vidéo

Groupama encore

Sur Voiles et Voiliers, une video/animation, passage du Class AC Test au Class AC.

Youth America’s Cup

Reportage sur Planète voile Le Télégramme sur Robin Follin sera à la barre de l’AC45 F.

Mer Force One

Bateau de nombreuses fois présenté sur ce blog, le « MF1 » qui fait 7 m de long par 7 de large, à volé tracté puis sous voile ! Vivement de nouvelles photos et vidéos….

IFly 15

Présent au Nautic, l’IFly navigue de plus en plus. Ce cata à foils en T régulés sera, je l’espère, présent à LSA 2017.

Phantom Essentiel

Présenté au dernier Nautic, le voici en vol :

Canard

Je pense avoir déjà présenté ce très beau trimaran à foils version canard que l’on peut voir évoluer à la Weymouth Speed Week. Mais ce n’était pas en vidéo (cela fera plaisir à Christian…).

Classe Multi 50

Ils s’équipent de foils, tous du même type, cela va par contre écarter certains anciens modèles qui ne peuvent ou ne « méritent » pas d’être équipés de foils.

Premier Multi 50 à foils

Ce sera celui de Thierry Bouchard article V&V.

F101

Oh la belle bête !

Voilavion

De belles images de la version 2 du concept (V1 présentée sur Foilers).

Concept

Comme un concept car, la vision d’un hydrofoil à voiles par Mercedes Benz !

Cirrus Project M

Lancement de ce tri à foils prévu le 04 mai…

Macif

Le grand tri est rentré en chantier avant de nouveaux projets, des essais de foils sont réalisé sur Diam 24

PADDLE/WINDFOIL

AHD

Nouveaux foils chez AHD qui change de concept et d’architecte pour cette deuxième version de foils : l’AFS-2.

Antoine Albeau

Nouveau dossier de Windesurf journal qui donne la parole à Antoine Albeau.

Laird

De belles images de Laird Hamilton

MOTEUR

Grunberg

Merci la Nasa, voici des essais en bassin qui remontent à 1940, les prémisses de la régulation, les essais de Grunberg (évoqué ici).

Quadrofoil Q2S

Un jet ski électrique volant…

Edorado 7S

Day cruiser à moteur électrique…

FDHF

Un hydrofoil pas pour décoller mais pour réduire la trainée.

DIVERS

Freewheelchair

Passionnés de « technique », je vous conseil une petite visite sur CE SITE, recommandés par un pionnier du foil et du kite dont le sujet m’a touché. Belle idée…

Les bateaux qui volent

Un livre de François Chevalier et Gilles Martin-Raget. Je suis réservé sur son contenu mais je ne suis pas le public visé. Livre aussi présenté ICI.

Vents

J’ai déjà présenté un site de ce type qui permet de visualiser le temps sur toutes les parties du monde.

 

Et comme toujours, vos commentaires, propositions de liens… sont les bienvenus.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Annonce LSA 2017 & les foils au Nautic 2016

1 – La semaine affoilante 2017

Mercredi 07 décembre au  Nautic de Paris l’ENVSN, qui organise La semaine affoilante en partenariat avec le Team LSA, a dévoilée la date de la future édition de cet évènement unique en France.

LSA 2017 se tiendra du 5 au 9 avril 2017 en baie de Quiberon.

Le programme détaillé de ces cinq journées consacrées au foil sera prochainement dévoilé. Le rendez-vous des aficionados des engins volants promet une nouvelle fois d’être riche en innovation, en navigations et en échanges. Tant pour les professionnels que pour les amateurs, la Semaine Affoilante sera l’occasion d’échanger autour d’une pratique en plein essor et de découvrir le foil sous toutes les coutures. Ainsi, comme l’année passée, Eurolarge organisera son Foil Racing Forum avec des intervenants venus d’horizons variés. Sous la forme d’un salon, les constructeurs nationaux et internationaux présenteront leurs nouveautés et proposeront au public des essais au départ de l’ENVSN. Avec un challenge sportif et des runs de vitesse, le programme en mer promet d’être riche en émotions. Tous les coureurs possédant des engins à foil (catamaran, kite, planche à voile…) sont bien évidemment conviés à venir se mesurer aux meilleurs de la discipline et à profiter de ce moment convivial où sportivité, interaction et plaisir seront les maîtres-mots.

