Expo. « Les voiliers volants », suite…

Du nouveau à la Cité de la Voile Eric Tabarly (Lorient)

Cité de la voile Eric Tabarly – photo FM 03-2010

Nouvelle pièce !

Dans mon article « Expo. Les voiliers volants », je laissais entendre que lors de l’inauguration de cette exposition, une nouvelle pièce serait ajoutée. Je peux maintenant vous en dire plus. Dans le hall de la Cité de la voile, « trône » le prototype utilisé en 1976 par Eric Tabarly. Bateau, dont j’ai eu l’occasion de vous parler dans mes articles « Le petit hydroptère d’ET » et « Le petit hydroptère d’ET, suite ». Je peux d’autant plus facilement vous en parler que je suis, avec Mariannick Buffard de l’Association Eric Tabarly, à l’origine du remontage de la plateforme. Le projet à démarré aux alentours du mois de mai 2009 lors du lancement du projet d’exposition temporaire. Il est passé à la vitesse supérieure, en septembre 2009. Ce qui n’était au départ qu’un rêve, s’est transformé en une belle aventure qui nous à fait :

  • descendre en Vendée récupérer des éléments manquants
  • rencontrer Jean Garnault, le concepteur et constructeur,
  • chercher une coque en Suisse et rencontrer le Dr Goulu,
  • concevoir le schéma de principe du ber,
  • réaliser les pièces manquantes d’après photos et vidéos,
  • remonter et démonter un certain nombre de fois chaque élément du puzzle,
  • écrire les textes de l’expo,
  • monter l’engin à 4.5m de haut (question de sécurité)

J’aurai, je pense, l’occasion de vous raconter cette histoire par épisodes sur « Foilers ! »…

Prototype d’hydrofoil testé par Eric Tabarly en 1976 refit 2010 - photo FM 03-2010

Nous espérons, Mariannick et moi, avoir respecté le plus possible le travail de ceux qui ont fait naître cet hydrofoil. Nous avons terminé le remontage du bateau et reçu le ber, juste à temps, le mardi 16 mars (pour une inauguration le 18). Cette mini exposition, scénographiée par Pierre Verger (prototype, maquette au 1/20 testée sur un lac, revues, photos…), permettra de compléter l’expo. réalisée par l’Harmatan ou l’on peut trouver beaucoup d’informations  sur l’Hydroptère .

Ce prototype est prévu pour être exposé à la Cité jusqu’à fin 2010. Et en 2011 ? Les pièces, prêtées à l’association, appartiennent toujours à Jean Garnault. Peut être arriverons nous un jour à terminer le travail et à refaire naviguer cet hydrofoil… ?

L’engin vient d’être mis en place sur son ber - photo FM 03-2010

Les rencontres

Après le visionnage d’un film dédié au projet Hydroptère, la soirée s’est poursuivie par une visite commentée de l’exposition et enfin, par un cocktail agrémenté de quelques discours (madame Tabarly, le maire de Lorient Norbert Métairie, Alain Thébault).

Alain Thébault, Jacqueline Tabarly, Claude Tisserand…- photo FM 03-2010

Cette soirée fut l’occasion de rencontres forts intéressantes. J’ai apprécié de voir côte à côte Alain Thébault, qui est l’âme de l’Hydroptère, et Claude Tisserand, qui est un des pionniers des hydrofoils en France… Claude a fait le déplacement depuis la Corse. La Bretagne avait décidé de ne pas faire mentir sa réputation, puisqu’après plusieurs jours de beau temps, c’est sous le crachin que Claude est arrivé à Lorient…

Lors de la visite de l’exposition, Claude a résumé l’ensemble de son travail à un public attentif. Alain Thébault a pris le relais et a tenté de raconter en 10/15 minutes cette aventure de presque 20 ans.

Claude devant son « Totem » - photo FM 03-2010

Après la visite de l’exposition, Alain Thébault a fait le point sur les projets de son team et annoncé une remise à l’eau du bateau recordman du monde de vitesse, pour le mois de mai. L’Hydroptère est pour le moment dans le hangar d’Océan Développement (en face de la cité de la voile), où on lui « refait une beauté » et où il va retrouver une configuration haute mer…

J’ai pu m’entretenir avec les personnes de l’Harmatan qui ont montés l’exposition temporaire et discuter des difficultés qu’ils ont rencontrées pour monter cette exposition : pas facile de vulgariser un domaine technique pour le grand public.

