Wot Rocket pique du nez

13 août 2008

Voici la première photo montrant (avec une loupe) un foil de WotRocket :

stirling_WR

Elle a été prise après le chavirage de l’engin hier. Sean Langman et son nouvel équipier Joe De Jock ont perdu le contrôle du prao de carbone alors qu’ils accéléraient dans 20 noeuds de vent, à une vitesse estimée à 30 noeuds.

La casse est importante et met un terme à la campagne de tentative de record lancée par cette ambitieuse équipe il y a quelques mois.

Il est vraisemblable que Wot Rocket sera non seulement réparé mais modifié car il a déjà piqué du nez lors de son premier envol le 23 juillet et semble difficile à piloter, du moins à « basse » vitesse.

source : WotRocket et WindSurfJournal


20 ans avant Wot Rocket, « DEFI », prao à foils et voile épaisse…

21 juillet 2008

Les années 2000 ont vu l’apparition de nouveaux prétendants au record de vitesse à la voile.

Parmi ces nouveaux venus, Wot Rocket, qui exploite la solution prao, m’a rappelé un engin du siècle dernier !

Un engin qui a fait les beaux jours de la défunte semaine de vitesse de Brest.

Je ne sais pas ce que Wot Rocket, sera capable de faire…en tout cas il y a plus de 20 ans «Défi», (qui s’appelait au départ EDF-GDF puis VVT), avait déjà tous les éléments qui caractérisent Wot Rocket : voile épaisse, nacelle fermée, bras caréné, foils…

C’était même avant la naissance du tripode Australien Yellow Pages Endeavour (1991), grand frère de Macquarie Innovations.Voiles & Voiliers N°195 mai 1987

Voiles & Voiliers N°195 mai 1987

Voiles & Voiliers N°195 mai 1987

Voiles & Voiliers N°195 mai 1987

Voiles & Voiliers N°195 mai 1987

Démarré en décembre 1983 et terminé 1986 «Défi» a été conçu par Paul Lucas, Bernard Sterninou, Jean Pierre Desgardin et Serge Pennec. Superbement bien construit par la section composites du Lycée technique Kerichen de Brest, Défi avait lors de son lancement les caractéristiques suivantes : longueur 11 m, largeur 10m, surface voile épaisse 26m², poids 280 kg.

En comparaison Wot Rocket a les «mensurations» suivantes (un bateau c’est féminin en anglais !) : longueur 9m, largeur 6.5m, poids 450 kg.

Alors Wot Rocket très lourd ou Défi trop léger ? L’avenir nous le dira peut être …

Avec sa coque centrale, mariage de la poutre et de deux flotteurs, Défi pourrait se classer dans la catégorie des tripodes (ce qui ruine complètement ma comparaison Défi – Wot Rocket !).

Comme beaucoup d’engins, Défi connaîtra son lot d’avaries et de modifications.

La voilure épaisse fit place à un mat aile associé à une voile conventionnelle, sûrement plus facile à maîtriser : difficile lors des accélérations, de voire le fasseyement d’une voile épaisse !

Modification de la nacelle qui devint moins futuriste mais qui permettait au pilote de mieux voir le plan d’eau : essuie-glaces prévus sur Wot Rocket ?

La partie immergée de cette nacelle prit la forme des carènes d’hydravions afin, je suppose, de rendre les atterrissages moins violents : en 2007 l’Hydroptère fit de même en changeant ses flotteurs.

Multicoque magazine N°41 juin/juillet 1992

Multicoque magazine N°41 juin/juillet 1992

Défi a participé à de nombreuses semaines de vitesses mais a toujours été handicapé par son architecture qui l’empêchait de revenir au point de départ pas ses propres moyens (idem pour Wot Rocket, Sailrocket…). Ceci limitait le nombre de runs, la maîtrise du canot et les chances de faire de bons résultats. Défi n’était pas non plus favorisé par le plan d’eau souvent agité de Brest. Sans oublier les soucis mécanique (casse bras, gréement).

Je perds la trace de bel oiseau en 1992.

Si Défi n’a pas laissé son empreinte en terme de vitesse sur 500m (capable de très belle accélération, il finissait rarement ses runs au même rythme), il a marqué par son esthétique futuriste les accros de vitesse des années 80/90 !


