Ptites news 26

23 juillet 2012

Dared

Je ne me lasse pas de visiter le blog de Gurval et d’admirer les avancées du projet Dared. Moi, cela me manque les projets à « petite échelle », les gars qui sautent le pas, qui osent, je leur dit bravo. Une nouvelle fois, je mets donc le blog de Gurval en avant !

America’S Cup, mise à l’eau de l’AC 72 Emirates Team NZ

Voici, pour ceux qui la suivent la Cup, une vidéo du montage de l’aile de l’AC72, merci Daniel. Merci à mon « correspondant spécial » sur place Gary Baigent, pour les photos (Thank you Gary) ! A quand les foils ?

photo : © Gary Baigent

photo : © Gary Baigent

photo : © Gary Baigent

Hydroptère CH

Site

Si vous avez eu l’occasion de lire l’article de notre bon Dr (Les projets Hydros) et le mien (L’Hydroptère DCNS, « dernière sortie » avant le Pacifique), vous n’êtes pas sans savoir qu’il y a maintenant 2 teams l’Hydrotère. Si vous n’avez pas encore eu l’occasion de visiter le site de l’Hydroptère CH : c’est ici

Records

Il n’a pas réussi à battre le chrono autour du Léman, mais il a pulvérisé le record de l’heure avec 25,25 nœuds de moyenne. L’Hydroptère.ch, était mené par Daniel Schmaeh, Stéphane Dyen, Gaël Ledoux, Guillaume Coyon et Cédric Pochelon. Plus de détails sur le site… Juste une remarque, je trouve qu’il y a très peu d’image de ce bateau entièrement décollé, moi je dis ça….

photo : © Loris von Siebenthal / Hydros

L’Hydroptère DCNS

Mise à l’eau

L’Hydroptère DCNS a été mis à l’eau mardi à Los Angeles après une semaine de chantier à sec dans une marina de San Pedro. L’Hydroptère DCNS a fait l’objet de diverses opérations de finitions sur ses appendices. Il va désormais se positionner en stand-by météo pour sa tentative de record du Pacifique. Alain Thébault, Jean le Cam, Jacques Vincent, Yves Parlier et Luc Alphand n’attendent plus qu’une fenêtre météo propice pour voler vers Hawaï et de tenter de battre le record établi, en novembre 2005, par Olivier de Kersauson à la barre de Geronimo. 2215 miles du Phare de Point Fermin, à la pointe sud-ouest de Los Angeles au phare de Diamond Head, au large de Honolulu. Le précédent record est de 4 jours, 19 heures et 31 minutes, vitesse moyenne 19,17 nœuds… Et comme il semble qu’ils avaient un peu de temps libre, ils ont fait un saut chez François

photo : © Thomas Lesage / l’Hydroptère DCNS

Question

Question que Gyls a posée dernièrement et que je me pose aussi depuis que j’ai vu le capteur monté sur l’étrave de l’Hydroptère :

Le pilotage automatique du plan arrière fait il passé l’hydroptère dans la catégorie voile assistée ? Ou bien c’est considéré comme un pilote automatique de safran et donc autorisé en voile normale ?

Voici ce que le WSSRC défini :

LES PARCOURS AU LARGE

21.  REGLES DE NAVIGATION A LA VOILE

………

b. Opération manuelle

Sauf pour les ‘navires classés comme utilisant des systèmes motorisés de navigation’(21c), seules la force humaine et les forces naturelles peuvent être utilisées pour manœuvrer le navire pendant la tentative, avec les exceptions suivantes :

 i.   L’électricité peut être utilisée pour les instruments, la navigation, les communications, le pilote automatique, et pour des tâches domestiques telles l’éclairage, le chauffage, la cuisine, etc… Des générateurs comprenant des moteurs, des panneaux solaires, des turbines à vent ou à eau, peuvent être utilisés pour fournir l’énergie électrique, avec des batteries appropriées et l’équipement de contrôle. L’énergie mécanique peut être utilisée pour charger les batteries, pomper les fonds, remplir, vider, transférer les ballasts d’eau, orienter les appendices de quille et de gouvernail ou pour lever l’ancre. L’opération des moteurs ou pompes ne doivent fournir aucun élément de propulsion.

