les projets Hydros

24 mai 2012

Ce blog a été fondé il y a 5 ans, peu après que l’Hydroptère soit renfloué par Thierry Lombard et développe une collaboration scientifique avec l’EPFL qui a abouti, entre autres, au record de vitesse d’un voilier emportant plusieurs personnes (pour ne froisser personne…)

Aujourd’hui je ne pouvais manquer la conférence de presse d’ « Hydros« , la nouvelle identité de la branche suisse de l’aventure « Hydroptère ».  Thierry Lombard l’a dit clairement : après l’arrivée de DCNS comme sponsor principal de l’Hydroptère océanique, il ne se sentait plus en phase avec les valeurs « militaires et nucléaires » portées par le projet. Mais en tant que propriétaire du bateau Hydroptère.ch qui sert de plateforme technologique à la collaboration avec l’EPFL  et actionnaire de la société qui exploite ses résultats, il souhaite poursuivre l’aventure avec une équipe motivée par les défis sportifs, mais aussi par le transfert du savoir accumulé vers des domaines comme les énergies renouvelables et l’efficience énergétique.

Concrètement, sous la direction de Jérémie Lagarrigue, Hydros va poursuivre 3 projets:

  1. Après des transformations hivernales et un curieux « incident », l’Hydroptère.ch est prêt à s’attaquer au « ruban bleu » , le dernier des records lémaniques qui lui manque encore. Selon son skipper Daniel Schmäh, l’Hydroptère.ch est le seul voilier capable de naviguer efficacement en archimédien, en hydroplanage et en vol sur foils, donc il ne lui manque que de bonnes conditions météo pour battre ce record. Et pourquoi pas remporter le Bol d’Or, le rêve de tout banquier genevois (et le mien)…

    L’Hydroptère.ch

    A la fin de l’année l’Hydroptère.ch ira s’exhiber de par le monde, en Asie nous a-t-on dit, pour satisfaire des sponsors qui n’ont pas été nommés.

  2. Participer à la « Petite Coupe de l’America » avec un catamaran de classe C en 2013 à Falmouth. 2 bateaux sont en cours de conception en collaboration avec VPLP. On ne nous en a montré que ça:

    En fait sur l’image montrée à la conférence, les dérives/foils étaient plus fortement courbées et il y avait de petits foils en T au bout de chaque safran. On nous a dit que l’objectif n’était  que de délester en grande partie les flotteurs, mais qu’après tout, s’il s’avérait possible de voler, pourquoi pas… Les engins et seront construits par le chantier Décision, qui a réalisé les Alinghi et les Planet Solar entre nombreuses autres constructions en matériaux composites. Pour les « Classe C », Décision utilisera une technologie développée à l’EPFL consistant à tisser de la fibre de carbone directement sur la géométrie du bateau (et de l’aile) en suivant les contraintes mécaniques calculées plutôt qu’en raccommodant des « tissus » de carbone préparés à l’avance. Comme j’ai oublié le nom de cette technologie (ETCT ? EPTC ? un truc comme ça…) je n’ai rien retrouvé à ce sujet. Si vous connaissez, un commentaire serait apprécié, Merci !

    première vue du Classe C Hydros

  3. L’Hydro Contest a été le moins bien décrit lors de la conférence, mais il s’agit d’un prix destiné à encourager les étudiants des grandes écoles à étudier les moyens d’augmenter l’efficacité énergétique des bateaux de tous types, moteur compris. je n’ai notamment pas bien saisi la relation avec l’ « Hydro Speed Tour » mentionné sur le site et dans la plaquette, un « concours mondial de vitesse ouvert à tous et gratuit, destiné à tous types de supports, aquatiques, aériens ou terrestres » et illustré par ce graphique:

    En le voyant, je me suis dit « tiens, bonne idée : un record de vitesse relative au vent, ou même de VMG face au vent plutôt que de vitesse absolue », mais ce n’est pas ça. Du moins pas encore parce que comme le concours n’a pas l’air très clair, je viens d’envoyer l’idée au responsable de comm…

Le slogan et l’objectif d’Hydros, c’est de « multiplier l’énergie ». L’idée est que les projets sportifs ci-dessus et la collaboration scientifique permettent de développer des compétences utiles dans les énergies renouvelables et l’efficience énergétique. On a par exemple mentionné que la maîtrise de la  cavitation et de la ventilation permettrait de concevoir de meilleures hydroliennes, ou que les voiles-ailes pourraient faire progresser les pales d’éoliennes. Et sous-entendu que le chantier Décision pourrait être intéressé à produire des pales d’éoliennes en carbone. Des « éoliennes à kite » comme KiteGen ont aussi été citées comme exemple d’innovations qui pourraient résulter des projets d’Hydros.

De bonnes nouvelles donc : la poursuite de projets en cours, de nouveaux projets dont on reparlera sur Foilers, des marins bretons prêts à en découdre sur LE Lac, une startup prometteuse… Merci M. Lombard, et bon vent à Hydros !

Publicités