Nouveau record sur mer !

27 mars 2009

Après le sable, l’eau (voir le très intéressant article de notre bon Dr. sur Greenbird) !

Macquarie Innovation aurait battu la nuit dernière le record du monde de vitesse détenu par un « bateau » avec un run à 50,43 nœuds  (et une  pointe à 54,23 nœuds) !!

Record qui demande à être validé par le WSSRC. Il pourrait être réduit à 50,08 nœuds afin de tenir compte d’un courant lié à la marée.

Ce record, si il est validé, est encore un peu en dessous du record toute catégorie détenu par Alex Caizergues avec 50,57 nœuds. Toutefois, Macquarie deviendrait le premier « voilier » à passer 50 nœuds sur 500m. Il bat par la même occasion son propre record de 48,14 nœuds réalisé, comme ce nouveau run, à Sandy Point (janvier 09).

Ci-dessous, superbe photo de Steb Fisher :

Macquarie Innovation - photo Steb Fisher

Macquarie Innovation - photo Steb Fisher

Publicités

Divers d’hiver

19 février 2009

Quelques nouvelles en vrac :

  1. j’ai (enfin) mis à jour la page des records en y ajoutant le graphique illustrant la progression des records dans les différentes classes remplaçant l’ancien
  2. ceci m’a fait penser à une petite chose peu connue : savez-vous comment Yellow Pages Endeavor (YPE) a fait pour décrocher 3 records de vitesse dans les 3 classes B, C et D en quelques jours d’octobre 1993 ? L’engin avait une voile rigide d’environ 21m2, proche de la limite supérieure de la classe B : record. En ajoutant un petit plan de 2 ou 3 m2 en dessous du tripode, au raz de l’eau donc peu efficace, l’engin passe en classe C : re-record. Ensuite on ajoute une petite rallonge de 4 ou 5m2 en haut de la voile pour atteindre 28m2, le minimum de la classe D et re-re-record, bien que plus lent car il faut faire attention de ne rien casser. Or Macquarie Innovation, le successeur de YPE, utilise pratiquement la même astuce : il vient de battre le record en classe C, mais les records en classe B et D sont à sa portée, il suffit de quelques jours de bonnes conditions météo…
  3. Plus de nouvelles de WotRocket depuis le 20 novembre, où l’équipe avait annoncé la reconstruction du bateau et son retour pour 2009. En attendant, on peut admirer de chouettes photos réalisées par Christophe Launay, dont certaines sont instructives :
wotrocket

Encore un site flashy mais peu pratique. Pour voir les photos il faut cliquer sur "Yachting" puis sur "WotRocket", puis sur une photo...


Macquarie reprend son bien avec 48,14 noeuds !

6 janvier 2009

L’année 2009 commence sur les chapeaux de roues puisque le record du monde de vitesse en voilier, détenu depuis le 01/12/08 par l’Hydroptère, en classe D avec 46.88 n, vient d’être battu par le tripode australien Macquarie Innovation. L’Hydroptère n’aura donc détenu le record que pendant environ 1 mois. Ce record obtenu en classe C le 19/12/08, vient d’être homologué le 06/01/09 après que le WSSRC ait tenu compte des 0,46 noeuds de courant présent sur le spot de Sandy point (état de Victoria, sud de l’Australie, 160 km de Melbourne).  Lors de ce run,  Macquarie avait été chronométré à 48.57 noeuds.

Le team australien a obtenu cette vitesse avec seulement 17 nœuds de vent et attend un vent de 20/22 nœuds pour dépasser les 50 nœuds. On peut faire confiance à ce team, qui est un des plus anciens teams de vitesse, pour être patient. Lindsay Cunningham (le magicien des ailes rigides) et sa fidèle équipe 100% « Aussie » ont déjà battu de nombreux records avec leurs engins : Yellow Pages Endeavour (YPE détruit dans un run à plus de 50 nœuds) puis Extrême 50 devenu Macquarie Innovation. Ce team, auparavant spécialisé dans la conception et le pilotage de catamarans de la Petite Coupe de l’América (triple vainqueur), a en 1993 été détenteur du record toute catégories avec YPE : 46,52 nœuds (en utilisant la partie avant de la voile du classe C « Victoria 150 » datant de 1985 !).