………

c.  Systèmes motorisés pour la navigation sous voile.

Des navires utilisant des systèmes motorisés pour la navigation sous voile peuvent demander l’homologation de tout record mais ils seront répertoriés dans une catégorie séparée. Un navire est ainsi catalogué si n’importe quelle manœuvre de voiles – envoi, prise de ris, réduction sur enrouleur ou réglage – utilise de l’énergie motorisée. Les forces naturelles doivent demeurer les seules employées pour la propulsion.

………

g.  Barre

Tout système de barre automatique est autorisé.

Alors ?

Si on se base sur le fait que c’est un pilote automatique et que les appendices peuvent être manœuvrés mécaniquement, RAS. J’avoue qu’il m’est difficile de dire qu’un système de régulation de l’incidence est un pilote automatique. Même si en avion, le pilote auto ne fait pas que réguler la direction, même si un safran est un foil vertical que l’on fait tourner cela un axe, comme le plan porteur d’un foil. Pour moi, et pour l’instant (je me réserve le droit de retourner ma veste !), cet asservissement n’est pas un pilotage automatique au sens de ceux actuellement utilisé sur les voiliers. Je suppose que pour le team Hydroptère, c’est une assistance au pilotage comme un pilote qui régule la trajectoire, là c’est l’altitude. Cela se rapproche de ce que fait HyRaïï ou et l’Hydrofoiler F1. Est-ce que c’est encore de la voile… ??? !!!

DSS

Via Poséidus, une belle vidéo d’un DSS en action, (Dynamic Stability Systems), merci !

Moth en Suisse

La banque SYZ & CO a annoncé son soutien à la classe Moth « CH » et sera donc le sponsor principal de la Syz & Co Speed week et du National Moth. Rendez-vous à la Société Nautique de Genève. Il y aura aussi, durant le même période, les dernières courses des D35…

Learning to Hydrofoils

Slovénie

Quadrofoil

Voila un bateau électrique futuriste. Quadrofoil est une société Slovène qui a présenté un hydroptère électrique au Salon Internautica.

WFoilGroup

Un nouvel hydrofoil à moteur et potentiellement à voile Slovène…

Rencontre de plans porteurs !

Divers

Les Suisses dans la Petites coupe de l’america

Lisa Airplane

Je vous ais déjà parlé de ce très bel avion équipé de foil. Voici un nouveau document à son sujet…

Où qui va ?

Ou va-t-il le « navion » qui passe au dessus de votre tête ? Et bien grâce à ce site vous allez peut être la savoir !

RC

VT 40A Convair Sea Dart

Le Convair Sea Dart est un prototype américain de chasseur hydravion qui utilisait des hydro-skis pour le décollage. Il est resté à l’état de prototype (1951) et reste le seul hydravion à avoir dépassé la vitesse du son. Voici une vidéo des essais de maquettes !

Restons dans le « RC », voici le site de la  British Model Multihull Association avec de belles vidéos de tri à foils.

Moi qui pensais…

Pas la peine d’expliquer pourquoi, l’état de surface d’une aile qui évolue dans l’eau est beaucoup plus important que celui d’une aile qui évolue dans l’air. Il n’y a qu’à regarder le montage par rivetage de certaines ailes d’avion pour se convaincre que l’état de surface d’une aile d’avion ne semble pas être la priorité des pilotes ! J’ai donc été étonné d’apprendre que les éoliennes pouvaient perdre jusqu’à 30% de leur puissance en raison de la présence d’insectes écrasés sur les bords d’attaque !