Le prototype sur son ber avec les éléments de scénographie – photo FM 03-2010

Je terminais mon précédent article par : « A voir si vous êtes de passage en Bretagne sud », je ne peux maintenant faire autrement que terminer par :

« A voir absolument … »

Expo. « Les voiliers volants »

Depuis le 8 février, la Cité de la Voile Eric Tabarly de Lorient, propose une exposition temporaire (prévue pour durée d’un an) intitulée « Les voiliers volants ».

Contenu de l’exposition (sur 400 m²)

Un SAS d’entrée

Avec un visuel de l’hydroptère d’Alain Thébault.

Zone1

  • L’histoire des voiliers volants à travers une frise chronologique…  (sauf erreur : 1956 travaux de Gordon Baker, 1966 Véliplane 1 de Claude Tisserand,  1970 trimaran Trimama de Roland Tiercelin, 1972 l’épopée Icarus, 1976 prototype de l’IUT de La Rochelle, 1980 Paul Ricard, 1986 Biscuit Cantreau de J Le Cam, 1988 le record de Loisirs 3000, 1992 mise à l’eau de la maquette au 1/3 de l’Hydroptère,  1994 premier vol de l’Hydroptère, 1997 record du cata de l’ENSTA, 2005 Record de la traversé de la Manche par l’Hydroptère, 2007 record sur 500 m et sur le mille de l’Hydroptère, 2008 Paul Larsen 47.36 nœuds avec Vesta Rocket, 2009 record sur 500 m et sur le mille de l’Hydroptère).
Frise historique – photo "Droits reservés" 02-2010

Zone2

L’aventure humaine et sportive de l’Hydroptère : skippers, équipe technique, recherche (avec projection d’une vidéo).

Zone3

  • Un bassin dans lequel on peut faire avancer une mini-maquette permettant au public de tester le déjaugeage d’un bateau à hydrofoils.
  • Un simulateur de navigation de l’Hydroptère développé par les ingénieurs de l’Hydroptère
  • Une zone permettant aux visiteurs de toucher les matériaux qui composent l’Hydroptère : pied de mat en carbone, tissus à voile, contrefiche en titane, bouts

Zone4

  • Un Moth à foils réalisé par Sabrosa (projection d’une vidéo). Si je ne me trompe pas, ce bateau était exposé au salon nautique (il n’est pas équipé d’un système de réglage de l’incidence du plan porteur sur le safran).
Moth à foils Sabrosa – photo "DR" 02-2010
  • Une zone sur l’avenir de l’aventure Hydroptère (Hydroptère maxi, CH…)

Le cœur de l’exposition

La maquette au 1/3 de l’hydroptère suspendue au milieu de l’exposition devant une vague en tissus (présence d’un escalier pour admirer l’animal du dessus).

La pièce maîtresse est donc la très belle « maquette » au 1/3 de l’Hydroptère réalisé pour qu’Alain Thébault puisse valider ses idées et celles des concepteurs de l’Hydroptère avant sa mise en chantier. Longtemps stockées en attendant des jours meilleurs, cette formidable bête a été superbement remise en état. Difficile pour un accro. de  foils de ne pas imaginer tirer sur le stick pour quitter le lit du vent, border écoute de GV et Foc… Un véritable appel au vol (!). Dommage que les trampolines n’ont pas été remis en place pour le moment. Intéressant aussi, pour ceux qui n’en n’auraient jamais vu de près, le Moth à foils.

Maquette de l’Hydroptère avant sa remise en état – photo FM 08/2003
Maquette de l’Hydroptère exposée – photo "DR" 02-2010

Les totems dédiés aux personnalités marquantes auraient mérités d’être beaucoup plus nombreux. Mais je suis heureux que Claude Tisserand soit présent entre Gordon Baker et Eric Tabarly. Il a enfin la reconnaissance qu’il mérite. Au risque de passer pour prétentieux, j’aime à penser que les articles de « Foilers ! » tirés du recueil écrit par Claude y sont pour quelque chose !