Rendez-vous dès maintenant sur les pages Facebook La semaine affoilante et Foil Generation ENVSN pour connaître tous les temps forts de cette nouvelle édition. Rejoignez-nous nombreux et participez à un évènement incontournable à l’École Nationale de Voile et des Sports Nautiques !

2 – Les foils au Nautic 2016

Chaque année, ou presque, il revient le petit récap. foilesque de la grande messe de Paris. Même si je trouve que d’année en année, la messe devient une « simple célébration », moins de fidèles… (c’est tristounet) ! Mais pas mal de foils sur ce salon, déjà dés l’entrée sur le parvis le ton était donné puisque vous étiez accueilli par le « Foiler HY X » (NB : un foiler ne décolle pas, un hydrofoil oui…). Je vous propose 3 « Coups de cœur », des projets que je trouve intéressant de part leur approche ou l’accessibilité des équipes qui étaient là pour faire découvrir leurs engins, leur passion… Je suis peut être passé à coté d’un plan porteur (kitefoil, SUP, Foilboard) n’hésitez pas à compléter ce récap.

HY X

J’avais rapidement évoqué ce bateau dans la Ptites News 35, on ne pouvait pas le louper l’ensemble des visiteurs devant passer devant l’HY X.

HY X de nuit – F Monsonnec 12-2106
HY X de nuit – F Monsonnec 12-2106
Foil avant HY X – F Monsonnec 12-2106
Foil avant HY X – F Monsonnec 12-2106

IFly 15

Coup de cœur

J’avais échangé avec Mickael Miller avant La semaine affoilante 2016, l’équipe avait fait tout son possible pour être présente mais sans succès, ce n’est que partie remise pour l’édition 2017.

IFly 15 – F Monsonnec 12-2106
IFly 15 – F Monsonnec 12-2106

L’IFly15 est un beau bateau au concept proche de celui du Stunt (présenté au Nautic en 2014) mais en plus poussé en termes de conception et de réalisation. Une équipe charmante, accueillante, disponible. Je retiens de très intéressantes discussions avec Gilbert Saint-Blancat et Martin Turbill (Taaroa). Gilbert Saint Blancat est ingénieur en mécanique, concepteur des foils de Kitefoil Taaroa. Dans les années 80 il a participé à la conception des foils du trimaran Royale, du mat aile à balestron d’Elf Aquitaine II, du superbe et géant mat ail de Royale II et a beaucoup d’autres projets passionnants.

Gilbert Saint-Blancat et Martin Turbil (foils Taaroa) - F Monsonnec – 12-2016
Gilbert Saint-Blancat et Martin Turbil (foils Taaroa) – F Monsonnec – 12-2016

Au milieu des coques en carbone, j’ai été intrigué par la platine de réglage qui permet de modifier manuellement l’incidence du foil par la simple rotation d’une vis sans fin. Ce réglage permet d’ajuster les foils pour les grosses modifications comme l’embarquement d’un second équipier ou un changement de conditions météo (petit temps…).

Platine de réglage du IFly 15 – F Monsonnec 12-2016
Platine de réglage du IFly 15 – F Monsonnec 12-2016

SUP à foils Rods

Coup de cœur

Rods exposait sur le stand « Bassin Nautique Loire Océan » ses kitefoils 100% made in France mais aussi un SUP à double foil conçu avec Phil Roulin de Perspective Yacht Design sans oublier Sisco Composites qui les a réalisés et le shaper « Dominique » de BS Composites.

Le Kitefoil Rods et le SUP à foils – F Monsonnec 16-2106
Le Kitefoil Rods et le SUP à foils – F Monsonnec 16-2106

Une nouvelle fois, un super accueil de Robert Dulong et de son équipe (ce qui n’est pas le cas sur tous les stands, un salon ne serait il pas l’endroit pour présenter ses produits ?  J’ai un doute…). Ici la page Facebook.