Publicités

les projets Hydros

24 mai 2012

Ce blog a été fondé il y a 5 ans, peu après que l’Hydroptère soit renfloué par Thierry Lombard et développe une collaboration scientifique avec l’EPFL qui a abouti, entre autres, au record de vitesse d’un voilier emportant plusieurs personnes (pour ne froisser personne…)

Aujourd’hui je ne pouvais manquer la conférence de presse d’ « Hydros« , la nouvelle identité de la branche suisse de l’aventure « Hydroptère ».  Thierry Lombard l’a dit clairement : après l’arrivée de DCNS comme sponsor principal de l’Hydroptère océanique, il ne se sentait plus en phase avec les valeurs « militaires et nucléaires » portées par le projet. Mais en tant que propriétaire du bateau Hydroptère.ch qui sert de plateforme technologique à la collaboration avec l’EPFL  et actionnaire de la société qui exploite ses résultats, il souhaite poursuivre l’aventure avec une équipe motivée par les défis sportifs, mais aussi par le transfert du savoir accumulé vers des domaines comme les énergies renouvelables et l’efficience énergétique.

Concrètement, sous la direction de Jérémie Lagarrigue, Hydros va poursuivre 3 projets:

  1. Après des transformations hivernales et un curieux « incident », l’Hydroptère.ch est prêt à s’attaquer au « ruban bleu » , le dernier des records lémaniques qui lui manque encore. Selon son skipper Daniel Schmäh, l’Hydroptère.ch est le seul voilier capable de naviguer efficacement en archimédien, en hydroplanage et en vol sur foils, donc il ne lui manque que de bonnes conditions météo pour battre ce record. Et pourquoi pas remporter le Bol d’Or, le rêve de tout banquier genevois (et le mien)…

    L’Hydroptère.ch

    A la fin de l’année l’Hydroptère.ch ira s’exhiber de par le monde, en Asie nous a-t-on dit, pour satisfaire des sponsors qui n’ont pas été nommés.

  2. Participer à la « Petite Coupe de l’America » avec un catamaran de classe C en 2013 à Falmouth. 2 bateaux sont en cours de conception en collaboration avec VPLP. On ne nous en a montré que ça:

    En fait sur l’image montrée à la conférence, les dérives/foils étaient plus fortement courbées et il y avait de petits foils en T au bout de chaque safran. On nous a dit que l’objectif n’était  que de délester en grande partie les flotteurs, mais qu’après tout, s’il s’avérait possible de voler, pourquoi pas… Les engins et seront construits par le chantier Décision, qui a réalisé les Alinghi et les Planet Solar entre nombreuses autres constructions en matériaux composites. Pour les « Classe C », Décision utilisera une technologie développée à l’EPFL consistant à tisser de la fibre de carbone directement sur la géométrie du bateau (et de l’aile) en suivant les contraintes mécaniques calculées plutôt qu’en raccommodant des « tissus » de carbone préparés à l’avance. Comme j’ai oublié le nom de cette technologie (ETCT ? EPTC ? un truc comme ça…) je n’ai rien retrouvé à ce sujet. Si vous connaissez, un commentaire serait apprécié, Merci !

    première vue du Classe C Hydros

  3. L’Hydro Contest a été le moins bien décrit lors de la conférence, mais il s’agit d’un prix destiné à encourager les étudiants des grandes écoles à étudier les moyens d’augmenter l’efficacité énergétique des bateaux de tous types, moteur compris. je n’ai notamment pas bien saisi la relation avec l’ « Hydro Speed Tour » mentionné sur le site et dans la plaquette, un « concours mondial de vitesse ouvert à tous et gratuit, destiné à tous types de supports, aquatiques, aériens ou terrestres » et illustré par ce graphique:

    En le voyant, je me suis dit « tiens, bonne idée : un record de vitesse relative au vent, ou même de VMG face au vent plutôt que de vitesse absolue », mais ce n’est pas ça. Du moins pas encore parce que comme le concours n’a pas l’air très clair, je viens d’envoyer l’idée au responsable de comm…

Le slogan et l’objectif d’Hydros, c’est de « multiplier l’énergie ». L’idée est que les projets sportifs ci-dessus et la collaboration scientifique permettent de développer des compétences utiles dans les énergies renouvelables et l’efficience énergétique. On a par exemple mentionné que la maîtrise de la  cavitation et de la ventilation permettrait de concevoir de meilleures hydroliennes, ou que les voiles-ailes pourraient faire progresser les pales d’éoliennes. Et sous-entendu que le chantier Décision pourrait être intéressé à produire des pales d’éoliennes en carbone. Des « éoliennes à kite » comme KiteGen ont aussi été citées comme exemple d’innovations qui pourraient résulter des projets d’Hydros.