Le totem dédié à Claude Tisserand – photo "DR" 02-2010

A la demande de la société de scénographie Harmatan, les auteurs de « Foilers ! » ont modestement contribué à la réalisation de cette exposition. Nous avons proposé une liste d’engins susceptibles de figurer dans cette exposition et de potentiels contacts.

Une exposition de ce type répond à un cahier des charges précis et s’adresse à un public défini. Passionné par les engins à foils (voir monomaniaque !), je reste un peu sur ma faim par cette exposition qui fait la part belle à l’Hydroptère. C’est peut être bon signe ! Je ne suis pas certain que l’expo. de mes rêves aurait intéressé beaucoup de monde !

Lors de son inauguration prévue le 19 mars, une nouvelle « pièce » doit être ajoutée à cette exposition, j’aurai l’occasion d’en reparler sur « Foilers »….!

A voir si vous êtes de passage en Bretagne sud.

Le petit hydroptère d’ET, suite

Ceux qui hantent les pages de « Foilers ! » à la recherche de leur dose de portance, sont habitués à mes articles qui sentent l’odeur des vieux livres. Certains allergiques, à la poussière ou au contenu de mes pages, vont sûrement aller voir ailleurs…

En effet, désolé, cet article va lui aussi sentir la poussière. Cette fois, ce n’est pas seulement celle du papier mais aussi celle d’un garage ou d’une remise. De la bonne poussière tombée sur des pièces qui ont connus la caresse des mains d’Eric Tabarly ! Grâce à Daniel Charles architecte, historien, écrivain, j’ai fais la connaissance de Mariannick Buffard qui travail au sein de l’Association Eric Tabarly. C’est grâce à eux que j’ai pu, mi avril, approcher ce qui reste de la mythique « maquette » de 1976. Celle qui avait fait l’objet d’un de mes premiers articles sur « Foilers ! » (Le petit hydroptère d’ET). Daniel (1) a pu, retrouver la trace de cet hydroptère et faire en sorte qu’il puisse être récupéré par l’association en 2003 et entreposé à la Cité de la voile à Lorient.

Eric Tabarly aux commandes devant La rochelle en 1976 – Bateaux juillet 2002
Eric Tabarly aux commandes devant La rochelle en 1976 – Bateaux juillet 2002

Cité de la voile E Tabarly - Photos FM 2008
Cité de la voile E Tabarly & l'Hydroptère - Photos FM 2008

Les pièces étaient entreposées chez M. Garnaud, un des principaux concepteurs, depuis la fin des années 70. Depuis 2003, l’association a eu fort à faire avec entre autre sa participation à la création de la Cité de la voile à Lorient. Les pièces récupérées attendent maintenant une possible remise en état. Soit afin que l’engin soit de nouveau apte à naviguer, soit afin qu’il soit exposé.

Avant la mise à l’eau – Photo Bernard Deguy 1976, Course au large juin/juillet 2008
Avant la mise à l’eau – Photo Bernard Deguy 1976, Course au large juin/juillet 2008

Lorsque avec Mariannick (1) nous avons sortie les pièces de la remise ou elles étaient entreposées, nous avons tout de suite vu combien Paul Ricard, mais aussi l’Hydroptère, étaient des descendants de cet engin. Bien entendu pour avoir étudié les photos de l’engin très longuement, je connaissais ce lien entre les différents engins, mais le fait de voir les pièces devant moi a encore augmenté ce sentiment. La ressemblance des flotteurs avec ceux de Paul Ricard (flotteurs version 2) était évidente.

Pièces de la maquette de 76 – Photo FM 2009
Pièces de la maquette de 76 – Photo FM 2009
Paul Ricard Arcachon – Photo G Delerm 1983
Paul Ricard Arcachon – Photo G Delerm 1983

De même l’architecture générale qui se dessinait (avec un peu d’imagination) n’était pas sans rappeler celle de l’Hydroptère (2).

Foil maquette et sa jambe de force repliée – Photo FM 2009
Foil maquette et sa jambe de force repliée – Photo FM 2009
Foil Hydroptère en cours de montage La Trinité sur Mer – Photo FM 2003
Foil Hydroptère en cours de montage La Trinité sur Mer – Photo FM 2003

Le safran est une très belle pièce qui dispose à 20/30 cm de sa base, sur le bord d’attaque, d’une pièce en alu oblongue qui semble être le capteur du speedomètre.