Phil Roulin, Dominique de BS Composites et Robert Dulong – Nautic 2016 photo DR
Phil Roulin, Dominique de BS Composites et Robert Dulong – Nautic 2016 photo DR

Bamboo boat

Coup de cœur

J’en avais parlé dans la Ptite News 38, ce beau projet est exposé au Nautic. Le moth à foil Bamboo boat a belle allure, un design intéressant, mélange de vélo en bamboo et de la structure de Mirabaud LX. A suivre

Bamboo boat – F Monsonnec 12-2016
Bamboo boat – F Monsonnec 12-2016

Flying Phantom Essentiel

Sur ce Flying Phantom Essentiel, les foils en L ont fait place à des foils présentés comme en S sur le site mais qui sont, pour moi, des C assez ouverts (le winglet qui formerait une partie du S étant plus que réduit). Cette configuration de foils se rapproche du config. en V donc plus facilement « autorégulée ».

Flying Phantom Essentiel – F Monsonnec 12-2016
Flying Phantom Essentiel – F Monsonnec 12-2016

Des ajustements du gréement, les ailes de rappel… rendent ce nouveau bateau sûrement un peu plus accessible. Les foils en T, dont l’assemblage du plan porteur était fragile, ont été remplacés par les foils en L qui sont sans aucun doute plus facile à réaliser.

Safran-foil en L FP essentiel – F Monsonnec 12-2016
Safran-foil en L FP essentiel – F Monsonnec 12-2016

Whisper

Lui aussi était déjà présent au Nautic 2014, et aussi à La semaine affoilante 2016, on pouvait admirer les belles formes du Whisper à ce Nautic.

Whisper au Nautic – F Monsonnec 12-2016
Whisper au Nautic – F Monsonnec 12-2016

Easy to fly

Easy to fly, une grosse bête volante sur ce salon puisque le gréement n’a pas pu être mis en place. Il dispose de foils en S  avec réglage de l’incidence et de la profondeur.

Easy to Fly – F Monsonnec 12-2016
Easy to Fly – F Monsonnec 12-2016
Foil en S de l’Easy to Fly – F Monsonnec 12-2016
Foil en S de l’Easy to Fly – F Monsonnec 12-2016

Foil Gitana

Le team Gitana exposait un foil du 60 pieds Imoca, un très grosse pièce de carbone. Un foil déjà exposé au départ du Vendée Globe.

Foil du Gitana 60’ – F Monsonnec 12-2016
Foil du Gitana 60’ – F Monsonnec 12-2016
Tip du foil du Gitana 60’ – F Monsonnec 12-2016
Tip du foil du Gitana 60’ – F Monsonnec 12-2016

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les foils du Vendée Globe

Le départ du 8ème Vendée Globe a été donné le 8 novembre. Pour ce tour du monde à la voile en solitaire, sans escale ni assistance qui se court tous les 4 ans, 29 marins s’affrontent sur des monocoques de 60 pieds IMOCA. Et pour la première fois, 7 bateaux sont équipés de foils

Le départ du 8ème Vendée Globe a été donné le 8 novembre. Pour ce tour du monde à la voile en solitaire, sans escale ni assistance qui se court tous les 4 ans, 29 marins s’affrontent sur des monocoques de 60 pieds IMOCA. Et pour la première fois, 7 bateaux sont équipés de foils:

Pour les amateurs de bateaux volants c’est assez surprenant de voir des foils ajoutés à des bateaux lestés par 3.1 tonnes de plomb et des ballasts, alors que jusqu’ici les foilers étaient ultra légers afin de soulever leur(s) coque(s) hors de l’eau.

En fait, comme l’expliquent bien la vidéo ci-dessous, le rôle principal des foils est de créer un couple de redressement du bateau :

En prime, la portance du « tip » du foil associée à celle de la quille inclinable génère une poussée verticale qui réduit notablement le déplacement du bateau. A 20 noeuds, cette poussée représente 60% du poids du bateau, et il décolle pratiquement dans les vagues

Ces foils remplissent encore un autre rôle. La quille inclinable n’est pas un plan anti-dérive très efficace. C’est pourquoi les 60 pieds IMOCA étaient jusqu’ici équipés de deux dérives-sabre, dont l’une est abaissée pour que le bateau « cape » mieux, notamment au près. Mais comme le Vendée Globe se court principalement au portant ces dérives sont avantageusement remplacées par des foils dont la partie plongeante (le « shaft ») fonctionne comme un petit plan anti-dérive*.  Selon Quentin Lucet, architecte au cabinet VPLP qui a conçu 6 des 7 foilers de la flotte, les foils de ces bateaux se distinguent justement par ce « shaft » plutôt que par le « tip » [1].