De bonnes nouvelles donc : la poursuite de projets en cours, de nouveaux projets dont on reparlera sur Foilers, des marins bretons prêts à en découdre sur LE Lac, une startup prometteuse… Merci M. Lombard, et bon vent à Hydros !


Lever de rideau sur l’Hydroptère.ch

24 août 2010

Parti sous d’autres latitudes*, j’ai hélas raté le baptême de l’Hydroptère.ch hier, ce qui fait que je n’ai pas grand chose de plus à vous mettre sous la dent que des extraits du Communique de Presse et la même photo que partout de la nouvelle bête volante du Léman (pour autant qu’il y ait du vent…)

Le bateau suspendu dans les airs - photo (c) Gilles Martin-Raget

Selon Alain Thébault:

Bateau laboratoire destiné à concevoir l’Hydroptère maxi, ce catamaran va nous permettre de tester une nouvelle géométrie et notamment la formule bi- safran. L’objectif de ce premier voilier hybride : la polyvalence. Naviguer quasiment aussi vite que les voiliers classiques en mode archimédien, et avec une vitesse bien plus élevée en vol. D’abord sur le lac Léman puis en Méditerranée et à l’étranger,l’Hydroptère.ch devrait fournir des réponses à des problématiques précises en termes de dynamique du vol et sera un nouvel ambassadeur avec un petit supplément d’âme lié à sa genèse transfrontalière.

En gros, les foils seront relevables par petit temps (trop) fréquent sur le Léman. Seules autres infos techniques dans les 4 pages du communiqué de presse :

Voilier de 35 pieds (10,85 mètres de long et 10,40 mètres de large) avec coqueron central structurel, il est notamment équipé d’ensembles arrière relevables, d’un système de réglage des foils très pointu et de carènes planantes mobiles. Tout comme l’Hydroptère de 60 pieds, l’Hydroptère.ch sera doté d’un système de mesures embarqué ultra sophistiqué.
L’équipe de l’Hydroptère.ch va s’atteler aux essais statiques et étalonnages de la plateforme avant de se concentrer sur l’armement du voilier.
Heureux et émus de voir le fruit de trois années d’étude, de conception et de fabrication prendre forme, impatients de récolter les premiers résultats mais conscients des mises au point à effectuer sur un tel prototype, Alain Thébault et son équipage tireront leurs premiers bords sur le Léman début octobre.
Cette fois j’y serai, promis. Et peut-être même avant si j’arrive à m’approcher du « système de réglage des foils très pointu » et des « carènes planantes mobiles » …
Note* : j’ai une bonne excuse, j’étais entre autres ici. Vu des lions de mer, des dauphins et des pélicans, mais pas de SailRocket, l’équipe étant rentrée en Angleterre préparer la version 2

L’hydroptère.ch se précise

11 octobre 2007

hydropterech.pngL’ennui avec le site de l’Hydroptère, c’est qu’ils n’ont pas de flux RSS, donc il faut le visiter régulièrement pour obtenir des nouvelles. C’est donc avec un bon mois de retard que j’y découvre cette page qui fait état de la constitution d’un « design team » proche de l’EPFL (sans moi, hélas … 😦 )

Outre la liste des labos de recherche impliqués et des entreprises concernées par la construction de la bête, on trouve le dessin ci-contre qui indique que la configuration des foils de l’Hydroptère est conservée, ce que l’on comprend volontiers vu les bons résultats obtenus avec les plans inclinés.

Avec un peu de chance, l’hydroptère.ch disputera quelques régates avec le foiler de Syz & Co en 2008 !

Et avec encore plus de chance, il y aura du vent sur le Léman…