Comme soulignait notre bon docteur dans son article « Une année de Foilie ! « , « …L’Hydroptère est un grand trimaran capable d’emmener un équipage complet sous toutes les allures… « . Macquarie Innovation, lui, ne navigue que sur un bord et ne transporte que 2 passagers (un pilote Simon McKeon et un régleur Tim Daddo). Toutefois, cet engin détient  aussi le record de transformation du vent en vitesse sur l’eau. Le run de 1993 avait été réalisé par 18 nœuds de vent ce qui à l’époque représentait un ratio de 2,58. Le nouveau ratio est de 2,83 soit presque 3 !!  En terme de « transformation », l’Hydroptère tourne entre 1,3 et 1,6 …
Mais il faut bien avoué qu’il a fallu plus de 15 ans aux australiens pour gagner presque 2 noeuds ! Gageons que ce n’est pas fini, à suivre…

Yellow Pages Endeavour Mulicoques magazine N° 51 février mars 1994

YPE - Mulicoques magazine N° 51 février-mars 1994

Extrême 50 – Multicoque magazine N° 57 mars 1995

Extrême 50 – Multicoque magazine N° 57 mars 1995

//www.macquarie.com.au/speedsailing/background.htm

Macquarie Innovation - site Internet Macquarie 2008


Enfin un peu d’air pour MacQuarie

19 avril 2008

Après l’éclatement spectaculaire de leur aile en 2005 et deux saisons pratiquement sans vent, les premières nouvelles de la saison 2008 de MacQuarie Innovation sont meilleures. En atteignant 46.48 noeuds dans seulement 17 noeuds de vent le descendant de Yellow Pages à frôlé le record en classe C (46.52) détenu par son aïeul depuis 1993. L’équipe australienne n’attend plus qu’une chose : pouvoir lâcher la bête dans 20 noeuds.

Suite à une défaillance de trackengine, T0m de Vagueo a été plus rapide sur ce coup (bravo et merci pour le tuyau), et il faut que je trouve quelque chose d’original à ajouter… Voilà : Sandy Point c’est à la pointe sud de l’Australie, juste au nord de la Tasmanie. C’est une magnifique plage déserte d’après la photo satellite, et en cliquant dessus vous saurez comment vous y rendre si vous allez chez les kangourous.


Video MacQuarie

11 juillet 2007

David m’a signalé ce reportage de 10 minutes sur MacQuarie Innovation

(la première minute est le générique de l’émission australienne « On The Water« )


MacQuarie 3x plus rapide que le vent

30 mai 2007

Tendance Bleue se met à suivre la voile de vitesse de très près et devance Foilers! sur cette nouvelle : Le MacQuarie Speed Sailing Team déjà présenté ici a effectué en mars 2007 un run de 500m à 44.71 noeuds, avec une pointe à 48.7 noeuds, soit 3x plus vite que le vent! Tout est décrit ici sur leur site (en anglais)

L’équipe semble convaincue d’arriver à dépasser 50 noeuds si le vent voulait bien souffler à plus de 22 noeuds. Pourtant, si on regarde le relevé de vitesses vent/bateau ci-dessous, on voit que la vitesse du bateau (rouge) n’est pas bien corrélée à celle du vent (en bleu)

Par contre, la vitesse du bateau oscille visiblement : atteignant ~47 noeuds, elle chute comme si quelque chose dégradait brutalement les performances de l’engin, ou comme si le pilote lâchait un peu de pression en craignant la perte de contrôle…


Le port du casque est conseillé même pour la voile …

Il faut bien le reconnaitre : MacQuarie peine à égaler les records de « Yellow Pages » en classes B et C datant de 1993, ce qui pourrait indiquer que ce type d’engin est proche de ses limites…


MacQuarie Speed Sailing Team

13 mars 2007

Le « Macquarie Speed Sailing Team » poursuit le projet du « Yellow Pages Endeavour » qui a détenu le record absolu de vitesse à la voile de 1993 à 2004 avec 46.52 noeuds sur 500m, battu par Finian Maynard en planche à voile.

Mais leur record tient toujours en classe C (de ~22 à 28 m2 de voilure), alors qu’en classe D (plus de 28m2) où ils avaient établi 41.66 noeuds « seulement », ils ont été battus en 1997 par « Techniques Avancées ».

Fin 2005, la voile s’est rompue alors qu’il naviguait à 47 noeuds !

McQuarie crash

En 2006 les conditions météo n’ont pas permis de tenter de battre le record de Finian Maynard : ils n’ont atteint « que » 45 noeuds (avec une pointe à 48.4) car le vent n’a pas dépassé 20 noeuds. C’est plus de 2x la vitesse du vent tout de même …

 

Mais attention à eux cette année : avec leur expérience et un nouveau site permettant de tenter le record plus souvent, les Australiens pourraient bien reprendre le flambeau de la haute vitesse à la voile. Lire le reste de cette entrée »