Trop de vent pour WotRocket

1 juillet 2008

Ce matin en Australie, alors que WotRocket était fin prêt pour son premier vol, le vent a forci à plus de 30 noeuds en formant un clapot qui a forcé Sean Langman à « mettre à la cape » puis à renoncer à la sortie. L’équipe est prête à remettre ça dès que le vent retombera autour de 25 noeuds, maintenant que le WSSRC a pris note de sa tentative de record pour tout le mois de juillet.

La photo est belle, n’est-ce pas ? les moutons sur les crêtes, Sydney en arrière-plan et WotRocket seul pour affronter force 7. Oui, bon, si on exclut ce frimeur de kite, là dans son coin … 😉


nouvelles de WotRocket

27 juin 2008

Un petit mot de l’équipe WotRocket annonce :

  1. que des conditions météo idéales sont prévues pour mardi 1er juillet
  2. que leur safran a été doté d’un nouveau profil
  3. que l’équipage s’allège en suivant un régime strict
  4. que dans ces conditions, WotRocket décollera la semaine prochaine
  5. mais que n’ayant pas reçu de nouvelles du WSSRC au sujet de l’homologation d’un record par GPS embarqué, la sortie sera une sortie de test.

Il faut dire qu’un record au premier décollage, ça deviendrait un événement historique !

A part ça, Sean Langman a aussi répondu à un mail où je lui posais quelques questions. Traductions:

  1. sur la supercavitation : « Nous sommes actuellement sur des foils en T qui sont relativement standard avec la technologie actuelle, et nous visons à utiliser des foils à suercavitation prochaiement« 
  2. sur la classe de WotRocket : « En ce qui concerne la surface de l’aile, nous n’avons pas regardé les différentes classes mais seulement la chasse aux 50 noeuds et la limite qu’ils représentent….« 
  3. à propos de leur élément d’aile « larguable », je lui ai demandé s’ils leur permettait de courir en 2 classes, comme YellowPages qui détient les records en classes B et C (depuis 1993!) avec cette astuce :  » J’aime l’idée de changer des choses ou des pièces pendant le parcours, donc je pense à ça et j’ai de la chance qu’Andy Dovell ait beaucoup plus de science que ce que mes rêves produisent!!« 
  4. sur leurs contacts avec l’équipe de MacQuarie Innovation : « J’ai parlé avec les gars de Macquarie il y a quelques années, ils sont basés à Melbourne et naviguent au printemps (l’automne dans l’hémisphère nord…), alors qu’ici à Sydney nous navigoins toute l’année.« 

Un dernier mot de Sean Langman : « Send my best wishes to Hydroptere.. I wish them good wind.. « 


WotRocket met la gomme

20 juin 2008

Voici la traduction d’un communiqué que je viens de recevoir

Deux pays, deux hémisphères, deux objectifs… un vainqueur

Deux pays dans les hémisphères opposés s’affrontent pour être le premier à battre le record de vitesse à la voile, et atteindre le saint graal des 50 noeuds, considéré comme l’équivalent du mur du son.

« Personne ne se rappelle du deuxième homme qui marcha sur la Lune » dit Sean Langman, le créateur et pilote du voilier/planeur australien de 9m construit pour la circonstance et baptisé « Wot Rocket », qui est très conscient de la « course contre les Français pour les 50 », et de la possibilité qu’ils le dépossèdent de son rêve d’enfance.

La tentative de record de vitesse à la voile sur 500m de Wot Rocket a été forcée de s’accélérer suite à l’entrée en course du trimaran français à foils l’Hydroptere le 22 mai.

« Je veux devenir un concurrent officiel maintenant parce que les français l’ont fait. Tout a été tamponné ‘urgent’!  » admet Langman.

Il attend actuellement l’avis du World Sailing Speed Record Council pour savoir si un técepteur GPS Trimble peut officiellement mesurer la vitesse de Wot Rocket. Ceci  supprimerait le besoin d’avoir un chronométreur officiel sur le parcours à chaque fois que Wot Rocket tente de battre le record du planchiste français Antoine Albeau’s , de 49.09 knots (90.9 km/h) sur 500m, et casser la barrière mythique des 50 noeuds.

Samedi passé, lorsque ‘Hydroptere a atteint 46.8 noeuds selon leur site web, Langman a admis que « le concept brut (brutish) des français peut probablement être poussé plus loin, mais je crois que nous avons la capacité d’aller plus vite », a-t-il dit.