D’ailleurs on peut voir ces foils non comme une révolution, mais comme une évolution. Sur les IMOCA des éditions précédentes, les dérives-sabre étaient inclinées vers l’extérieur du bateau. Mais pour le Vendée Globe 2012-2013, le chantier VPLP a eu l’idée d’incliner les dérives de « Macif » et « Banque Populaire » plutôt vers l’intérieur pour qu’avec la gîte elles génèrent une force verticale comme des foils. Résultat : les deux bateaux ont remporté la course dans un mouchoir de poche (François Gabart arrivant 3h avant Armel Le Cléac’h après 78 jours de course!), laissant le 3ème à plus de deux jours.

Pour cette édition, « Banque Populaire » rebaptisé « Maitre Coq » a remplacé ses dérives par de vrais foils, et VPLP a conçu les 6 autres foilers tout neufs. Enfin presque, parce que la plupart ont déjà  pris le départ de la Transat Jacques-Vabre 2015. Mais un seul l’a terminée (« Banque Populaire VIII », à la 2ème place), tous les autres devant abandonner sur casse…

Car la grande inconnue est là : ces foils créent des forces énormes sur la structure, des accélérations et des chocs auxquels aucun bateau ni homme n’a été soumis pendant une si longue période. Les bateaux qui survivront à ces conditions extrêmes battront probablement le record de François Gabart en 78 jours. Dans ce cas nous verrons certainement des bateaux volants au Vendée Globe 2020.

Pour l’instant c’est bien parti : à l’heure où j’écris, les 3 bateaux en tête de la course sont des foilers (Hugo Boss, Banque Populaire VIII, Edmond de Rotschild) et les 4 autres sont 5,7,9 et 24èmes.

Reste un petit mystère que je n’ai pas éclairci : sur les sites et forums anglophones [4], les foils de ce type sont baptisés « DSS » comme « Dynamic Stability Systems » [5], le nom d’une entreprise fondée par Hugh Welbourn pour exploiter son brevet [6] qui me semble assez large. VPLP a-t-il acquis une licence de ce brevet ? Pourtant ils ne sont pas mentionnés dans les partenaires de DSS… Ou ont-ils déposé leur propre brevet, que je n’ai pas trouvé ? Ou jouent-ils sur l’antériorité du brevet de Rougier & Emig [7] aujourd’hui échu ?

Note* : outre les problèmes de construction, la jauge IMOCA limite à 5 le nombre d’appendices mobiles. Avec la quille inclinable et deux safrans, il faut chosir : dérives ou foils, car utiliser des foils ou dérives fixes serait trop handicapant dans le petit temps.

Sources:

  1. Raphaël Bonamy, « Vendée Globe. Les foils ? Ça marche comme ça…« , 04/11/2016, sur Ouest-France
  2. « Vendée Globe : des machines volantes vont s’affronter sur l’eau« , 4/11/2016, Sciences et Avenir
  3. Chloé Lottret « Un voilier du Vendée Globe 2016 expliqué« ,06-11-2016, Bateaux
  4. « DSS foils to revolutionise IMOCA 60 fleet« , 22 October 2014, The Daily Sail
  5. « Dynamic Stability Systems – Technology«
  6. Hugh Burkewood Welbourn « Hydrofoil system for mono-hull sailboats », 2007, brevet WO 2007116318 A3
  7. Francois Paul Louis Co Rougier, Marc Emig « Disposition architecturale permettant d’augmenter de la stabilite des voiliers de type monocoque par des foils », 2004, brevet FR2877311B3

(article aussi publié sur Dr.Goulu.com)