Safran et son plan porteur – Photo FM 2009
Safran et son plan porteur – Photo FM 2009
Moufle de safran, à gauche la barre et son système de réglage par pas de vis – Photo FM 2009
Moufle de safran, à gauche la barre et son système de réglage par pas de vis – Photo FM 2009

Les pièces sont en assez bon état, elles demandent un bon nettoyage. Suivant l’option prise, navigation ou exposition, les pièces en alu méritent peut être une vérification par un pro. Un des gougeons de fixation flotteur/bras est aussi à remettre dans l’axe et à renforcer…

Pièces récupérées

  • les flotteurs en CP (d’une très grande légèreté)
  • les foils et leurs jambes de force
  • le safran (qui semble se monter sur les ferrures de la coque de Tornado)
  • la barre avec son système de réglage de l’incidence
  • les fixations flotteurs/bras/foil et la fixation bras/coque
  • les petites poutres utilisées pour l’écoute de foc et de GV

Reste à récupérer ou à réaliser

  • une coque de Tornado (orange si possible, ou peinture à prévoir !),
  • un bras de liaison (profil de mat de fort diamètre non récupéré car difficilement transportable, au moins 8m)
  • un gréement, si remise en état pour nav. , un tronçon de mat si transfo. en pièce d’exposition
  • une bonne plaque de contre plaqué installée en travers de la coque en guise de « cockpit »
  • les fixations des jambes de force sous le bras de liaison à recréer
  • des afficheurs de speedomètre et d’anémomètre à retrouver (dépôt vente) ou pièces factices à fabriquer
  • pouliage d’écoute et autres petites pièces d’accastillage…

Si vous voulez aller plus loin dans la découverte de ce bateau, je vous conseil de visionner un film d’époque, « Les ailes de la mer » (21 mn), présent sous Dailymotion (conception, réalisation et premières navigations).

Et aussi…

D’autres objets ont aussi été collectés, comme la maquette qui a permis de confirmer les premières mesures en soufflerie et en bassin. On la retrouve dans le film « Les ailes de la mer », lors de tests réalisés sur un étang (de 2’30 » à 3’10 » puis de 4’15 » à 6′). Elle est présentée sur la photo ci-dessous par un son concepteur, Jean-Henri Garem.

Maquette d’hydroptère présentée par JH Garem  – Photo via M Buffard
Maquette d’hydroptère présentée par JH Garem – Photo via M Buffard

Ont aussi été récupérés, des documents comme des comptes rendus d’essais ou le devis de poids et de coût de la  maquette  de 6m. Ce document nous renseigne, sur le poids théorique de l’engin : entre 136 et 152 kg. Mais aussi son prix hors taxe : entre 12000 et 19000 fr !

Devis estimatif de la maquette d’hydroptère – Photo via M Buffard
Devis estimatif de la maquette d’hydroptère – Photo via M Buffard

L’avenir

Reste maintenant à savoir quelles sont les priorités et les moyens de l’association qui à déjà fait, et fait toujours beaucoup, pour le maintient en état des bateaux d’Eric Tabarly.

Quelque soit la solution choisie, la remise en état permettrait d’obtenir une formidable pièce d’exposition (agrémentée d’autres objets et documents). C’est un très beau symbole du côté visionnaire d’Eric Tabarly. Si elle est apte à naviguer, quoi de plus beau que de la voir croiser devant la Cité de la Voile, à un jet de touline des Chantiers de La Perrière qui ont fait naître les Pen Duick III, IV et V. A deux enjambés de la Voilerie Tonnerre (maintenant reprise par Incidence) qui a fait la garde de robe de presque tous les bateaux sur lesquels Eric Tabarly a navigué…

J’ai proposé mes services, si d’aventure ma petite expérience des foils et de la « construction navale » pouvait leur être utile pour la remise en état de ce bel engin.

A suivre…

(1) Vous avez remarqué le « Daniel » et le « Mariannick » bel exemple de « name dropping », genre on est pote et j’espère que leur aura va rejaillir sur moi !

(2) Les bons observateurs auront remarqués que le foil de la maquette montre au premier plan le bord d’attaque et la photo du foil de l’Hydroptère le bord de fuite…