Dans les dernières semaines, Wot Rocket a reçu plusieurs améliorations après trois tests en mer de plus à Botany Bay, l’étendue d’eau plate ou la tentative de record aura lieu.

Lors de la dernière navigation hier (le 18), le team entier dont le designer Andy Dovell était présent sur le site pour la première fois. Bien que la prévision de vents à 8-12 noeuds ne se réalisa pas, « c’était bien de remettre le programme sur les rails sur un certian nombre de points » a dit Langman aujourd’hui (le 19).

« Nous avons souffert de certains problèmes avec notre système de commande et nous avons passé plus de 300 heures supplémentaires à le modifier. Ca a vraiment été un processus d’élimination ».

Hier a aussi été marqué par le premier essai réussi d’une nouvelle extension de l’aile.

« Parce que la règle stipule que nous devons partir arrêtés, nous pensons utiliser une extension de l’aile au début pour fournir plus de puissance pour déjauger la cabine. Puis, lorsque nous atteignons 30 noeuds, nous larguerons la section supérieure de l’aile » explique Langman.

Cette approche par étages est l’origine du nom ‘Rocket’. Langman compare le décollage de Wot Rocket’s à celui d’une fusée Saturn V, qui largue ses étages au fur et à mesure qu’elle quitte l’attraction terrestre.

Une fois que le GPS trimble sera installé, probablement ce week-end et que le team Wot Rocket recevra le feu vert du Speed Council pour enregistrer lui-même sa vitesse, une lettre d’intention sur la tentative de record sera adressée au Council.

Depuis ce moment, toutes les sorties seront considérées comme une tentative officielle de battre le record du monde actuel.

« Il n’y a pas de temps à perdre. Les français ont définitivement bousculé nos plans » ajoute le copilote Martin Thompson.

Un sponsor de plus soutient la tentative de record de vitesse australienne.(passage sur les sponsors sauté, vous les trouvez sur www.wotrocket.com )

Les media sont invités à assister à n’importe quelle sortie de test ou de tentative officielle. avec la prévision de vents du W/SW de 10 à 15 noeuds vendredi 20 juin, le team Wot Roket prévoit un autre test.

Signé : Lisa Ratcliff et Sean Langman (avec leurs nos de portable et leurs e-mails)


Wotrocket.com

31 mai 2008

Le site wotrocket.com est désormais actif et fournit quelques infos sur les progrès de ce projet récent, mais surtout une confirmation importante : WotRocket utilise des foils supercavitants, mais sans injection de gaz. On voit très brièvement un foil dans la video sur la page principale du site  : il est extrêmement étroit, mais on n’en voit pas le profil.

Depuis 15 jours, WotRocket flotte à Bottany Bay, près de Sydney. Outre des essais à vitesse archimédienne, l’équipe va se concentrer sur la sécurité des 2 équipiers de l’engin en entrainant toutes les manoeuvres.

reportage en anglais sur leurs premières sorties sur sail-world


WotRocket parie sur la supercavitation

4 janvier 2008

Un nouveau bel objet de carbone s’attaque au mur des 50 noeuds : le WotRocket australien a été baptisé et fera ses premiers runs en février sur le spot de Botany Bay cher à MacQuarie Innovation.

La cabine biplace abrite un barreur+règleur de voile (Sean Langman, ancien champion du monde de 18 pieds, australien, of course…) et un équiper régleur de foils (Martin ‘Tacka’ Thompson)

Le team est financé par Graeme Wood, l’entrepreneur internet qui a créé WotIf.com , dont le logo orne l’aile.

Les informations disponibles sont peu claires et les photos inexistantes, mais il semblerait bien que Wot Rocket ait fait le choix de foils supercavitants, comme SailRocket, mais apparemment avec des possibilités supplémentaires, comme l’indique cette phrase traduite d’ici :

« le concept supportant l’approche Wot Rocket est d’induire la supercavitation à basse vitesse, ou le contrôle peut être maintenu (?), et, de là, accélérer vers les hautes vitesses. Andy Dovell (ingénieur naval) indique qu’ils ont la possibilité d’injecter du gaz à l’avant des foils pour induire la cavitation mais, dit-il, ‘je ne pense pas que nous en aurons besoin, car la conception des foils est telle que nous devrions pouvoir travailler sur une serie de gammes de vitesses. ».

Inutile de dire que nous allons suivre ça de très près dans les prochaines semaines. En commençant par un articule sur la supercavitation, très bientôt.

Sources: